Archives

Nous ne regarderons pas ailleurs

Nouveauté Poésie / Récit

Nous ne regarderons pas ailleurs, récit et impressions, a été écrit par Anne Monteil- Bauer, membre du Collectif lyonnais de Solidarité avec Pinar Selek à son retour d’Istanbul où s’était tenu, le 19 décembre 2014, le quatrième et dernier procès de Pinar Selek. L’autrice retrace le moment particulier qu’est un procès, ainsi que le parcours de la sociologue et militante, Pinar Selek. Elle rend également hommage aux chaînes de solidarité qui se mobilisent pour maintenir en alerte l’attention internationale et demander justice.
Ce texte est paru en 2015 sous la forme d’une petite brochure, vendue en soutien aux différents collectifs de solidarité à Pinar Selek (voir en fin de volume).

Pour la commande en ligne de ce titre sur notre portail régional de l’Alip, quand vous êtes sur la fiche de la revue, nous vous invitons ardemment à choisir Les Bien-aimés au moment de finaliser vos emplettes

J’envisage l’impossible

Nouveauté Poésie

« Jusqu’à mes trente ans, j’ai toujours eu sous mon lit une valise pleine au cas où je voudrais m’enfuir ».

Il quitte sa ville natale après l’adolescence, sans se retourner. Dans sa tête des rêves de danse, de musique, direction la capitale. Puis survient la paternité, le moment de rassembler ses souvenirs, d’interroger les aînés, de savoir quoi transmettre.
Arthur Navellou questionne ses rêves et ses peurs, cherche sa place dans le monde, maniant le charme et la surprise.

Pour la commande en ligne de ce titre sur notre portail régional de l’Alip, quand vous êtes sur la fiche de la revue, nous vous invitons ardemment à choisir Les Bien-aimés au moment de finaliser vos emplettes !

Nuits silencieuses

Nouveauté Poésie

Chanteur du groupe Rammstein, Till Lindemann a rempli les stades du monde entier.
Mais il est aussi poète. L’amour, la mort et le sexe sont des thèmes obsessionnels chez cet homme mélancolique, mêlant son désespoir à un humour grinçant, parfois provocateur.
Difficile de rester indifférent à cette lecture troublante où les fans du groupe metal retrouveront les échos de ce qu’ils aiment, empreints de noirceur et de dérision.
Illustré par Mathias Matthies et traduit de l’allemand par Emma Wolff.

Traduction EMMA WOLFF – Langue d’origine : ALLEMAND

Pour la commande en ligne de ce titre sur notre portail régional de l’Alip, quand vous êtes sur la fiche de la revue, nous vous invitons ardemment à choisir Les Bien-aimés au moment de finaliser vos emplettes !

Autoportrait au roitelet : lettres à T.W. Higginson et aux sœurs Norcross 1859-1886 ; la gloire est une abeille, (choix de poèmes) 1858-1881

Nouveauté Poésie

Voici ma lettre au Monde.
Qui ne M’a jamais écrit – Les simples Nouvelles que la Nature disait – Avec une tendre Majesté.
Emily Dickinson.

Emily Dickinson (1830-1886) passe sa vie à Amherst, dans la propriété familiale.Tombe amoureuse d’un révérend, qui s’enfuit. Elle écrit des poèmes, ne sait pas ce qu’ils valent (ou fait semblant), prend pour maître un gandin célèbre, Thomas Wentworth Higginson dont la bêtise – un siècle a passé – irradie comme un soleil. Les années filant, elle sort de moins en moins, signe ses lettres « Votre Élève », écrit encore quelques vers, s’intéresse à tout ce qui meurt.
Quand elle commence à écrire aux soeurs Norcross, en 1859, Louise a seize ans, Frances treize. Vingt ans plus tard, elles n’ont pas grandi, sont pour Emily les mêmes petites filles imaginaires. Loo a toujours seize ans, Fanny treize. « Je souhaite que nous soyons enfants, écrit-elle à son frère. Je souhaite que nous soyons toujours enfants, comment grandir, je ne sais pas. ».

La partie de la Correspondance ici traduite – Lettres à T.W. Higginson et aux soeurs Norcross – n’a pu l’être que grâce au remarquable appareil critique de l’édition américaine Harvard University Press. Les poèmes que l’on trouvera en seconde partie de volume parlent d’eux-mêmes.
Patrick Reumaux

Traduction PATRICK REUMAUX – Langue d’origine : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

Pour la commande en ligne de ce titre sur notre portail régional de l’Alip, quand vous êtes sur la fiche de la revue, nous vous invitons ardemment à choisir Les Bien-aimés au moment de finaliser vos emplettes !

La hure-langue

Nouveauté Poésie

C’est du côté de la bête, du sauvage, des grognements, du terrier, que Roland Cornthwaite, par-dessus son histoire familiale, se tourne, érigeant le sanglier en emblème de liberté, contre le cochon polissé, dressé, dépecé, vidé de sens.Contre la domestication ou, en l’occurrence, un « dérèglement de fam’fille », étant né (« sang lié ») d’un père dont la langue étrangère dut être tue, en « famille, la bonne, la française, la famille maternelle » (« parle pas c’t’oiseau / pas not’langue »). Comment s’inscrire dans cette lignée assignée unilatéralement, « avec elle, pour elle, contre elle », comment « oser // to lose her », la mère, comment vivre/rompre avec le « corps frontière […] toutes racines de terre souffrances / identiques semblables / tous hommes de nuit / même nuit » ? Comment dire « colère sur colère sur colère », sinon « renâcle[r] bâcle[r] la langue », celle qu’on l’enjoint de parler ? Sinon se construire à part soi une hurlangue ? Et oser le « miroir du risque » (« inversion du su- / jet du tu / et sortir par un je »). C’est un corps-à-corps, dès lors, un bégaiement rugueux « doigt sur percuteur stylo », où les jeux de mots déplacent sans arrêt la lecture d’un sens à un autre comme pour empoigner le lecteur, où l’humour a toute sa place également.Car la colère ne saurait suffire, puisqu’il faut bien « sortir de cette ire tirelire l’ire lyre », et interroger ce grondement en soi, et hésiter, le calmer, le reprendre… Face à la mort de la mère notamment (« vu la déesse nue / sans fard ») : que faire avec ça, autrement ? « Tu(e », séquence plus émouvante, apparaît ainsi comme une transition, une pause. Elle s’ouvre sur le récit de la mort de la mère en un texte à elle adressé, posé, et le « tu » ne cessera dans les poèmes suivants de la séquence. « tue, c’est silence », et « tu as / avalé la nuit », c’est « le nu du temps ». Si « [ses] mains / pour pas d’au revoir », « peut-être réparer / le lien de soi à soi […] peut-être apaiser / un penser va-et-vient » ?Quand « soir de sanglier / rejoint l’enfant », ne faut-il pas rentrer dans la comptine et la prendre pour ce qu’elle est, comme sont les contes, cruels ? Et « tête sortir miroir », accepter une fois pour toutes d’être, debout, « aux marges », titre de la dernière partie en guise d’épilogue : « aux marges / saccage (tu dis) / sa cage / ferme le mot ». Oui, dire pour « sort’ire », se débarrasser de ce qui, toujours, a empêché.

Pour la commande en ligne de ce titre sur notre portail régional de l’Alip, quand vous êtes sur la fiche de la revue, nous vous invitons ardemment à choisir Les Bien-aimés au moment de finaliser vos emplettes !

Gilgamesh

Nouveauté Poésie

« J’ai traduit Gilgamesh, qui est l’un des plus anciens textes de l’humanité. Je ne l’ai pas traduit du sumérien, de l’akkadien, du babylonien. Je l’ai traduit du russe. Parce qu’il a été traduit en russe, en 1919, par l’un des plus grands poètes du début du XXe siècle, Nikolaï Goumiliov (1886-1921). Je l’ai traduit du russe alors que, Goumiliov lui-même l’a traduit du français, de l’édition érudite que venait de publier Edouard Dhorme, en 1907, avec l’aide d’un spécialiste de la Mésopotamie, Woldémar Chiléïko (1891-1930) . Oui, c’est la traduction de la traduction d’une traduction. » André Markowicz

Pour la commande en ligne de ce titre sur notre portail régional de l’Alip, quand vous êtes sur la fiche de la revue, nous vous invitons ardemment à choisir Les Bien-aimés au moment de finaliser vos emplettes !

Siegfried, nocturne

Mise en avant Théâtre

À travers la figure tragique du héros wagnérien, Olivier Py livre une longue méditation crépusculaire sur le destin de l’Allemagne, qui pose la question de la responsabilité de la culture romantique dans la catastrophe nazie et, au-delà, du sens de la Culture elle-même.

Pour la commande en ligne de ce titre sur notre portail régional de l’Alip, quand vous êtes sur la fiche de la revue, nous vous invitons ardemment à choisir Les Bien-aimés au moment de finaliser vos emplettes !

Animal : chaque génération a son combat, voici le nôtre

Nouveauté Essais

Après le film DEMAIN sorti en 2015, Cyril Dion réalise son deuxième long-métrage, ANIMAL (sortie prévue à l’automne 2021), cette fois consacré à l’exploration d’une variété de cohabitations harmonieuses entre les humains et l’ensemble du vivant. Accompagné de 2 adolescents, Bella et Vipulan, ils vont à la rencontre de personnalités telles que Philippe Descola, Baptiste Morizot, Jane Goodall et bien d’autres. Le regard des deux jeunes gens sur le monde vivant va s’en trouver totalement bouleversé… C’est ce que raconte le film et, plus encore, ce livre qui prend le temps d’aller au fond des choses et de tirer le maximum de chaque rencontre.

Pour la commande en ligne de ce titre sur notre portail régional de l’Alip, quand vous êtes sur la fiche du livre, nous vous invitons ardemment à choisir Les Bien-aimés au moment de finaliser vos emplettes !

Notre-Dame-des-Landes, après la lutte

Nouveauté Essais / Récits

Avril 2018. À la suite de l’abandon du projet d’aéroport, la zad (zone à défendre) de Notre-Dame-des-Landes est partiellement évacuée sur l’ordre du Premier ministre Édouard Philippe. Cet épisode ne remet pas en cause la victoire des militants, mais il déstabilise le collectif : quel avenir pour ce territoire emblématique des luttes environnementales ?

Ce texte est le récit d’une enquête rigoureuse menée par Éléonore Duplay alors que les tensions étaient à leur paroxysme. Elle nous conduit au coeur de ce lieu hors norme, au plus près des acteurs, tant du côté de l’État – Nicolas Hulot, le ministre de l’Environnement, Nicole Klein, la préfète de Loire-Atlantique, les forces de l’ordre -, que du côté des habitants du bocage, plus divers qu’il n’y paraît : néopaysans et agriculteurs, étudiants et intellectuels, naturalistes, marginaux…

L’autrice, qui couvre cette actualité depuis la première opération d’expulsion en 2012, en maîtrise finement les enjeux et les rapports de force entre les protagonistes. Elle nous donne ainsi accès à la réalité douloureuse des espoirs déçus et des déchirements qui accompagnent toute lutte, même victorieuse. L’occasion aussi de questionner en profondeur le monde que nous voulons bâtir pour demain.

Pour la commande en ligne de ce titre sur notre portail régional de l’Alip, quand vous êtes sur la fiche du livre, nous vous invitons ardemment à choisir Les Bien-aimés au moment de finaliser vos emplettes !

Au commencement était… une nouvelle histoire de l’humanité

Nouveauté Essais

Depuis des siècles, nous nous racontons sur les origines de l’inégalité une histoire très simple. Pendant l’essentiel de leur existence sur terre, les êtres humains auraient vécu au sein de petits clans de chasseurs-cueilleurs. Puis l’agriculture aurait fait son entrée, et avec elle la propriété privée. Enfin seraient nées les villes, marquant l’apparition non seulement de la civilisation, mais aussi des guerres, de la bureaucratie, du patriarcat et de l’esclavage. Or ce récit pose un gros problème : il est faux.

Traduction ELISE ROY – Langue d’origine : ANGLAIS

Pour la commande en ligne de ce titre sur notre portail régional de l’Alip, quand vous êtes sur la fiche du livre, nous vous invitons ardemment à choisir Les Bien-aimés au moment de finaliser vos emplettes !