Nos livres bien-aimes

Les lignes écrites en italique sont le reflet de notre ressenti. Géraldine et Cécile donnent tour à tour leurs coups de coeur. Les autres lignes sont extraites des textes des éditeurs. Tous les livres ci-dessous nous ont particulièrement tapé dans l’œil ! Suzanne, notre stagiaire, vous livre également son coup de coeur BD jeunesse.

 

Les jours enfuis

de Jay McInerney

Auteur américain, new-yorkais tel qu’on les aime ! Un grand talent de narration qui nous embarque au coeur d’une histoire de couple en crise au sein d’un New York fascinant. New York est un des personnages principaux et mouvants de ce roman : gentrification, spéculation immobilière, folles soirées de donation où tout dégénère, le strass et les paillettes, le monde un peu dingue de l’édition … Nous nous sommes régalées de ce bon gros roman que l’on peut qualifier de « roman de l’été » sans complexes ! Géraldine

Editions de l’Olivier 22.50€

 

L’ordre du jour

de Eric Vuillard

Une plume française que nous aimons de livre en livre. E. Vuillard nous raconte à sa façon si personnelle quelques événements situés entre 1933 et 1938, entre l’arrivé de Hitler au pouvoir et l’annexion de l’Autriche. Ces événements anodins qui font l’histoire et nous font héritier bien malgré nous. Le récit nous place l’oeil dans le trou de la serrure, nous dit autrement les compromis, les entre-soi terrifiants de l’histoire  et nous rappelle qu’au présent nous devons nous réveiller, chaque fois qu’un petit rien nous choque. Ne rien laisser passer. L’histoire n’est pas passée, elle ne fait que rimer comme disait l’autre et on remercie E. Vuillard de nous le rappeler avec autant de talent et d’humour aussi. Cécile

Editions Actes Sud 16€

 

Dans une coque de noix

de Ian McEwan

Deux McEwan sinon rien … le dernier roman du romancier anglais Ian McEwan « Dans une coque de noix » est une farce très originale proposant une sorte de relecture d’Hamlet à la sauce britannique aigre-douce et surtout drôle, crue, pimentée, délicieusement transgressive. Le livre intelligent de plage idéal ! Son avant-dernier roman « L’intérêt de l’enfant » sort en poche en même temps, il est plus classique, moins comique mais absolument maîtrisé et nous embarque dans des questionnements éthiques avec la vie d’un ado suspendue au conflit moral qui sous-tend le roman … les deux livres se lisent avec délice. Géraldine

Editions Gallimard 20€

 

A toi, le poche

de Claudia Pineiro

La sortie en livre poche de ce roman décoiffant est un plaisir car il va circuler de main en main. Auteure argentine, Claudia Pineiro nous mène toujours à son propre rythme, très enlevé, dans une histoire marquée d’originalité et d’échanges hauts en couleur. Il s’agit ici d’une histoire d’adultère, drôle, désopilante où celui qui croyait prendre est pris. Comme ont dirait au théâtre, « les portes claquent » et si on voulait une comparaison imagée, ce serait du côté du baroque de Pedro Almodovar. Cécile

Editions Actes Sud 6.80€

 

Adieu Lili Marleen, le poche

de Christian Roux

Amoureux de musique et de littérature policière, ce roman noir est pour vous. Christian Roux convoque aussi  l’Histoire, la Seconde Guerre mondiale et ses tourments, ses ricochets sur plusieurs générations. Cela donne un livre intelligent et distrayant tout à la fois. Géraldine

Editions Rivages 7.90€

 

 

Demandez au perroquet, le poche

de Richard Stark (alias Donald Westlake)

Un homme court à travers la campagne pour échapper aux chiens qui ont flairé sa piste et à l’hélicoptère qui tourne dans le ciel. Le fuyard s’appelle Parker, il vient de braquer une banque. Au sommet d’une colline, il tombe sur un inconnu en tenue de chasseur qui le fait monter dans sa voiture et l’emmène chez lui par des chemins forestiers, échappant ainsi aux barrages de la police. Lindahl – c’est le nom du chasseur – vit dans un garage converti en habitation. L’intérieur est sommairement meublé. Sur le poste de télévision allumé en permanence, trône une grande cage abritant un perroquet. Lindhal est un homme en colère et il voit en Parker l’occasion d’assouvir une vengeance. La présence de Parker va bouleverser sa vie à un point qu’il n’imaginait pas. « Qu’est-ce qui peut expliquer que ces romans soient si plaisants à lire (ou à relire) ? Au final, c’est Parker. Même quand on sait ce qu’il va faire, c’est tout simplement fascinant de le regarder faire. » (Lawrence Block) « Les romans consacrés à Parker, le professionnel du crime, sont à mon avis des chefs-d’oeuvre qui transcendent la fiction policière pour la hisser au rang de littérature. » (John Banville)

C’est un livre à la fois très maitrisé et qui s’amuse beaucoup avec les codes du polar. « Demandez au perroquet » est parfait pour se détendre, pour goûter l’art du polar, sourire tout en étant embarqué dans l’intrigue et fasciné par le héros, bandit des grands chemins qui garde son cap et la classe. Ce pauvre perroquet qui donne son titre au livre n’aura pas grande destinée mais sera au coeur d’une scène très cinématographique … Géraldine

Editions Rivages 7.90€

 

Règne animal

Prix Livre inter 2017

de Jean-Baptiste Del Amo

Règne animal retrace, du début à la fin du vingtième siècle, l’histoire d’une exploitation familiale vouée à devenir un élevage porcin. Dans cet environnement dominé par l’omniprésence des animaux, cinq générations traversent le cataclysme d’une guerre, les désastres économiques et le surgissement de la violence industrielle, reflet d’une violence ancestrale.

Vive les Prix littéraires si c’est pour donner envie à un plus large public, que celles et ceux qui suivent déjà l’écriture de JB Del Amo, de lire ce roman. Nous l’avions valorisé lors de sa sortie tant nous avions aimé cette belle exigence littéraire au service d’une histoire qui vous prend aux tripes. Cécile

Editions Gallimard 21€

 

Les animaux ne sont pas comestibles

de Martin Page

A la fois plaidoyer pour les droits des animaux, témoignage personnel du passage au véganisme, manuel de conseils alimentaires et autres, ce livre fait partie des nombreuses publications sur le sujet du véganisme et des droits des animaux (tant mieux!!) en ce moment mais se distingue par sa forme si personnelle. On se laisse prendre par la main et on suit Martin dans son parcours un peu chaotique, très argumenté, décortiqué, analysé … On entre dans sa cuisine, on croise ses amis, ses états d’âme, ses déceptions, ses victoires sur lui-même. Vive la nature ! Vive les animaux vivants et libres ! Vive ceux qui cheminent, pas à pas, quel que soit la longueur du pas, quel que soit le nombre de pas, ce qui compte est la trajectoire. Martin Page est là encourageant, pas dans le jugement, pédagogique, et fervent défenseur de ceux que l’on préfère entier et respirant plutôt qu’en morceaux ou en sauce … Géraldine

Editions Robert Laffont 18.50€

 

la domination humaine, l’invraisemblable silence

de Pascale Corbin

Notre rayon sur la cause animale s’étoffe de semaine en semaine tant les livres et les points de vus se font nombreux, sans oublier les grands penseurs/auteurs de cette cause comme Peter Synger ou Frans de Waal. Pour avoir lu nombre de livres, on peut dire sans hésiter que celui-ci est une somme qui fera date. Le livre se veut très complet sur l’ensemble de la place des animaux dans notre vie d’humain dominant. Le sous-titre, « l’invraisemblable silence » est le fil conducteur de cet essai qui nous montre d’un point de vue historique, scientifique et aussi personnel comment on en est arrivé à faire de l’élevage industriel et de l’abattage de masse un élément constitutif de notre nourriture. Alors que les murs se construisent dans les abattoirs pour éviter aux caméras de filmer, ce livre nous donne tous les éléments pour penser, repenser cette domination, cette discrimination à l’échelle planétaire. Cécile

20€

 

Douleur

de Zeruya Shalev

Nous avions déjà beaucoup aimé son précédent roman « Ce qui reste de nos vies » (prix Femina Etranger). Nous retrouvons les mêmes thèmes développés dans ces deux livres. L’héroïne fut victime, dix années avant le récit, d’un attentat (un bus explose non loin d’elle). A l’époque, elle sert les dents et reste alitée de longs mois de douleur, sur son lit de réparation. Mais l’âme ne se répare pas avec des vis dans le corps, et donc 10 ans plus tard, nouvelle explosion, cette fois personnelle, familiale, psychologique, existentielle. Ce roman parle de nos douleurs, que l’on ne peut absorber en toute impunité. Il parle de nos relations, de nos choix, de nos consciences, de nos rêves. Il se passe en Israël, terre où explosent des bus, des gens, avec à côté, des victimes plus ou moins altérées dans leur existence. Mais le roman va au-delà des actes terroristes. Il parle de la notion de « ricochet », qu’il ait la forme d’un bout d’explosif ou d’états d’âme … On peut se projeter tout autant dans les questionnements incessants de l’héroïne, que l’on habite en Israël ou pas. Géraldine

 

Moujik Moujik + Notown

de Sophie G. Lucas

Bonheur d’accueillir ces deux textes de Sophie G. Lucas « Moujik Moujik » et « Notown », réédités aux Editions La Contre Allée. Superbes textes de prose poétique. On reconnait le style de Sophie G. Lucas, un ton qui serre la gorge et interpelle l’esprit tout à la fois. Géraldine.

Editions La Contre Allée

 

mes indépendances

de Kamel Daoud

Pour moi le plus beau texte lu ces dernières semaines est MES INDEPENDANCES de Kamel Daoud. Admirable, une lecture frisson.

« J’ai pratiqué ce métier comme on accomplit parfois la prière, mais tourné vers les miens et ma terre. »
Ce livre nous offre 6 ans de chroniques parues quotidiennement dans le Quotidien d’Oran. Comme le dit son ami Sid Ahmed Semiane (grand chroniqueur également, une autre voix importante de l’Algérie) : Kamel Daoud  » avait percé le secret de la trompette. le mystère du be-bop des mots ». Vous ouvrez le recueil au hasard des années, déjà le titre vous happe et les lignes qui suivent sont une Voix, Méditerranéenne, immensément puissante et posée à la fois. Que ce soit l’hommage à Assia Djebar, le texte intitulé « L’extrême droite est aussi salafiste que les salafistes » ou « La rature de Camus », tout au fil de ces pages est très très grand.
Notre recommandation à toutes et tous. Cécile

Qu’il brocarde l’islam politique ou la déliquescence du régime algérien, qu’il embrasse l’espoir suscité par les révolutions arabes ou qu’il défende la cause des femmes, c’est d’une plume originale, imagée, percutante et engagée. Car Kamel Daoud a érigé la chronique en exercice de style, en art de tendre un miroir à ses contemporains tout en s’interrogeant jour après jour, avec ou malgré l’actualité, sur l’homme, les dieux et les libertés.

Editions Actes Sud 23.90€

 

a-la-place-du-coeurA la place du coeur, saison 1 & saison 2

d’Arnaud Cathrine

L’auteur écrit un récit à double piste : la première nous entraîne dans les coulisses sentimentales d’un jeune garçon qui concrétise sa première histoire de coeur ; la seconde en est le contexte sociétal douloureux, en l’occurrence les attentats contre l »hebdomadaire satirique Charlie Hebdo. Les deux événements ont lieu en même temps et se percutent de plein fouet. Un très bon roman sur le sujet des ados face au terrorisme en France, et sur les ados en général. Géraldine

Editions Robert Laffont 16€

                                                                                                                                                                                Nous recevions Arnaud Cathrine dans notre librairie pour une rencontre-dédicace il y a quelques jours, autour, notamment, de ses deux derniers livres, que nous avons beaucoup appréciés, « A la place du coeur », tome 1 et tome 2 (éditions Robert Laffont). Ces romans sont bien sur encore en librairie, ainsi que nombre de ses autres titres.

 

selection LGBTQI

A l’occasion du mois de juin & des Marche des Fiertés LBGTQI en France, nous vous proposons une petite sélection dont voici quelques titres … les autres titres à découvrir en boutique !

Des amants, le poche

de Daniel Arsand

À la fin de l’été 1749, un berger de quinze ans rencontre sur le bord de la route Balthazar, prince de Créon, que son cheval vient de jeter dans la boue. Il lui porte secours et quelques regards suffisent pour que le flamboyant prince propose au jeune homme déjà conquis de le suivre dans son château. Pour l’éduquer, lui enseigner les bases de la médecine et de la peinture, et surtout pour l’aimer.
Bientôt, la cour frémit de rumeurs effroyables sur les moeurs de Balthazar, qui refuse effrontément de réapparaître à Versailles et préfère de loin se consacrer à son amant, au mépris de toute prudence, alors que les premières secousses des grands bouleversements du siècle se font sentir.
En cent chapitres à l’écriture lumineuse, Daniel Arsand compose un chant intemporel d’amour et de liberté.

Editions Actes Sud 6.70€

 

Un garçon près de la rivière, le poche

de Gorde Vidal

Deux adolescents, Jim Willard et Bob Ford, découvrent l’amour physique avant de se séparer à la fin de l’été. Pendant les années qui suivent, au cours d’un périple américain qui le mènera à vivre sur un cargo au large de l’Alaska, puis chez une star d’Hollywood dans les années 30, et à New York parmi les écrivains du Village, Jim Willard tentera de retrouver le moment de grâce qui a marqué la fin de son enfance. Grand classique de la littérature américaine, ce roman puissant et mélancolique est un des beaux succès du catalogue.

Editions Rivages Poche 8.80€

 

Celui qui est digne d’être aimé

d’Abdellah Taïa

Le dernier ou le nouveau livre d’Abdellah Taïa est une lame.
Un roman épistolaire. Quatre lettres qui vous cisaillent de par leur acuité, leur intransigeance, leur miel.
A. Taïa met le doigt là où aucun auteur français ne le met.
Beaucoup d’articles parlent de la 1ère lettre à sa maman, certes, mais les trois autres lettres nous renvoient un miroir, à nous français, sur notre héritage historique. Cela nous suit partout, dans notre langage, dans nos yeux, dans nos amours.
« Celui qui est digne d’être aimé » nous révèle nos batailles passées, présentes et à venir. Et on espère que son auteur sortira indemne de cette gifle qu’est son roman. Cécile

Editions du Seuil

 

« Arrête avec tes mensonges »

de Philippe Besson

Au début, on est un peu troublé par l’écriture blanche, plate, neutre qui est utilisée par Philippe Besson. Et puis très vite, on est saisi. Troublé cette fois par l’histoire, le personnage de Thomas, cette histoire d’amour cruelle, brute de coffre et fondamentale. Finalement, on ressort complètement conquis par cette histoire personnelle de souffrance et d’amour en Charente, qui commence pour Philippe Besson à 17 ans, en Terminale. De la difficulté d’être homosexuel en campagne dans les années 80, entre autre. C’est très beau et très dur à la fois.  Géraldine

Julliard 18€

 

En mouvement, une vie, le poche

de Oliver Sacks

« Sacks ira loin s’il cesse d’aller trop loin » : ces mots prophétiques prononcés par un professeur donnent le ton de cette autobiographie.

Voici l’histoire d’un homme exceptionnel, qui a exploré de multiples domaines avec la même énergie. Au sortir d’une jeunesse obsédée par les motos et la vitesse, il découvre dans un hôpital new-yorkais des patients emprisonnés dans une profonde léthargie dont il va tenter de les faire sortir, expérience bouleversante qu’il racontera dans son livre L’Éveil. Sa voie est alors tracée : tout en explorant les troubles neurologiques les plus étranges et en les décrivant comme des mondes particuliers, il s’appliquera à montrer que chacune de ces manières « anormales » de se comporter, de parler ou de se situer dans l’espace et le temps est profondément humaine… trait qui éclaire notre propre « normalité » sous un jour inattendu.

Neurologue, professeur à l’Albert Einstein College of Medicine et à l’université de New York, il est notamment l’auteur de L’Éveil (1987), L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau (1988) et L’Œil de l’esprit 2012).

Editions Points essais 11.50€

 

Nous naissons de partout

de Hannibal Volkoff

L’ouvrage montre le travail du jeune photographe à la recherche d’une énergie vitale comme une résistance, entre l’étude sensorielle des corps adolescents et le reportage autour de leurs expressions culturelles.
Plus que la formation physique qui suit l’enfance, Hannibal Volkoff considère l’adolescence comme une « période de construction mentale menant à l’état adulte ». Au fil des ans, les reportages communautaires d’Hannibal Volkoff s’érigent en portrait générationnel d’une jeunesse éprise de liberté.

Editions Les presses littéraires 18€

 

Luchino Visconti, les Promesses du crépuscule

de Véronique Bergen

Le cinéma de Visconti a trop souvent été lu sous le prisme d’un classicisme décadentiste ayant succédé à ses films néoréalistes.

Cet essai entend contester cette approche et réinterroger les créations du Visconti sous l’angle du motif du « trop tard », en abordant deux œuvres en particulier, Les Damnés et le scénario Proust resté à l’état de fantôme.

L’analyse des paradoxes et tensions de l’esthétique viscontienne, de la fonction qu’il impartit au cinéma mettra au jour sa problématique de l’Histoire, sa métaphysique de la mort et les promesses que recèle tout crépuscule.

Editions Les impressions nouvelles 17€

 

L’encyclopédie critique du genre

sous la direction de Juliette Rennes

« Désir(s) », « Mondialisation », « Nudité », « Race », « Voix »… Les soixante-six textes thématiques de cette encyclopédie explorent les reconfigurations en cours des études de genre.
Trois axes transversaux organisent cette enquête collective : le corps, la sexualité, les rapports sociaux. Dans les activités familiales, sportives, professionnelles, artistiques ou religieuses, les usages du corps constituent désormais un terrain privilégié pour appréhender les normes et les rapports de genre. Les pratiques érotiques que les sociétés, à travers l’histoire, ont catégorisées comme normales ou déviantes occupent quant à elles une place inédite pour éclairer les articulations entre hiérarchies des sexes et des sexualités. Enfin, les inégalités liées au genre sont de plus en plus envisagées en relation avec celles liées à la classe sociale, la couleur de peau, l’apparence physique, la santé ou encore l’âge. Cette approche multidimensionnelle des rapports sociaux a transformé radicalement les manières de penser la domination au sein des recherches sur le genre.
En analysant les concepts, les enquêtes empiriques et les débats caractéristiques de ces transformations saillantes, les contributrices et contributeurs de cet ouvrage dessinent une cartographie critique des études de genre en ce début de XXIe siècle.

Editions La découverte 35€

 

Les chemins égarés, géographie sociale des lieux de sexualités entre hommes

Textes de Mathieu Riboulet et laurent Gaissad / Photos de Amélie Landry

Des lieux de rencontres sexuelles, on en trouve partout mais pas n’importe où pour autant. Autrefois situé au cœur des centres urbains, ils se sont déplacés en frontière des villes : zones industrielles désaffectées, sous-bois, aires d’autoroutes… Espaces autonomes et gratuits, leur localisation exacte échappe au regard des non-initiés.
Les Chemins égarés est une réflexion sur ces espaces de liberté où, malgré la crainte d’une descente de police ou de casseurs, malgré les menaces de fermeture administrative, continuent de s’exercer des désirs d’expériences libres entre hommes de tous âges et de tous horizons. Loin du sensationnalisme, le projet emprunte une forme d’investigation inspirée des sciences sociales et se déploie à travers différents types de documents : photographies de paysages, portraits en situation, cartographies des territoires, et enfin un recueil de paroles d’usagers. Cette enquête d’Amélie Landry, que l’écrivain Mathieu Riboulet et le sociologue Laurent Gaissad accompagnent d’un texte, constitue un témoignage unique sur le basculement d’une époque, sur un rapport minoritaire à la sexualité et au monde qui apparaît comme une forme de résistance.

Editions Le bec en l’air 38€

 

 

Mères, filles, sept générations

de Juliet Nicolson

À travers ces mémoires familiaux – qui retracent les mythes, les légendes et les secrets de sept générations de femmes incroyables -, Juliet Nicolson, la petite-fille de Vita Sackville-West, enquête sur le sens de la famille, la mémoire, le passé.
Dans les quartiers pauvres de Malaga au xixe siècle, l’Angleterre frappée par la Seconde Guerre mondiale ou le New York des années 1980, ces femmes deviennent, pour l’auteur, des personnages à part entière et partie intégrante de ce qu’elle est et d’où elle vient.
En abordant la perte, le secret, la jalousie, tous les désirs et devoirs qui peuvent opposer une mère et sa fille, en explorant le sentiment d’appartenance et ce qu’il peut créer de solitude, ce récit nous permet de pénétrer un milieu – celui de l’aristocratie anglaise éclairée – aussi admiré que critiqué.

Editions Bourgois 23€

 

L’essentiel des gouines à suivre (1987-1998)

de Alison Bechdel

L’auteure de Fun Home et de C’est toi, ma maman ? a réalisé entre 1983 et 2008 plus de 500 strips mettant en scène une pléiade de personnages (dont Mo, son alter-ego) et traitant, entre autres, du thème de l’homosexualité féminine. Alison Bechdel, plébiscitée dans le monde entier pour la qualité de son écriture et récompensée par de nombreux prix, y dépeint tout un pan de la contre-culture américaine de ces trente dernières années en mixant humour, révolte, réflexion et émotion. Réunies aux Etats-unis sous le nom Dykes to Watch Out for, ces bandes-dessinées devenues cultes (vous ne connaissez pas le «Test de Bechdel» ?) se voient enfin traduites en français dans leur intégralité.

Ce qui est bien chez Bechdel, c’est qu’elle est totalement névrosée et nous fait partager tout cela. Elle n’est pas avare de sa névrose, cool & réjouissant ! Géraldine 

Editions Même pas mal 25€

 

revue Niké, chicks can run 

Plus de trente participantEs d’horizons et univers différents ont apporté leurs pierres à l’édifice pour mieux comprendre ce que le sport fait aux femmes et comment elles le lui rendent bien ; à travers neuf nouvelles, deux BD, des illustrations, un reportage photo, des textes, une pièce, des vidéos, un poster sérigraphié … qui évoquent tour à tour course de fond, boxe, bodybuilding, basket, javelot, tennis, skate, roller derby, sports nautiques et plein d’autres encore… Son format magazine et ses pages épaisses et glacées font la part belle à l’image. 16€

 

Une affaire d’hommes

de Todd Robinson

Boo et Junior sont amis depuis l’orphelinat et videurs dans un club depuis que leurs muscles et tatouages en imposent suffisamment. Ils cultivent depuis toujours leur talent pour se mettre dans les pires situations et s’en sortir avec de manière surprenante. Quand une de leurs collègues leur demande d’avoir une conversation avec un petit ami trop violent, nos deux compères sont trop heureux de jouer les chevaliers servants. Lorsque le type en question est retrouvé mort, Boo et Junior font des coupables parfaits.

Une plongée dans un Boston où l’élite se mêle aux truands en compagnie des deux enquêteurs les plus drôles du roman noir américain.

Roman noir drôle et trash ! Todd Robinson jongle entre premier et second degré, vulgarité et finesse, c’est original et entraînant. Géraldine

Editions Gallmeister 22€

 

Dans les westerns

de Gilles Leroy

On en voit, dans le métier, des physiques exceptionnels et des visages saisissants. Lui, Lockhart, c’était autre chose. On voulait entrer dans sa lumière, dans sa sphère, on voulait le prendre dans ses bras et sentir comment c’était d’être dans ses bras. Ce je-ne-sais-quoi qui fait la différence entre un grand acteur et un génie, il l’avait. À l’époque, on appelait ça le it – tu l’avais ou pas. It, c’était le pouvoir de séduire les deux sexes en toute innocence, sans rien faire, juste en étant là. Un sortilège.

1948, Arizona. Quand Paul Young rencontre Bob Lockhart sur un plateau de cinéma, l’évidence saute aux yeux de tous : les deux hommes seront bien plus que de simples partenaires de jeu. Espionnés par les studios, la police des mœurs et la presse à scandale, les amants vivront sept années de passion, jusqu’à ce que Paul regagne le rang.
Le voici cinquante ans plus tard, devenu sénateur et patriarche, qui joint sa voix à celles de deux autres inconditionnels : l’actrice Joanne Ellis, longtemps éprise de Bob, et Lenny Lieberman, l’agent presque frère. Émus, émerveillés encore, ils tissent à eux trois la légende de Lockhart.
Toute histoire d’amour est aussi l’histoire d’un monde, nous dit Gilles Leroy : ici, une Amérique brillante, convulsive, déchirée entre avant-garde et cynisme, soif de liberté et répression.

Editions du Mercure de France 21€

 

Romans graphiques & BD

la grande boule de glace

de Conxita Herrero

Conxita, la vingtaine, dernière représentante de toute une génération de Conxitas, navigue entre Madrid et Barcelone. Véritable « boule de nerfs » selon sa mère, elle affronte les événements du quotidien avec un grand courage. Ancienne étudiante des Beaux-Arts, elle dessine ses moindres péripéties, depuis son appartement qu’elle partage avec une fille qui lui ressemble comme deux gouttes d’eau, son ménage, son ordinateur, ses rêves d’ailleurs, ses évasions à la plage, ses conversations téléphoniques avec ses amis, jusqu’à ses rencontres plus ou moins heureuses.
Dans ce récit autobiographique en dix-sept courts tableaux, Conxita Herrero bouscule les idées reçues sur le passage à la vie d’adulte. Dans un style minimaliste et rigoureux, elle se joue des antagonismes et mêle inertie et mouvement, cases muettes et dialogues intimistes et mystérieux, lignes dépouillées et couleurs pures. Elle use également de figures géométriques – cercles et carrés – à l’aide de plans audacieux qui défient les perspectives. S’affranchissant du « souci de vérité » propre à l’autobiographie, l’auteur évacue tout sentimentalisme et fournit à ses décors et à ses personnages aux traits ébauchés une dimension étrange et fascinante oscillant entre réel et onirisme.

Une BD ultra graphique comme on les aime. On pense à Daniel Clowes, grand maître américain. Conxita Herrero est espagnole et nous ravit d’un point de vue esthétique. BD mélancolique et tout simplement belle, qu’on a envie de laper comme une grande boule de glace. Géraldine

Editions Rackham 20€

 

Les petites victoires

de Yvon Roy

Une nouvelle BD sur l’autisme, très bien faite. Nous suivons essentiellement la relation père-fils, le fils étant diagnostiqué autiste. Le père tente tout pour garder contact avec son fils, l’élever avec amour et faire en sorte que son fils ne s’enferme pas dans sa bulle. ll collabore avec tous les professionnels du secteur médical mais est également très inventif … Pour nous lecteurs, c’est une claque ! A lire pour mieux comprendre l’autisme ou pour le plaisir d’une bonne BD humaniste et pleine d’inventivité. Géraldine

Editions Rue de Sèvres 17€

 

L’araignée de Mashad

de Mana Neyestani

 

Editions çà et là 18€

 

 

 

 

Pause

de Fabcaro

Comment se renouveler après le succès intersidéral de « Zaï Zaï Zaï Zaï » ? Comment faire autre chose que « Zaï Zaï Zaï Zaï 2 » ? Toutes ces questions posées auxquelles Fabcaro n’apporte aucune réponse : il fait une pause.

Fabcaro fait une pause mais malgré ses questionnements sur l’inspiration, reste inspiré tout en ayant l’impression de ne pas l’être … c’est compliqué, c’est le cerveau de Fabcaro, tout en nuance sur son art, pour notre plus grand plaisir et réconfort. Géraldine

Editions La Cafetière 13€

 

Idéal Standard

de Aude Picault

Aude Picault croque (ses?) relations de couple relativement frustrantes ! C’est très drôle, sans concession & fin à la fois. On se régale de ses petits malheurs tout en lui souhaitant un bel amour à sa mesure … Géraldine 

Claire, trentenaire, infirmière en néonatalogie, voit défiler ses relations amoureuses et désespère de construire un couple – le vrai, le bon, l’idéal. En choisissant de vivre avec Franck, elle croit enfin y être arrivée. Mais la réalité standardisée de ce qui l’attend n’est pas à la hauteur…

Aude Picault aborde avec grâce et humour des thèmes essentiels aux femmes d’aujourd’hui : le couple, le désir, la recherche de soi, la jouissance, etc. Remarquable !

Editions Dargaud

 

 

Kobane Calling

de Zerocalcare

Nous avons adoré ce roman graphique à la fois profond et drôle sur une situation humaine et géopolitique complexe. Zerocalcare est un auteur très connu en Italie. ll vient du milieu du punk et a croisé la cause kurde dans des centres italiens associatifs. Il a accompagné humanitaire en face de Kobané au départ, puis dans Kobané libéré, cette enclave kurde qui, au-delà d’avoir fait face à Daesh,  teste un régime démocratique, écolo et féministe. Le regard de Zerocalcare est très subtil, à la fois pédagogique et tendre. Nous avons adoré ce roman graphique. Les éditions Cambourakis ont très récemment édité la suite de « Kobané Calling », qui s’appelle « Imbroglio ». Toujours aussi prenant … Géraldine 

Envoyé par l’Internationale (le Courrier International italien), Zerocalcare part aux confins de la Turquie, de l’Irak et du Kurdistan syrien pour rejoindre la ville de Kobané, à la rencontre de l’armée des femmes kurdes, en lutte contre l’avancée de l’État islamique. À partir de ce voyage, Zerocalcare livre un reportage d’une sincérité poignante, un témoignage indispensable et bouleversant qui s’efforce de retranscrire la complexité et les contradictions d’une guerre si souvent simplifiée par les médias internationaux et le discours politique. Le tout avec l’inimitable ton, extrêmement drôle et touchant, le langage et l’univers d’un auteur qui sait interpréter comme personne, le quotidien, les craintes et les aspirations de sa génération

Editions Cambourakis 23€ / et 4.50€

 

La prophétie du tatou

de Zerocalcare

Séduites par Kobané Calling et Imbroglio, nous avons voulu voir le reste du travail de Zerocalcare. Il s’agit donc de « La prophétie du tatou », seul autre roman graphique publié en France. Nous sommes également tombées sous le charme de cette BD plus autobiographique. Zerocalcare y expose ses névroses, ses empêchements, son quartierGéraldine / Editions Paquet

 

gastronomie

autourautour d’une bouteille avec nicolas joly, La biodynamie

de Gilles Berdin

L’auteur a donc réussi à dresser le portrait de cette figure du vin qu’est Nicolas Joly sur le fameux vignoble de La coulée de Serrant qui constitue à lui seul une appellation d’origine contrôlée de 7 hectares. L’histoire d’un vin blanc porté haut et fort autour du monde par celui qui gère la propriété. Citation « Pour que les choses se passent bien, il faut courtiser la vie au-delà du monde sensible. C’est cela, au fond, l’enjeu de la biodynamie. »  Cécile

Editions Elytis 20€

 

revues

Répliques

Répliques est une revue d’entretiens au long cours autour du cinéma, créée en septembre 2012 à Nantes. Réalisateurs, techniciens, diffuseurs et critiques y évoquent leurs parcours, leurs méthodes, le regard qu’ils portent sur leur propre travail, et ce dans un format sans équivalent dans la presse francophone. Le cinéma tel qu’il se pense et se fait, considéré comme un art vivant, est envisagé selon des conceptions singulières qui se font écho ou se confrontent pour donner à sentir quelques problématiques du temps présent. Ci-contre, visuel du dernier n°, le 8, avec des entretiens avec Eugène Green / Sébastien Betbeder / Bruno Podalydes / Philippe Azoury / Touda Bouanani. 17€

 

pop corn n°6

Chouette, le nouveau n° de la revue de cinéma pour les enfants, POP CORN, est sorti. Il est consacré au merveilleux film de Tim Burton, « Edward aux mains d’argent ». Comme d’habitude l’idée est de partager la cinéphilie avec les plus jeunes avec du texte, des images, des jeux, des associations d’idées. Cécile 7€

 

 

jeunesse

les porteurs # 1 – Matt

de C.Kueva

Editions Thierry Magnier 14.90€

Formidable 1er tome d’une série qui ose mettre au centre de sa grande histoire le choix de notre sexe.  C. Kueva imagine un temps futur assez proche où les adolescents à 16 ans choisissent leur genre définitif, en toute connaissance de cause. Le roman avance là où on ne l’attend pas et c’est tant mieux. On pense à « Bienvenue à Gattaca » pour l’atmosphère et on se laisse surprendre par l’aventure proposée car tout est neuf dans cette idée de roman jeunesse. Bravo aux éditions T. Magnier de s’être engagées sur ce roman pour adolescents. Cécile

 

Quatre sœurs

de Malika Ferdjoukh et Cati Baur

« Quatre sœurs » est une BD adaptée du roman du même nom par son auteure Malika Ferdjoukh et d’une talentueuse aquarelliste, Cati Baur.

Le roman, puis la BD, mettent en scène les cinq sœurs Verdelaine, orphelines depuis deux ans, et vivant seules dans une immense maison au bord de la mer.

Le titre « Quatre sœurs » désigne en fait les quatre sœurs les plus jeunes, qui sont sous la protection de leur aînée, Charlie. Chaque  tome donne la parole à l’une de ces sœurs, qui nous raconte son quotidien.

Ce livre génial transforme cette situation qui pourrait être affreuse en une situation rigolote et pleine d’amour. Suzanne

Editions Rue de Sèvres, 15€ le tome

 

Coloriage « Tati » ou « prévert »

Magique ! le nouveau coloriage de chez Glénat pour faire tomber les petits et les grands (nostalgiques) dans l’univers de Jacques Tati. Chaque page est magnifique et les auteurs ont trouvé plein de belles et bonnes idées pour mêler amusements, jeux et connaissances. Celui consacré au monde de Jacques Prévert respecte tout autant l’artiste. Réussite totale ! Cécile.

Editions Glénat

 

la-mesaventureLa Mésaventure et La Mésaventure cahier d’activité

d’Iwona Chmielewska

Double plaisir que ce livre et son cahier d’activité. L’idée est simple, comment un fer à repasser laissé trop longtemps en place a laissé une empreinte et ce qu’on peut en faire… la trace devient pétale de fleur, fusée, fenêtre ouverte sur l’inconnu… dans le cahier l’enfant peut poursuivre la création en grande liberté. L’édition est de toute beauté. Cadeau ! Cécile

Editions Format – 16.90€ et 9.90€

 

le-mystereLe mystère de la vie

de Jan-Paul Schutten, illustration de Floor Rieder

Une encyclopédie du vivant toute nouvelle dans le genre, c’est ce que vous propose ce beau livre illustré avec talent. Le livre toute vie, quelle que soit sa forme.

La vie de la plus petite particule, la vie qu’il y a au fond de nos chaussettes, la vie proposée par un fossile… bref, un livre essentiel pour les enfants très curieux et qui ont besoin de plonger au cœur des mystères. Cécile

Ecole des Loisirs – 24.80€

 

sur-les-tracesSur les traces des grands singes avec Jane Goodall, Dian Fossey et Biruté Galdikas

par Jim Ottaviani et Maris Wicks

Une bd formidable d’intelligence et ludique également pour faire partager aux enfants le destin de ces 3 femmes parties consacrer leur savoir et leur vie entière aux chimpanzés, aux gorilles et aux orangs-outans en Afrique et Indonésie. Impossible que les enfants ne voient les singes au zoo avec le même œil après cette lecture. Cécile

Ecole des loisirs – 14.50€

 

un-trou-cest-pour-creuserUn trou c’est pour creuser, mon premier livre de définitions premières

de Ruth Krauss, images de Maurice Sendak

Ben oui, un trou c’est pour creuser mais ce n’est que le début de ce formidable petit livre précieux et consultable sans fin pour le plaisir des yeux et des mots. « La figure, c’est bien pour faire des grimaces » – « Les chiens c’est pour bisouiller le monde » (noter le verbe bisouiller !) . Les illustrations de Maurice Sendak sont d’une énergie incroyable, comme sur ressort, on gambade avec les enfants et leurs folles journées. Pour toute la famille !  Cécile

Editions MeMo – 14€

 

art / création

les cartes postales de Nantes

signées « FRAP »

La figure nantaise du dessin de presse revisite les grands personnages nantais. 1.60€

 

 

Nantes vue par ses artistes – 8 cartes postales art & solidarité

par Gulf Stream Editeur 10€

(10% des ventes sont reversés à l’association Les blouses roses), qui anime les établissements médicalisés.

 

Les cartes postales graphiques & littéraires

Ces petites cartes d’artistes qui mêlent graphisme et jeux de mots liés aux expressions françaises sont signées Claire Colin. Nous les proposons en deux formats & deux prix 4.50€ et 6€

 

tourniquet-4tourniquet-3tourniquet-5

 

 

 

 

 

les tourniquets de fabienne yvert

 

papeterie / objets / ovnis

 

 

 

 

 

 

 

Les carnets de notes Rue du Bouquet

Carnets photographiques. A chaque carnet, son photographe.

C’est très simple, très joli, avec un beau papier couleur ivoire pour prendre des notes. 14€

 

les carnets de notes Zuber

Exotisme et simplicité pour ces deux formats de carnets (poche ou A5) – 5.10€ et 7€

 

 

 

La collection des éditions du désastre

Carnet de notes robuste, avec une identité forte ! Mon petit livre rouge / Les mots doux / La vie en rose. 13.50€

 

carnet-calepin-n1-papier-lignesLes carnets CALEPINO

Fabrication locale, qualité et originalité. 9€ les 3 petits carnets.

 

 

gallim2Les carnets Gallimard

8.50€ le petit carnet type « collection blanche ». Existe en format plus grand et autres couleurs.

 

Contes de fesses

de Benjamino Caldo

Il était une fois des princes et des princesses, des joyeux petits nains, et plein d’autres héros de contes qui s’amusaient follement… D’un coup de crayon aussi coquin qu’hilarant, Benjamino Caldo détourne les contes et nous fait découvrir l’autre côté du décor : des héros aux prises avec leurs désirs dans des situations intimes inattendues, parfois osées… mais toujours amusantes !

Editions Hélium 9.90€

 

Sauve les chauves

par Léon Maret

Un petit pas pour l’homme, un grand pas contre la calvitie. Comme l’indique son titre, Sauve les Chauves compile une série de chauves illustres ou anonymes que le lecteur aura pour mission de « sauver ». Armé d’un stylo, il pourra affubler chacun de ces petits crânes d’une digne tignasse. Moins cher qu’un shampoing anti-perte de cheveux, et disons-le : tout aussi efficace, ce petit volume ouvre vers des univers alternatifs : Juppé avec des cheveux ? Robocop en afro ? Une bande de skinhead beatnik ?
Le lecteur, au gré de son exubérante créativité ou de ses pulsions refoulées (et enfin révélées), pourra créer un Astérix punk ou un Nicolas Sarkozy arborant un resplendissant mulet. Petits et grands de ce monde ont droit à une deuxième chance capillaire, et ce livre est là pour le prouver ! Fantaisie dans la veine de Laisse faire les sphères, du même auteur, Sauve les Chauves est à la fois un livre de coloriage, une satire politique et un recueil de blagues absurdes.

Editions 2024  7€

 

 

 

 

 

Retour haut de page