Nos livres bien-aimes

TousBD, romans graphiquesBeaux-arts / photo / musique / cinémaEssaisGastronomie, vinJeunesseLittérature LGBT+Littérature policièreNos meilleures ventesPoésie/théâtre/danseRevuesRomans étrangersRomans françaisSélection papeterie & objets
Clair obscurDon Carpenter

Voici l’un des 1ers romans de 2019 remarquables.
Après « Un dernier verre au bar sans nom », roman longtemps inédit en France et dernier roman de l’écrivain avant son suicide, voici que les éditions Cambourakis nous offrent « Clair obscur », une déambulation claquante avec un héros obsédant nommé Irwin Semple. Parions que de beaux articles vont venir soutenir ce roman doucement douloureux. Cécile

Lorsque Irwin Semple sort de l’asile psychiatrique de Cannon après dix-huit ans d’internement, il a trente-cinq ans, doit refaire – ou plutôt commencer – sa vie, la tête pleine de souvenirs adolescents encore à vif. À force de persévérance, il parvient vaille que vaille à se réinsérer, jusqu’au jour où il croise Harold Hunt, ancien leader d’un clan qu’il rêvait d’intégrer au lycée. Irrémédiablement associée au tragique événement qui a conduit à son internement, la vision de Harold déclenche un nouveau choc chez Semple. Partagé entre son éternel besoin de reconnaissance et un certain désir de vengeance, va-t-il parvenir à passer outre et aller de l’avant ?

Dans ce deuxième roman, composé juste après Sale temps pour les braves, Don Carpenter explore avec puissance et empathie les existences de ces âmes perdues, leurs fêlures, leurs doutes et leurs espoirs, profondément humains.


Cambourakis
18€
Romans étrangers
État d’ivresseDenis Michelis

État d’ivresse brosse le portrait d’une femme brisée qui, en s’abîmant dans l’alcool, se fait violence à elle-même. La mère d’un adolescent, en état d’ivresse du matin au soir, se trouve en permanence en errance et dans un décalage absolu avec la réalité qui l’entoure. Épouse d’un homme absent, incapable d’admettre sa déchéance et plus encore de se confronter au monde réel, elle s’enferme dans sa bulle qui pourtant menace de lui éclater au nez.

Comme dans ses deux précédents romans, on trouve sous la plume de Denis Michelis les thèmes de l’enfermement et de la violence conjugués à l’impossibilité d’échapper à son destin.

« Il ne me reste plus qu’à prendre mon élan, qu’à courir pour sortir de cette maison et ne plus jamais y revenir. Mais quelque chose m’en empêche, et cette chose se trouve là, à mes pieds : mon verre tulipe. »


Editions Noir sur Blanc
14€
Romans étrangers
La Femme et le SacrificeAnne Dufourmantelle

Première parution en 2007

Préface de Charlotte Casiraghi


Denoël
20€
Essais
De si bons amisJoyce Maynard

Quand Ava et Swift Havilland, couple fortuné, décident de prendre sous leur aile Helen McCabe, celle-ci est au plus bas. À quarante ans, Helen a perdu la garde de son fils Oliver, huit ans, et partage sa semaine entre rencontres aux Alcooliques Anonymes, petits boulots de serveuse et soirées à faire défiler sur son écran les profils d’hommes célibataires de la région. Après s’être réfugiée depuis l’enfance derrière des récits de vies fantasmées pour masquer sa fragilité, elle trouve auprès des Havilland ce qu’elle a toujours désiré : se sentir unique et aimée.

Dès lors, la vie d’Helen est soumise aux moindres caprices du couple — dont la perversité prend des apparences de bienveillance — les laissant même s’immiscer dans les prémices de sa relation avec Elliot, un comptable dont le quotidien simple et rangé attire le mépris de ses nouveaux amis. Jusqu’où Helen se laissera-t-elle manipuler par les Havilland, tandis qu’une seule chose compte à ses yeux : récupérer la garde d’Oliver ?

Dans ce roman à l’écriture fluide et rigoureusement construit, Joyce Maynard dresse le portrait d’une femme vulnérable et emporte le lecteur au coeur d’une angoissante prise de possession amicale. Jusqu’au moment où Helen sera placée devant un choix aussi imprévu que difficile…


Philippe Rey
22€
Romans étrangers
Revue Kaizen n°42

La philosophie de Kaizen :

L’humanité vit des heures décisives : dérèglements climatiques, épuisement des terres arables, disparition en masse des espèces et pollutions généralisées, crises économiques, sociales, financières. Et plus grave encore : abandon de l’être humain. Face à ce constat nous aurions toutes les raisons du monde de désespérer et pourtant, silencieusement, un nouveau monde est en marche : intelligent, sobre, mettant au premier rang de ses priorités l’épanouissement de la Vie sur notre planète. C’est à ce monde que nous choisissons de donner la parole, à ces personnes qui portent les (r)évolutions que nous attendons, courageusement… A ces initiatives pionnières qui, par leur simplicité et leur bon sens, nous offrent de nouveaux horizons, de véritables raisons de croire en l’avenir. Plus que tout, nous croyons qu’il ne peut y avoir de réelle métamorphose de nos sociétés sans un profond changement de ceux qui la constituent : NOUS.


6.50€
Revues
Nous qui n'étions rienMadeleine Thien

Prix littéraire du Gouverneur général 2016
Prix Giller 2016
Finaliste du Man Booker Prize 2016
Finaliste Baileys Women’s Prize for Fiction 2017

 

À Vancouver, en 1991, une fillette de 10 ans, Marie, et sa mère accueillent chez elles Ai-Ming, une jeune femme fuyant la Chine après la répression des manifestations de la place Tian’anmen. En discutant avec elle, Marie se rend compte des liens qui unissent sa famille, qui a émigré de Chine au Canada à la fin des années soixante-dix, à la sienne. Elle découvre surtout un père qu’elle n’a presque pas connu, sa jeunesse au moment de la Révolution Culturelle, son amour de la musique, sa soif de liberté…

 

Cinquième roman de Madeleine Thien, née en 1974, grande saga familiale et roman total, Nous qui n’étions rien a valu une reconnaissance internationale à son auteure. Il est en cours de traduction dans le monde entier.


Phébus
24€
Romans étrangers
Les tribulations d'Arthur MineurAndrew Sean Greer

Prix Pulitzer 2018. Arthur Mineur est en pleine crise existentielle. 50 ans, célibataire, il est l’auteur d’un roman qui l’a fait connaître, mais il n’a, depuis, publié que des livres au succès mitigé. Le jour où il reçoit un carton lui annonçant le mariage de son ex-compagnon, il décide, pour y échapper, d’accepter les invitations d’obscurs festivals de littérature dans différents pays. C’est le début d’un périple littéraire, sentimental et humain autour du monde… Un roman où les difficultés et les obstacles de la vie se changent en bulles humoristiques à l’extraordinaire et salvatrice légèreté.

Actes Sud
22€
Romans étrangers
L’Amérique derrière moiErwan Desplanques

RENCONTRE AVEC ERWAN DESPLANQUES POUR « L’AMERIQUE DERRIERE MOI » AUX BIEN-AIMES VENDREDI 29 MARS A 19H / ENTREE LIBRE

Voici un roman hautement sensible. Le héros traverse un moment de sa vie où il n’a d’autre choix que de résoudre quelques questions avant de répondre à une quête de liberté. L’attention délicate portée à la figure de son père, figure patriarcale centrale, lui permet de tout poser, d’en rire ou d’en pleurer mais d’en sortir illuminé. Un roman d’une grande délicatesse, une prose admirable. Cécile

« Parvenu à l’extrémité du Massachusetts, Thoreau avait écrit : Un homme doit s’asseoir ici et poser toute l’Amérique derrière lui.»

Le narrateur est désormais cet homme, conscient que l’attend en France une décision essentielle qui tiendra du courage et de l’abandon. Après avoir résisté aux excès passionnels de ses parents, arrêté la musique, quitté un journal, enterré son père comme un héros de l’armée américaine, peu avant la naissance de son propre fils, il décide de se réinventer loin de Paris.

L’Amérique derrière moi raconte cette période étrange pendant laquelle l’attente d’un «heureux événement» et l’imminence d’un grand malheur finissent par se confondre. Cette comédie qui mêle douceur, lucidité et humour, est surtout l’occasion pour son auteur de revenir sur l’histoire familiale et le vent de folie que le père faisait souffler dans la maison.


Editions de l’Olivier
16€
Romans français
Dans le faisceau des vivantsValérie Zenatti

RENCONTRE AVEC VALERIE ZENATTI POUR « DANS LE FAISCEAU DES VIVANTS » AUX BIEN-AIMES VENDREDI 15 MARS A 19H / ENTREE LIBRE

Attention, livre rare, descente dans les limbes de l’écriture. Que nous reste-t-il, à nous vivants, après le départ de l’un de nos proches ? Valérie Zenatti nous fait partager la fusion qu’opérait sur elle la rencontre avec le grand écrivain A. Appelfeld. Et il n’est pas nécessaire de connaître les romans de celui-ci pour partager l’émotion de l’écrivaine. « Dans le faisceau des vivants » est une méditation littéraire qui vous met dans un état de fragilité superbe. Cécile

Aharon Appelfeld était l’un des grands écrivains de notre temps.
Valérie Zenatti a traduit la plupart de ses livres, d’ Histoire d’une vie (prix Médicis étranger 2004) jusqu’à Des jours d’une stupéfiante clarté, son dernier roman paru en France.

Leur relation n’était pas seulement celle d’un romancier et de sa traductrice, c’était aussi celle de deux amis qui se parlaient sans cesse.
De quoi parlaient-ils ? D’écriture, de langues, d’amour, d’animalité, d’enfance. De la terreur d’être traqué.
Ils partageaient également quelques silences.
Lorsqu’il disparaît en janvier 2018, la jeune femme ne peut se résoudre à perdre cette voix dont l’écho résonne si puissamment en elle. Après un temps de sidération, elle cherche à la retrouver, par tous les moyens. Sa quête la conduira jusqu’en Ukraine, à Czernowitz, la ville natale de l’écrivain. Il pourra alors prendre sa place, dans le faisceau des vivants.


Editions de l’Olivier
16.50€
Romans français
Le Seconde Guerre mondialeAntony Beevor

Historien britannique rendu mondialement célèbre par ces travaux sur Stalingrad et la bataille de Berlin, Antony Beevor livre une somme impressionnante sur la 2e guerre mondiale. Cet ouvrage s’attache à un récit exhaustif et novateur de ce « conflit monde ». Ne minorant aucun théâtre d’opérations, ce livre donne au lecteur éclairé comme au néophyte la possibilité d’interroger à nouveau ce moment d’histoire. Monumental. Stéphane

La Seconde Guerre mondiale est le plus grand conflit de l’histoire par ses destructions, le nombre de ses victimes et les bouleversements provoqués dans l’ordonnancement du monde et dans le paysage mental des êtres humains. Sur la base de documents anciens et d’archives inédites, Antony Beevor nous emmène de l’Atlantique Nord au Pacifique Sud, de la Sibérie à la Lybie, de la jungle birmane à Berlin bombardé, des lambris dorés des chancelleries à Leningrad assiégé, sans rien nous épargner des horreurs de la guerre, qu’il s’agisse des Einsatzgruppen sur le front Est, des prisonniers du goulag enrôlés dans des bataillons suicide, ou des exactions sadiques perpétrées par l’armée japonaise en Chine.

Le grand talent de l’auteur est de combiner le détail qui fait sens à l’art de la synthèse qui met en perspective. Il réussit avec brio à rendre dans toute leur complexité les dimensions du conflit. Marc Semo, Libération.


Le Livre de Poche
11.20€
Essais
Elliott Smith, can’t make a soundThierry Jourdain

De Smith, on connaissait ses disques. De 1994 à 2000, ce natif du Nebraska va trouver son bonheur à Portland et enregistrer cinq albums. Thierry Jourdain revient sur le parcours de ce garçon fragile doté d’une capacité de création hallucinante. Etoile filante des 90’s, Smith fit, comme les Guided By Voices, une adaptation américaine de la pop anglaise. Richement documentée et formidablement bien écrite, « Elliott Smith : Can’t Make A Sound » explique enfin le destin hors-norme de cet américain. Cécile

Initialement compositeur et musicien dans le groupe de rock alternatif Heatmiser, le jeune Elliott Smith de Portland travaille rapidement seul à la composition d’albums très sobres à guitare/voix dont le succès est grandissant. Conformément à son style de vie, il met en place un univers poétique, plutôt sombre et délicat, à contre-courant du grunge qui envahit la planète et les années quatre-vingt-dix. La reconnaissance vient avec son troisième album et sa rencontre avec Gus Van Sant pour lequel il écrira « Miss Misery » pour le film Good Will Hunting. Nominée aux oscars en 1998 face au mastodonte « My Heart Will Go On » interprété par Céline Dion pour Titanic, la chanson, et son interprétation lors de la cérémonie, marquent les esprits et posent le jeune génie en étendard du cool. Cette reconnaissance ne l’empêchera pas de mettre fin à ses jours, à l’âge déroutant de 34 ans. Icône des années quatre-vingt-dix, on le range volontiers aux côtés de Nirvana, Beck ou Jeff Buckley.


Le mot et le reste
17€
Beaux-arts / photo / musique / cinéma
In extremisTomy Ungerer

Si le monde entier connaît l’affiche « Black Power/White Power », on ne mesure pas toujours l’importance de la critique sociale et politique dans l’œuvre de Tomi Ungerer. Enfant, il a vécu l’annexion de l’Alsace par les nazis ; adulte, il n’a cessé de s’ériger contre la violence que l’homme inflige à l’homme. Dans les années 1960, jeune émigré aux États-Unis, il a aussitôt dénoncé l’impérialisme sanglant et le racisme omniprésent, au risque d’être censuré.

Très tôt, il a prévenu du danger permanent de l’industrie nucléaire, civile et militaire, ainsi que des dégâts irréversibles causés à l’environnement. Les hypocrisies de l’histoire officielle et l’aveuglement de la bonne conscience l’ont largement inspiré.

De par la force de ses idées et la puissance de son trait, Ungerer rejoint le petit cercle des grands dessinateurs politiques : William Hogarth au XVIIIe siècle, Honoré Daumier au XIXe, George Grosz au XXe.


Les Cahiers dessinés
28€
Beaux-arts / photo / musique / cinéma
The partyTomi Ungerer

Combien ne se damneraient pour un tel honneur ! Être invité à une soirée de la high society new-yorkaise ! Mais, ô surprise, des tentacules hideux sortent des manches des smokings et s’introduisent dans des décolletés grouillants d’insectes, des bouches en forme de trou libèrent des langues putrides hérissées de piques, des têtes de rapaces décomposées surmontent les cols blancs. Sous les yeux effarés du lecteur, tout ce beau monde se frotte et se congratule avec un contentement d’autant plus obscène qu’aucun mérite, pas même infime, ne vient le justifier.

Publié pour la première fois à New York en 1966, The Party est un féroce réquisitoire contre les élites — politiciens, financiers, représentants du show-business et du milieu littéraire —, une charge contre la mondanité, sa vacuité insondable et sa monstrueuse prétention.


Les Cahiers dessinés
20€
Beaux-arts / photo / musique / cinéma
Michael Jackson On the wall - Catalogue de l'exposition

Pourquoi M. Jackson inspire-t-il autant d’autres artistes graphiques ? Après Marilyn Monroe, le roi de la pop américaine est représenté dans de très nombreux tableaux, de Andy Warhol à Graham Dolphin. Un livre qui met M. Jackson au cœur de l’art. Cécile

L’influence de Michael Jackson va bien au-delà de la musique. Véritable icône de sa génération à la personnalité fascinante, le King of Pop a inspiré de nombreux artistes, qu’ils soient dessinateurs, peintres, sculpteurs ou encore plasticiens. L’exposition, et le catalogue qui l’accompagne, décryptent l’impact de la star sur l’art contemporain, mais mettent aussi en évidence combien les goûts artistiques éclectiques de Michael Jackson étaient, à l’image de sa philosophie, totalement ouverts, non idéologiques et non discriminatoires. Seront soulignés, à ce propos, les enjeux de sa culture transversale au sein de la communauté afro-américaine.
Au total, 150 œuvres réalisées par plus de 40 artistes – tels qu’Andy Warhol, David La Chapelle, Isa Genzken (à laquelle le Museum of Modern Art, à New York, a accordé une rétrospective), ou encore l’excentrique Grayson Perry, figure incontournable du pop art anglais, pour n’en citer que quelques-uns seront reproduites.
Exposition aux Galeries nationales du Grand Palais du 23 novembre 2018 au 17 février 2019.


Les éditions Rmn-Grand Palais
35€
Beaux-arts / photo / musique / cinéma
La Question sans réponse - Six conférences données à HarvardLeonard Bernstein

Six conférences données à Harvard par le grand compositeur, chef d’orchestre et pianiste. Il retrace l’évolution de la création musicale au fil des années évoquées. De Bach à Boulez, en passant par les Beatles, Bernstein transmet merveilleusement le langage musical, un livre généreux, à l’image de l’artiste. Cécile


Minerve éditions
25€
Beaux-arts / photo / musique / cinéma
The Flame. Poèmes, notes et dessinsLeonard Cohen

L’œuvre finale, qui clôt en beauté l’œuvre de l’artiste, écrivain et chanteur.

Avant sa mort en 2016, L. Cohen a parcouru ses carnets, textes inédits accompagnés de dessins, avec pas mal d’autodérision et voici cette édition bilingue, simple et belle qui donne une matière encore vive et nouvelle de son travail.

On retrouve bien sûr dans ces pages les thèmes de prédilection de celui qui a commencé sa carrière comme poète et romancier, avant de devenir aussi le musicien mondialement célébré qu’on connaît. Il est question d’amour, de passions, de jalousie et de peur de l’abandon, de flamme jamais éteinte, de sexualité, de relations entre les êtres, du temps qui passe et laisse ses traces, de religion aussi, d’aspiration à la sagesse, d’états dépressifs et mélancoliques toujours teintés d’humour.


Le Seuil
25€
Beaux-arts / photo / musique / cinéma
Les costumes font leur cinémaMimi Lempicka Marie Simon

Un superbe livre de croquis qui expliquent tout le travail de l’une des plus grandes créatrices de costumes. Du scénario qui inspire l’imagination à la recherche d’éléments historiques, du choix des tissus à la fabrication, un livre des coulisses du cinéma comme il en existe peu ces derniers temps. Cécile

Une invitation à découvrir les carnets de Mimi Lempicka, talentueuse créatrice de costumes pour le cinéma.
Les précieuses maquettes de Mimi, concentrés de toutes ses idées, révèlent sa méthode de création. Une plongée unique dans l’univers riche de huit films français.


Chêne
39.90€
Beaux-arts / photo / musique / cinéma
Conversations avec Darius KhondjiJORDAN MINTZER

Comme toujours chez cet éditeur, l’idée de départ et le travail final sont brillants, intelligents.

Un des rares ouvrages consacrés exclusivement à l’œuvre d’un chef opérateur, offre au lecteur un voyage à travers le cinéma des cinquante dernières années, vu par l’œil d’un directeur de la photographie qui a su révolutionner son art et se mettre au service d’Hollywood comme du cinéma d’auteur européen ou asiatique. Darius Khondji a travaillé avec Michael Haneke, Woody Allen, Roman Polanski, Jean-Pierre Jeunet & Marc Caro et Nicolas Winding Refn (Too Old to Die Young). Le livre est de toute beauté et édité en bilingue.


Synecdoche éditions
65€
Beaux-arts / photo / musique / cinéma
DévotionPatti Smith

Un simple recueil qui dit beaucoup sur les sources d’inspiration de P. Smith, à savoir, son quotidien, ses déambulations sur les traces de celles et ceux qui ne sont plus (S. Weil, A. Camus…). A l’abri de quelques notes, réflexions, recherches, Devotion passe de la matière de vivre à l’écriture. Très beau, très généreux. Cécile

C’est une histoire d’obsession qui anime Patti Smith, d’obsession créatrice, que l’on retrouve sous différentes formes dans cet ouvrage très personnel. De passage à Paris, l’artiste observe tout et absorbe tout. À la manière d’un journal intime, elle retranscrit ses impressions qui viendront nourrir «Dévotion», la nouvelle qui compose le cœur du livre et lui donne son titre, conte poétique et glaçant qui revisite le Faust de Goethe au féminin.
Patti Smith nous offre ici un aperçu émouvant de son processus d’écriture mais aussi une réflexion sur ce qui la pousse à écrire, encore et toujours.


Gallimard
14.50€
Nos meilleures ventesRomans étrangers
Le corps est une chimèreWendy Delorme

Philippe est à l’étroit dans son rôle d’homme. Marion a trois enfants, avec Élise. Camille veut changer le monde, Ashanta sait qu’on ne peut pas. Isabelle aime à en mourir. Maya est travailleuse du sexe, Jo est flic et n’aime pas ça. Sept vies se font poreuses les unes aux autres, sept personnages découvrent ce qu’on peut s’apporter dans la différence.
Une physiologie d’un monde contemporain qui se questionne sur l’amour, le désir et la filiation. Un roman d’une vérité troublante sur les stéréotypes, les passions, les sexualités, les parentalités et le couple.


Le Diable Vauvert
Littérature LGBT+
Au plus prèsFurmark, Anneli Steinholm, Monica

Adapté par la dessinatrice suédoise Anneli Furmak d’un roman de la romancière norvégienne, Monica Steinholm, Au plus près aborde le thème de l’homosexualité à travers l’histoire de deux jeunes norvégiens, Jens et Edor.

Jens a 17 ans et ce jeune norvégien rondouillard et un peu timide vient de comprendre qu’il était amoureux d’un ami d’enfance, Niklas. Jens choisit de révéler à ses parents qu’il est gay mais cette décision l’effraie et le plonge dans une grande confusion. Juste après avoir fait son coming out, il décide de quitter temporairement ses parents et de se rendre chez son oncle qui vit en couple avec un homme à Finnsnes, à une centaine de kilomètres de là. Jens y rencontre Edor, un jeune habitant des environs Finnsnes de 18 ans, qui a une petite amie, Beate.

Adapté avec brio par Anneli Furmark, Au plus près est un récit tout en retenue et en sobriété. Anneli Furmark nous dévoile avec pudeur et poésie l’histoire touchante de ces deux jeunes adultes avec en toile de fond les somptueux paysages du nord de la Norvège.


Editions Ca et là
22€
BD, romans graphiquesLittérature LGBT+
IndélébilesLuz

Le dessinateur revient sur toutes ses années à Charlie Hebdo. On le découvre arrivant de Tours, montrant timidement dans la rue un dessin à Cabu qui va l’introduire sans plus de cérémonie auprès de Charlie Hebdo. Cabu y est un personnage fort, absolument attendrissant. Le flot de souvenirs est déversé de façon brillante, touchante, juste, drôle et magnifique. On y retrouve, dans leur quotidien de caricaturistes, Tignous, Charb, Gébé, Wolinski … Une lecture inoubliable. Géraldine

Indélébiles : comme les taches d’encre sur les doigts et les souvenirs que retient Luz de sa carrière de dessinateur-journaliste à Charlie Hebdo. Indélébiles : un livre résolument optimiste à l’humour communicatif, où Luz vous fait partager l’intimité de ce journal, et aussi son amour du dessin.


Futuropolis
24€
BD, romans graphiques
Cabu. Une vie de dessinateurJean-Luc Porquet

Passionnant ! On ne peut être qu’admiratif du bonhomme et du dessinateur. Une bio hyper documentée qui nous abreuve d’infos, d’images, de dessins, photos, témoignages …

À quinze ans, Cabu publie son premier dessin dans la presse. Pendant plus de soixante années, pas un jour sans qu’il n’ait pris son crayon. Dessin d’humour, caricature, reportage en France et à travers le monde, illustration, improvisation en direct à la télé : Cabu a tout fait. Inventé des archétypes, comme le Grand Duduche et le Beauf. Fait partager ses passions pour le jazz et Charles Trenet. Mené des combats sans relâche pour le pacifisme, l’écologie, la liberté d’expression, la tolérance.

Cabu gardait tout, carnets de croquis, photos, coupures de presse, documentation, pièces de procès… Cette biographie très documentée est écrite par Jean-Luc Porquet, qui a bien connu Cabu et interrogé tous ses proches, famille, amis, collègues. Elle s’appuie également sur des archives incomparables communiquées pour la première fois par sa femme Véronique. Elle nous permet de redécouvrir un dessinateur mais aussi un homme exceptionnel.


Gallimard
39€
Beaux-arts / photo / musique / cinéma
Les Amours d'un fantôme en temps de guerreNicolas de Crécy
Dans le monde des fantômes, une guerre impitoyable fait rage. Des spectres malfaisants, idéologues et criminels, ont pris le pouvoir.
Alors que la Résistance s’organise, un jeune fantôme, à la recherche de ses parents disparus, s’y enrôle avec espoir et conviction. Avant d’être impliqué dans une autre guerre, plus violente encore : celle des humains. Le hasard amène le jeune fantôme jusqu’à une maison étrange, où se cache une jeune fille. Il en tombe amoureux, voudrait lui déclarer sa flamme, alors que celle-ci ne se doute même pas de son existence.
Mais un soir elle disparaît…
Pour les jeunes lecteurs comme pour les adultes (à partir de 13 ans)

Albin Michel
23.90€
Jeunesse
Les Riches Heures de Jacominus Gainsborough / temporairement épuiséRébecca Dautremer

En douze scènes de genre traversées par les saisons, ponctuées de trois pêle-mêle et d’une dizaine de portraits du héros à différents âges, voici le récit d’une vie. Ses petits riens, ses grands moments, ses joies, ses peines, ses doutes, ses épreuves… Avec, au final, la chance d’avoir été aimé et le bonheur de contempler, au crépuscule de son existence, ses amis fidèles, Policarpe, César, Agathon ou Byron, sa compagne Douce la bien nommée et ses petits-enfants autour de soi.

Pour la première fois, Rébecca Dautremer peint des animaux humanisés.

Elle nous offre une fresque unique pour parler à tous du bonheur d’être en vie, à travers le destin d’un humble petit lapin. Et nous livre en prime son histoire la plus personnelle…

Dès 5 ans


Sarbacane
19.50€
Jeunesse
Et toi t'en penses quoi ?Ray CLID

De A comme Abstention à Z comme ZAD, ce sont des mots de l’actualité glanés dans les médias, à la récré ou à la maison, que des petits curieux cherchent à comprendre, à expliquer… pour aller plus loin que le bout de leur nez. Et toujours en 3 cases !

A partir de 8 ans


Editions Velvet
14.90€
Jeunesse
Une histoire des images pour les enfantsDavid Hockney Martin Gayford

Une histoire des images pour les enfants fait voyager ses lecteurs à travers l’histoire de l’art : depuis les peintures retrouvées sur les parois des grottes préhistoriques, jusqu’aux images que nous créons aujourd’hui grâce à nos ordinateurs et téléphones portables.
Inspirée du best-seller Une histoire des images, cette version destinée aux enfants est racontée par le biais de conversations entre l’artiste David Hockney et l’auteur Martin Gayford. Ils nous parlent d’art avec une simplicité et une clarté stimulantes. Les illustrations de Rose Blake accompagnent les reproductions d’œuvres d’art pour une maquette dynamique et fourmillante de détails à observer.


Seuil Jeunesse
18.50€
Jeunesse
L'enlèvement du prince OléomargarineIllustrations de : Erin E. Stead Textes de : Philip C. Stead

En 1879, dans un hôtel parisien, les filles de Mark Twain montrent un dessin extrait d’un magazine à leur célèbre papa et le supplient d’inventer une histoire. C’est ainsi qu’est né Johnny, jeune garçon démuni entraîné malgré lui dans une quête pour retrouver un prince disparu. Les notes de cette histoire inachevée sont confiées à Philip Stead. Il la termine et, ce faisant, redonne vie à Mark Twain en imaginant des échanges (parfois hilarants !) avec l’illustre auteur. Quant aux magnifiques illustrations d’Erin Stead, elles accompagnent cette fable sociale avec subtilité et élégance.


Kaléidoscope
19.90€
Jeunesse
Jean-KevinCécile Roumiguière et Géraldine Alibeu

Jean-Kevin veut faire ce qu’aucun ours n’a fait avant lui : chanter pour enchanter la forêt. Poussé par son amour de la musique et son désir d’indépendance, il travaille dur avec Pline l’oiseau, son professeur. Jusqu’à ce que sa voix s’envole par-dessus les cimes…

A partir de 6 ans


A pas de loups
16€
Jeunesse
Histoires pour garçons qui veulent changer le mondeBen Brooks

Une fabuleuse collection de 100 portraits d’hommes célèbres ou pas, d’aujourd’hui et d’hier, qui ont décidé de changer le monde en faisant preuve de compassion, de générosité et de confiance en soi*.

* Vous ne trouverez ni super-héros et ni princesse en détresse dans ce livre !


Mazarine
19.90€
Jeunesse
Avec toutes mes sympathiesOlivia de Lamberterie

PRIX RENAUDOT ESSAI 2018

D’une grande douleur et tristesse suite au suicide de son frère tant aimé, Olivia de Lamberterie écrit pour trouver l’issue à l’insurmontable qu’il faut bien vivre. Nourrie de l’écriture des autres, l’auteure ajoute sa pierre à la littérature du deuil, avec pudeur et partage. Cécile

« Les mots des autres m’ont nourrie, portée, infusé leur énergie et leurs émotions. Jusqu’à la mort de mon frère, le 14 octobre 2015 à Montréal, je ne voyais pas la nécessité d’écrire. Le suicide d’Alex m’a transpercée de chagrin, m’a mise aussi dans une colère folle. Parce qu’un suicide, c’est la double peine, la violence de la disparition génère un silence gêné qui prend toute la place, empêchant même de se souvenir des jours heureux.
Moi, je ne voulais pas me taire.
Alex était un être flamboyant, il a eu une existence belle, pleine, passionnante, aimante et aimée. Il s’est battu contre la mélancolie, elle a gagné. Raconter son courage, dire le bonheur que j’ai eu de l’avoir comme frère, m’a semblé vital. Je ne voulais ni faire mon deuil ni céder à la désolation. Je désirais inventer une manière joyeuse d’être triste.
Les morts peuvent nous rendre plus libres, plus vivants. »


Stock
18.50€
Essais
Le lambeauPhilippe Lançon

Le 6 janvier 2015, Philippe Lançon assiste à la représentation de La Nuit des Rois de Shakespeare dans un petit théâtre d’Ivry. Il a pris ses billets pour les Etats-Unis où il donnera des cours de littérature à Princeton et rejoindra sa nouvelle compagne. Le lendemain matin, Houellebecq est interviewé sur France Inter pour la parution de Soumission ; Lançon, qui a écrit un papier élogieux dans Libé, écoute en faisant sa gymnastique sur un tapis qu’il a rapporté d’Irak en 1991, deux jours avant les bombardements américains. S’il n’était pas rentré, il serait devenu reporter de guerre et non journaliste littéraire. A la conférence de Charlie Hebdo, tout le monde parle de Houellebecq, puis des banlieues. Tignous dit que l’Etat les a abandonnées et a fabriqué des islamistes et des délinquants. Bernard Maris s’insurge. Lançon montre un livre de jazz à Cabu, quand les tueurs arrivent. Philippe Lançon ne cherche pas à expliquer l’attentat. Il écrit sans pathos, sans complaisance pour lui-même, ce qui n’empêche pas l’émotion et la profondeur (sur la mémoire, la perception d’une vie). L’avant et le pendant sont d’une très grande intensité, la scène de l’attaque est extrêmement saisissante. Dans ce livre de survie, Philippe Lançon s’attache à décrire sa vie qui bascule, lui qui, défiguré, reçoit « une blessure de guerre » dans un pays « en paix ».

PRIX FEMINA 2018

PRIX SPECIAL DU JURY RENAUDOT 2018

«Un livre capital.»
Jérôme Garcin, L’Obs

«Intimiste, profond.»
Nathalie Crom, Télérama

«Un grand livre de littérature.»
Bernard Pivot, Le Journal du Dimanche

«Un témoignage rare, fascinant autant qu’effrayant.»
Alexandra Schwartzbrod, Libération

«Un magistral journal de deuil.»
Jean Birnbaum, Le Monde des Livres

«Une œuvre universelle.»
Baptiste Liger, Lire

«Un livre extraordinaire, un récit splendide sur une expérience atroce.»
Olivia de Lamberterie, Elle

«Un récit intense sur une vie brutalement soumise à l’impensable.»
Nelly Kaprièlian, Les Inrockuptibles

« Un livre pour conjurer. »
Christophe Ono-dit-Biot, Le Point

« Un chef d’œuvre indiscutable, absolu. »
Frédéric Beigbeder, Le Figaro Magazine


Gallimard
21€
Nos meilleures ventesRomans français
Les Grands EspacesCatherine Meurisse

Foncez vers cet album à la fois beau, drôle et riche sur un regard sur une enfance, une enfance à la campagne dans les années 80. On retrouve le coup de main de Catherine Meurisse (La légèreté, Mes hommes de lettres, Moderne Olympia, Scènes de la vie hormonale, Savoir vivre ou mourir ..) et son esprit mordant mais pas méchant. Un regard affuté comme sa pointe de crayon sur la campagne française, l’enfance, la nature, l’agriculture intensive, l’imagination … C’est magnifique. Géraldine

Catherine Meurisse a grandi à la campagne, entourée de pierres, d’arbres, et avec un chantier sous les yeux : celui de la ferme que ses parents rénovent, afin d’y habiter en famille. Une grande et vieille maison qui se transforme, des arbres à planter, un jardin à imaginer, la nature à observer : ainsi naît le goût de la création et germent les prémices d’un futur métier : dessinatrice. Avec humour et tendresse, l’auteure raconte le paradis de l’enfance, que la nature, l’art et la littérature, ses alliés de toujours, peuvent aider à conserver autant qu’à dépasser. Les Grands Espaces raconte le lieu d’une enfance et l’imaginaire qui s’y déploie, en toute liberté.


Dargaud
19.99€
BD, romans graphiquesNos meilleures ventes
Will Eisner Integrale volume I : New York TrilogieEISNER Will

On adooooore !!

Will Eisner raconte comme personne sa vie à Big Apple, une ville qu’il a vu grandir et changer au fil des arrivées massives de migrants de toutes origines sociales, religieuses et géographiques. Un chef d’oeuvre enfin réédité.

Will Eisner fait de New York et de ses habitants les personnages d’une pièce de théâtre plus grande que nature. Muets ou diserts, instantanés ou développés en plusieurs planches, l’auteur révèle toute la finesse et l’intelligence dont il savait faire preuve. La faune exubérante campée sur les perrons d’immeubles populaires, les gamins des rues, tout devient matière à raconter la vie.

 


Delcourt
34.95€
BD, romans graphiques
Les Billes du PachinkoElisa Shua Dusapin

Un roman si simple, rempli d’odeurs, de sons, y  compris de silence, de temps, y compris pour aller se coucher.

Après un 1er roman remarqué, l’auteure confirme son talent à nous partager l’inter-culturalité dans laquelle elle a grandi. Ici l’héroïne, Claire, de retour à Tokyo chez ses grands-parents, va tenter par approches successives, un retour en Corée… là d’où ils ont émigrés des années plus tôt, dans le chaos. Cécile

Claire va avoir trente ans et passe l’été chez ses grands-parents à Tokyo. Elle veut convaincre son grand-père de quitter le Pachinko qu’il gère pour l’emmener avec sa grand-mère revoir leur Corée natale, où ils ne sont pas retournés depuis la guerre. Le temps de les décider à faire ce voyage, Claire s’occupe de Mieko, une petite Japonaise à qui elle apprend le français. Elisa Shua Dusapin propose un roman de filiation, dans lequel elle excelle à décrire l’ambivalence propre aux relations familiales. Elle dépeint l’intériorité de ses personnages grâce une écriture dépouillée et plonge le lecteur dans une atmosphère empreinte d’une violence feutrée où l’Extrême-Orient joue son rôle.


Zoé éditions
15.50€
Romans français
Renoir Père et FilsSylvie Patry

Superbe livre à l’iconographie majestueuse dans un format raisonnable pour le consulter sans cesse, voici réuni le travail de peintre et de cinéaste de Pierre-Auguste et Jean Renoir.

Les textes sont courts et les fils tirés entre le père et le fils sont pertinents, comme, par exemple, les femmes qui ont inspiré les deux artistes. Un cadeau parfait. Cécile

«Jean Renoir, deuxième fils du grand peintre Pierre-Auguste Renoir, fut l’un des cinéastes les plus influents du XXe siècle et même, selon Orson Welles, « le plus grand de tous les réalisateurs ». Cette situation exceptionnelle est le point de départ de « Renoir père et fils / Peinture et cinéma ». La présente exposition, la première consacrée par un musée à la relation artistique complexe et fructueuse qu’ont entretenue Pierre-Auguste et Jean, se propose d’examiner, dans une perspective nouvelle et nuancée, la façon dont l’œuvre du père et celle du fils ont pu s’entrecroiser. À travers tout ce que les deux hommes ont partagé – des modèles et des lieux, une palette vibrante et les effets de lumière dans la nature -, elle se penche sur la production artistique d’un grand cinéaste et d’un grand peintre sous l’angle fascinant de la lignée familiale. Cette approche intime et particulière du sujet met au premier plan les moments importants de la carrière et de la vie de famille d’un père et d’un fils. Elle pose plus généralement la question du difficile dialogue entre deux modes d’expression artistique, la peinture et le cinéma. […]»


Flammarion
42 €
Beaux-arts / photo / musique / cinéma
L'espace du Rêve (David Lynch par lui-même et par les autres)David Lynch

Un pavé indispensable à tous les fans du cinéaste, artiste, David Lynch. Entre mémoires et biographie, le livre mêle ses souvenirs, réflexions à des entretiens avec ses proches et collaborateurs de longues dates. Cécile

Dans ces mémoires uniques et hybrides, qui sont aussi particulières que l’homme lui-même, Lynch se confie pour la première fois sur sa vie, toujours en quête d’une vision singulière, et sur les nombreux chagrins d’amour et épreuves qu’il a affrontés pour mener à bien ses projets peu orthodoxes, parfois avec succès, parfois sans. Les réflexions lyriques, intensément intimes et sans aucun filtre de Lynch sont précédées de sections biographiques, écrites par sa proche collaboratrice Kristine McKenna et basées sur plus de cent interviews inédites avec des membres de sa famille, des acteurs, des agents, des musiciens et des collègues dans plusieurs domaines, qui ont chacun leur propre version de ce qu’il s’est passé.


JC Lattès
25.90€
Beaux-arts / photo / musique / cinéma
Miles Davis Les sessions photographiques de Jean-Pierre LeloirJean Pierre Leloir

Ce livre raconte la relation, longue et fidèle, qui exista entre le trompettiste américain Miles Davis et le photographe français Jean-Pierre Leloir. Exceptionnels artistes, d’une exigence folle et dotés tous deux de caractères bien trempés, leurs séances photos en studio, sur scène ou lors de moments plus intimes sont racontées par la plume alerte et éclairée de Philippe Margotin, grand spécialiste de la musique en général, du jazz et du rock en particulier.

Pour la première fois, voici proposée au public une monographie complète de plus de 200 photographies, dont une belle part est inédite, présentant le trompettiste lors de ses séjours en France


Glénat
39.95€
Beaux-arts / photo / musique / cinéma
TOURNIQUET JAUNE

Avant de s’absenter, la concierge accrochait un petit carton derrière la vitre de sa loge, choisissant parmi plusieurs propositions : « La concierge/est dans l’escalier/est dans la cour/revient de suite… »

Avant les horodateurs payants de la ville, tout le monde possédait un disque de stationnement en carton, qu’on laissait derrière le pare-brise et qui distrayait les enfants pendant les longs trajets en automobile.

Ces tourniquets-ci viennent de ces tourniquets-là. Ils sont indispensables pour répondre à des questions vraiment importantes :
Aujourd’hui/Demain, que puis-je faire ou vivre ? Qu’est-ce que JE fais ? Et toi, qu’est-ce que TU fais ?


9€
Sélection papeterie & objets
MANUEL D'EDUCATION PUNK La visite au muséeElia Miriam et Ezra

La « naïveté » et l’aspect vintage des illustrations et de la mise en page contrastent délicieusement avec l’humour noir distillé par le texte : vous tenez entre vos mains des ouvrages inclassables où se croisent l’esprit des Monty Python et les aventures de Martine dans une version revisitée à la sauce punk.


Flammarion
8€
Nos meilleures ventesSélection papeterie & objets
Cartes, édition revue et corrigéeAleksandra Mizielinska (Auteur) Daniel Mizielinski (Illustration)

Des panthères de Perse au premier roi viking de Norvège, de la banquise de l’Antarctique à la joyeuse fête de la boue en Corée, nos yeux n’en finissent pas de s’étonner de la fabuleuse diversité de la nature et des cultures qui font notre planète ! Arbres géants, châteaux fascinants, plats traditionnels, grands artistes… En quelque 6 000 vignettes, cet album exceptionnel nous raconte 64 pays du monde à la manière des cartes illustrées des grands explorateurs. Autant d’invitations à en savoir davantage sur ces ailleurs et à aller à la rencontre des tous les autres humains.


Rue du Monde
28€
Jeunesse
Brève histoire de sept meurtresMarlon James

Immersion moite et sanglante dans la Jamaïque des années 70. On y croise Bob Marley, des chefs de gangs, des agents de la CIA en plein spleen au bord des piscines… Ce récit choral, aux multiples narrateurs, emporte avec verve et rythme et donne à voir un Kingston cruel et complexe. Loin des images naïves qui ont souvent cours.Stéphane

Kingston, 3 décembre 1976. Deux jours avant un concert en faveur de la paix organisé par le parti au pouvoir, dans un climat d’extrême tension politique, sept hommes armés font irruption au domicile de Bob Marley. Le chanteur est touché à la poitrine et au bras. Pourtant, à la date prévue, il réunira plus de 80 000 personnes lors d’un concert historique.


Le Livre de Poche (Albin Michel)
10.20€
Romans étrangers
Première PersonneRichard Flanagan

Le dernier livre de Richard Flanagan, lauréat du ManBooker Prize 2014, résume en son titre l’intrigue la plus introspective de l’auteur tasmanien. Cette « Première Personne » dont il semble tirer les ficelles narratives en marionnettiste de l’identité. Est-ce un alter ego qui s’incarne dans son narrateur ? Ce jeune écrivain sans le sou incapable de finir son premier roman ? Qui devra lui-même se faire la plume d’un autre. Et c’est tout le talent de Flanagan que les réponses tardent. Et que ce soit un plaisir de lecture.Stéphane

Kif Kehlmann est dans l’impasse. Il n’est plus capable de subvenir aux besoins de sa famille. Le roman qu’il essaie d’écrire depuis des années n’avance pas. Et pour couronner le tout, il est tasmanien – un descendant de bagnard, un moins que rien. Mais un soir, il reçoit un coup de fil de Ray, un ami d’enfance aux relations troubles, qui assure depuis quelques mois la protection rapprochée du plus célèbre escroc d’Australie, Siegfried Heidl. Ce dernier, en passe d’être jugé pour avoir fauché plus de sept cents millions de dollars aux banques, cherche quelqu’un pour rédiger ses Mémoires.

Actes Sud
23€
Romans étrangers
Le Monarque des ombresJavier Cercas

Comment écrire sur un passé familial marqué par le choix du mauvais camp ? Sur un grand-oncle, officier dans l’armée putschiste de Franco, mort au combat ? Quand de cet aïeul ne reste qu’une photo poussiéreuse et les souvenirs indociles de quelques vieillards ? Et finalement comment situer l’acte d’écrire quand il convoque ainsi la mémoire ? Entre littérature et histoire, c’est sur ce fil ténu que Javier Cercas tient l’équilibre d’un livre passionnant.Stéphane

Un jeune homme pur et courageux, mort au combat pour une cause mauvaise (la lutte du franquisme contre la République espagnole), peut-il devenir, quoique s’en défende l’auteur, le héros du livre qu’il doit écrire ? Manuel Mena a dix-neuf ans quand il est mortellement atteint, en 1938, en pleine bataille, sur les rives de l’Èbre. Le vaillant sous-lieutenant, par son sacrifice, fera désormais figure de martyr au sein de la famille maternelle de Cercas et dans le village d’Estrémadure où il a grandi. La mémoire familiale honore et transmet son souvenir alors que surviennent des temps plus démocratiques, où la gloire et la honte changent de camp.


Actes Sud
22.50€
Romans étrangers
Lettres MandelstamOssip Mandelstam

Il fut sans doute avec Maïakovski le plus célèbre des poètes de la révolution soviétique. Son destin sera bien différent. Mandelstam fut l’éternel rebelle face à un régime qui ne les tolérait déjà plus. Et pourtant. Rien ni personne ne le fit taire. Pas même Staline à qui Mandelstam dédia un poème osant le critiquer. Le prix sera d’abord l’exil forcé. Puis le goulag. Puis la mort. D’où l’importance de cette correspondance. Comme une ultime révolte face à l’oubli dans lequel Staline voulut l’anéantir.Stéphane

Le présent volume regroupe deux cent quarante-sept lettres écrites ou dictées par Ossip Mandelstam, de la première, adressée à ses parents en 1903, à la dernière, rédigée du Goulag en 1938, un mois et demi avant sa mort. Elles ne constituent qu’une partie de sa correspondance, mais c’est un vrai miracle qu’elles aient été conservées : d’ordinaire, sous l’ère stalinienne, on détruisait instantanément toute trace de lien avec un ami ou un parent soudain compromettant, devenu en une nuit un de ces disparus dont on ne savait s’ils étaient détenus ou déjà fusillés.


Actes Sud
8.80€
Poésie/théâtre/danse
PiranhasRoberto Saviano

L’épopée tragi-comique d’une bande de gamins napolitains à dos de scooter. Accros aux réseaux sociaux, ils jouent à devenir des caïds. Cela aurait pu s’arrêter là. Mais c’est sans compter l’ambition de Nicolas. L’éternelle histoire des rues. La quête du pouvoir, de l’argent facile. L’impérieuse reconnaissance des aînés. L’adoubement par le sang versé. Tout cela se produira. Et bien plus. Et bien pire.Stéphane

Naples, quartier de Forcella. Nicolas Fiorillo vient de donner une leçon à un jeune homme qui a osé liker des photos de sa copine sur les réseaux sociaux. Pour humilier son ennemi, Nicolas n’est pas venu seul, il s’est entouré de sa bande, sa paranza : ils ont entre dix et dix-huit ans, ils se déplacent à scooter, ils sont armés et fascinés par la criminalité et la violence


Gallimard
22€
Romans étrangers
J'ai couru vers le NilAlaa EL ASWANY

L’immense talent d’El Aswany pour croquer la société égyptienne, à l’aune d’un Balzac en d’autres temps et d’autres lieux, s’avère encore une fois. Après l’Immeuble Yakoubian et l’Automobile Club d’Egypte, ce dernier livre atteint une envergure encore plus importante. Car c’est cette fois de notre époque, de notre monde dont il se fait l’écho et le contrepoint désenchanté des « révolutions » arabes disparues dans la tourmente et l’indifférence.Stéphane

Le Caire, 2011. Alors que la mobilisation populaire est à son comble sur la place Tahrir, Asma et Mazen, qui se sont connus dans une réunion politique, vivent leurs premiers instants en amoureux au sein d’une foule immense. Il y a là Khaled et Dania, étudiants en médecine, occupés à soigner les blessés de la manifestation. Lui est le fi ls d’un simple chauffeur, elle est la fille du général Alouani, chef de la Sécurité d’État, qui a des yeux partout, notamment sur eux. Il y a là Achraf, grand bourgeois copte, acteur cantonné aux seconds rôles, dont l’amertume n’est dissipée que par ses moments de passion avec Akram, sa domestique. Achraf dont les fenêtres donnent sur la place Tahrir et qui, à la suite d’une rencontre inattendue avec Asma, a été gagné par la ferveur révolutionnaire. Un peu plus loin, il y a Issam, ancien communiste désabusé, victime de l’ambition de sa femme, Nourhane, présentatrice télé, prête à tout pour gravir les échelons et s’ériger en icône musulmane, qu’il s’agisse de mode ou de mœurs sexuelles.

Actes Sud
23€
Romans étrangers
L'Hiver du mécontentementThomas B. Reverdy

Une jeune fille pédale à toute vitesse dans les rues de Londres. C’est l’hiver. Elle répète Richard III au théâtre. Mais c’est une autre femme qui apparait bientôt telle une silhouette, ombre menaçante. Margaret Thatcher mène campagne. Elle sera bientôt élue et conduira l’Angleterre au royaume de l’ultra-libéralisme. Malgré la révolte, chantée à chaque chapitre par le punk qui s’éteint et la new-wave qui renonce.Stéphane

PRIX INTERALLIE 2018

L’Hiver du mécontentement, c’est ainsi que le journal le Sun qualifia l’hiver 1978-1979, où des grèves monstrueuses paralysèrent des mois durant la Grande-Bretagne. Voici venir l’hiver de notre mécontentement, ce sont aussi les premiers mots que prononce Richard III dans la pièce de Shakespeare. Ce personnage, la jeune Candice va le jouer, dans une mise en scène exclusivement féminine. Entre deux tournées à vélo pour livrer des courriers dans un Londres en proie au désordre, elle cherchera à comprendre qui est Richard III et le sens de sa conquête du pouvoir. Au théâtre Warehouse, lors d’une répétition, elle croisera une Margaret Thatcher encore méconnue venue prendre un cours de diction et déjà bien décidée à se hisser à la tête du pays. Elle fera aussi la rencontre de Jones, jeune musicien brutalement licencié et peu armé face aux changements qui s’annoncent.


Flammarion
18€
Romans français
Broadway Limited. T.2 – Un Shim Sham avec Fred AstaireMalika Ferdjoukh

Janvier 1949. Six. Elles sont six à souffler sur leurs doigts quand le brouillard s’attarde sur New York. Avant de se réchauffer dans la cuisine de l’honorable pension Giboulée, où elles partagent aussi leurs rêves fous, leurs escarpins trop pointus et quelques pancakes joufflus. Un jour, elles seront comédiennes ou danseuses, et Broadway sera à leurs pieds. En attendant, Hadley, Manhattan, Page, Chic, Etchika et Ursula courent les théâtres, les annonces, les auditions, les cachets – New York est une ville fabuleuse à condition d’avoir des sparadraps dans son sac. Elles ont 19 ans ou à peine plus, et elles donneraient tout pour réussir, elles qui n’ont rien, en dehors de leur talent. Cela peut-il suffire dans cette Amérique d’après-guerre qui ne fait pas de cadeau ? Pas sûr. Mais si elles n’y croient pas, si elles n’y croient pas scandaleusement, qui y croira ?

13 ans et +


L’Ecole des Loisirs
18.50€
Jeunesse
Le monde de Lucrèce, 2Anne Goscinny Illustré par Catel

Une bonne dose d’énergie, un soupçon d’impertinence et surtout beaucoup d’humour, revoilà Lucrèce!
Notre héroïne est confrontée à un exposé super important avec les Lines, ses meilleures amies, à un mariage sans mariée, aux fiançailles surprises de sa grand-mère, à un cours de claquettes et à bien d’autres mésaventures! Elle a des parents toujours aussi compliqués, un petit frère horripilant et un cousin prénommé… Nicolas, comme le héros de ses livres préférés.

Le deuxième volume complètement loufoque des aventures de Lucrèce!

de 8 à 12 ans


Gallimard Jeunesse
12.50€
Jeunesse
Tout le monde devrait rester tranquille près d'un petit ruisseau et écouterLolita Séchan
Bartok, la plus jeune taupe de la tribu Biloba, s’installe au bord d’un ruisseau, il écoute les bruits et les sons de la nature et du repos. En arrière plan, ses nouveaux amis construisent une cabane.

Actes Sud BD
12€
Jeunesse
Anne Teresa De KeersmaekerChristian DUMAIS-LVOWSKI - Directeur D’ouvrage
Après Pina Bausch et Carolyn Carlson, cette grande monographie propose une perspective unique du travail de la chorégraphe belge mondialement renommée, Anne Teresa de Keersmaeker. Ce livre présente les photographies d’Ann Van Aerschot qui fut également l’assistante artistique de la chorégraphe durant de nombreuses années.
Le Festival d’automne à Paris proposera de mi-septembre à mi-décembre 2018 un portrait d’Anne Teresa de Keersmaeker (quatorze projets dans vingt lieux en Île-de-France et à Paris).

Actes Sud
50€
Beaux-arts / photo / musique / cinéma
Intégrale Racontars ArctiquesJørn Riel & Gwen de Bonneval & Hervé Tanquerelle

Une œuvre d’une grande humanité où le burlesque et l’absurde côtoient la poésie et l’aventure !

Des glaces du Groenland où il a séjourné seize ans, Jørn Riel rapporte les savoureux racontars d’une bande de joyeux drilles, chasseurs-trappeurs, paumés hâbleurs, curé d’enfer ou écrivain sans crayon, tous amoureux de cet être cruellement absent de la banquise, la femme.
Chacun a une aventure déjantée ou une expérience fabuleusement absurde à raconter, aussi décapante que le tord-boyaux qu’ils avalent à grands flots. Portés par le vent d’arctique, les secrets mal gardés deviennent vite de chaleureux récits prêts à faire fondre les icebergs !

 


Sarbacane
29.90€
BD, romans graphiques
Le vieil homme et son chat .. n'ont plus peur des chiens T1Nekomaki
Un livre à la fois très beau et très touchant. Si juste sur l’intrigant peuple des chats.
C’est tout doux, avec quelques coups de griffes dans le scénario. Le dessin conjugue simplicité, identité & talent. Géraldine
Chaque moment du quotidien est un trésor d’humour, de tendresse et de nostalgie.
Daikichi, instituteur à la retraite et veuf, vit avec Tama, un chat de 10 ans. Ou bien est-ce Tama qui veille sur son vieux maître pour honorer une promesse faite à son épouse disparue ?
Au fil des saisons et d’un quotidien fait de promenades paisibles, de repas partagés entre voisins de toujours et d’évocations des années passées, Daikichi et son chat s’entraident, se chamaillent, et s’adorent.

Casterman
15€
BD, romans graphiques
Nick Cave Mercy on meReinhard Kleist
Une plongée sous acide dans l’univers du chanteur culte !
Australie, années 70, le jeune Nicolas se rêve en rock star et commence à se produire sur les scènes locales. D’une famille très religieuse, il conserve un sens du sacré qui pimente ses textes, mais se revendique plus du blues et du rock US, notamment de Johnny Cash.
Menée tambour battant, cette incursion dans la vie de Nick Cave convoque les personnages de ses chansons en parallèle de la vie réelle du chanteur, dans un va et vient fascinant, tant son vécu – et ses histoires d’amour en particulier – ont inspiré son écriture.
Le rocker se révèle un homme en plein malaise, avec ses contradictions, ses pulsions destructrices, ses délires… Mais qui a toujours su les apprivoiser pour en nourrir son œuvre.

Casterman
23.95€
BD, romans graphiquesBeaux-arts / photo / musique / cinémaNos meilleures ventes
Andy, un conte de faitsTypex
Un livre génial ! Hyper graphique, original, pop à souhait ! Super cadeau …
La vie du roi du Pop Art pour la première fois en bande dessinée !
10 chapitres, 10 périodes clés de la vie d’Andy Warhol, où l’auteur ne nous cache rien de l’homme et de l’artiste. De son enfance pauvre jusqu’au sommet de la célébrité, Andy restera viscéralement attaché à sa mère, habitant avec elle, mais ne lui avouant jamais son homosexualité. Tiraillé entre la création artistique et le merchandising pur et simple de ses œuvres, très rapidement à la tête d’une entreprise créée pour le promouvoir, adorant la fête et tous ses excès, il était un homme complex(é) mais qui a marqué le monde bien au-delà de son époque et de son pays.
Tout au long des 562 pages de son livre, Typex convoque toute la pop culture américaine, qui a conquis le monde entier depuis le milieu du XXe siècle. Cinéma, art contemporain, littérature, musique, ils sont tous là : Marilyn Monroe, Greta Garbo, Jackson Pollock, Truman Capote, Lou Reed, Nico, Bob Dylan, Basquiat, Michael Jackson…

 


Casterman
35€
BD, romans graphiques
TheloniousRoland Brival

Un autre livre sur l’immense artiste de jazz, ici un texte qui part du mutisme de Monk sur ses dernières années et qui remonte dans son passé. Le texte est accompagné de très beaux dessins à la craie. Cécile

Thelonious Monk vit ses dernières années reclus et mutique. Un mystérieux mécanisme s’est brisé dans son esprit qui le rend incapable de jouer la moindre note. Lors de ses séjours dans la villa de son amie, la baronne Pannonica de Koenigswarter, il ne quitte plus sa chambre, ne touche plus au magnifique Steinway que celle-ci lui a offert, et communique très rarement avec les autres musiciens.
Le temps d’une nuit, celui qui fut l’un des pianistes de jazz les plus réputés revoit défiler son passé comme un vieux film parsemé d’images en lambeaux. Les tournées à l’autre bout du monde, du Japon au Mexique en passant par la France ou la Scandinavie. Les concerts dans les salles les plus prestigieuses, de la Fenice à la Salle Pleyel. Les souvenirs s’entremêlent et se succèdent pour raconter l’incroyable destin qui fut le sien dans une Amérique raciste et en proie à la ségrégation.
Thelonious, roman richement illustré de dessins réalisés à la craie, rend hommage à celui qui a révolutionné l’histoire du jazz et montré que dans les silences se trouvaient bien plus que des mots.


Gallimard
23€
BD, romans graphiquesBeaux-arts / photo / musique / cinéma
Pur jus la vinification nature / 2Fleur Godart Justine Saint Lô

La suite et fin de l’épopée sur le vin nature, racontée par Fleur et Justine, elles ont sillonné la France, interviewé encore des dizaines de vignerons (tous en vin nature) pour leur faire raconter leur manière de « faire » le vin. Bien souvent on croit que le vin c’est juste mettre du jus en tonneaux et d’attendre que cela se transforme, et bien non, il y a tout un monde dans les chais, un monde vivant qui permet les fermentations. Il n’y a pas une mais des recettes, pas un vin identique, tous soumis aux aléas climatiques, aux contraintes d’aménagement du chais, les cuves toutes différentes, des millésimes qui ne donneront rien. Dans ce monde, lorsque la fermentation s’arrête dans une cuve, c’est fini, pas moyen de tricher, on en fera rien… Tout aussi difficile que la culture sans antidotes pétrochimiques, la vinification du vin nature relève du défi, les vins obtenus, sont des témoins de la maîtrise et de l’expérience du vigneron. Encore une fois, l’enquête révèle la flamme de ces vignerons pas toujours vainqueurs, mais qui n’abandonnent jamais pour obtenir leur millésime. Une histoire de passion. Avec les deux livres, enfin une vision complète de ce monde du vin nature, en plein essor, et tellement vivant.


Marabout
25€
Gastronomie, vinNos meilleures ventes
Archives des mouvements LGBT, Histoire de luttes de 1890 à nos joursAntoine Idier

À partir d’archives pour la plupart inédites, ce livre retrace sur la longue durée une histoire des luttes et mouvements LGBT+ en France. Nourri d’une investigation documentaire de grande ampleur, l’ouvrage présente une riche iconographie : affiches, couvertures de journaux ou revues, tracts, correspondances, photographies, etc. Une vingtaine d’invités commentent des documents de leur choix : la pluralité des points de vue des contributeurs, chercheurs et/ou militants de différentes générations incarne la diversité des expressions minoritaires rassemblées sous le nom LGBT+. Celles-ci, à travers plus d’un siècle de combats, ont permis l’invention d’espaces de liberté et de vie et la remise en question de toute « normalité sexuelle ».

Antoine Idier est sociologue et historien. Il a notamment publié Les Vies de Guy Hocquenghem. Politique, sexualité, culture aux éditions Fayard, 2017 et Les Alinéas au placard. L’abrogation du délit d’homosexualité (1977-1982) aux éditions Cartouche, 2013.


Textuel
39€
EssaisLittérature LGBT+
Sur le ciel effondréColin Niel

Retour en Guyane pour Colin Niel ! En suivant les pas de l’adjudant Angélique Blakaman, elle-même originaire des bords du fleuve Maroni, au coeur de la Guyane, nous croisons tout ce qui fait le sel (et le poivre) de cette région française d’outre-mer : les mines pillées par les orpailleurs étrangers, le chômage qui sévit à plein, l’influence grandissante de l’Eglise Evangélique … Sous le ciel effondré est, au-delà d’un très bon polar, un roman fleuve et instructif sur ce coin souvent méconnu du territoire de France et le sort réservé à la population améridienne de Guyane. Géraldine

En raison de sa conduite héroïque lors d’un attentat en métropole, l’adjudante Angélique Blakaman a obtenu un poste à Maripasoula, dans le Haut-Maroni, là où elle a grandi. Au bord du fleuve, il lui faut supporter de n’être plus la même, une femme que sa mère peine à reconnaître, de vivre aussi dans une ville qui a changé au voisinage des rives du Suriname, avec leurs commerces chinois, leurs dancings et leurs bordels, les filles dont rêvent les garimpeiros qui reviennent des placers aurifères. Et après les derniers spots de vie urbaine s’ouvre la forêt sans bornes vers les mythiques Tumuc-Humac, le territoire des Wayanas, ces Amérindiens qui peu à peu se détachent de leurs traditions, tandis que s’infiltrent partout les évangélistes. C’est là que vit Tapwili Maloko, le seul homme qui met un peu de chaleur dans son cœur de femme. Aussi, lorsque de sombres nouvelles arrivent de Wïlïpuk, son village à plusieurs heures de pirogue, hors de question qu’Angélique ne soit pas de la partie. Pour elle s’engage l’épreuve d’une enquête dans la zone interdite, ainsi qu’on l’appelle parfois. Et pour affronter le pire, son meilleur allié est le capitaine Anato, noir-marron comme elle, et pour elle prêt à enfreindre certaines règles.


Le Rouergue
23€
Littérature policière
1994Adlène Meddi

Adlène Meddi revient sur la décennie noire de l’Algérie, les années 90 où les Algériens d’entre-tuaient dans une guerre fratricide, aveugle, paranoïaque, atroce. Son récit fait également des bonds vers le passé et l’avenir, des bonds qui éclaboussent les personnages du sang de l’histoire, le sang des aïeux, le sang de la vengeance.

1994 est un roman policier, politique, historique.

A lire ! Géraldine

1994 : c’est l’année où tout bascule pour quatre jeunes lycéens algérois d’El-Harrach. Le pays est à feu et à sang lorsque ces adolescents décident de former, avec leurs propres moyens, un groupe clandestin de lutte antiterroriste. Dans ce roman dense et puissant, à travers des personnages aussi emblématiques que complexes, Adlène Meddi raconte les guerres qui ont marqué le pays et qui imprègnent encore si intensément le présent des Algériens.


Rivages
20€
Littérature policière
CorruptionDon Winslow

S’il était possible d’imaginer James Gray, Scorsese et De Niro se réunir dans un pub irlandais de Staten Island, de quoi parleraient-ils ? Peut-être de ce dernier roman de Don Winslow tant le portrait qu’il y  dresse des flics new-yorkais impressionne. Confondant de réalisme et d’une écriture virtuose, ce livre leur rend un hommage terrible et sans concession. Winslow n’aime pas les héros ou alors à la condition de les rendre cruels, faibles, malhonnêtes. Ou peut-être simplement humains et si glacialement proches de nous. Un chef d’œuvre. Stéphane

QUAND TOUT LE SYSTÈME EST POURRI
AUTANT JOUER SELON SES PROPRES RÈGLES

Denny Malone est le roi de Manhattan North, le leader charismatique de La Force, une unité d’élite qui fait la loi dans les rues de New York et n’hésite pas à se salir les mains pour combattre les gangs, les dealers et les trafiquants d’armes. Après dix-huit années de service, il est respecté et admiré de tous. Mais le jour où, après une descente, Malone et sa garde rapprochée planquent pour des millions de dollars de drogue, la ligne jaune est franchie.
Le FBI le rattrape et va tout mettre en œuvre pour le force à dénoncer ses coéquipiers. Dans le même temps, il devient une cible pour les mafieux et les politiques corrompus. Seulement, Malone connaît tous leurs secrets.
Et tous, il peut les faire tomber…

À travers une narration abrupte et remarquablement réaliste, faisant écho à l’œuvre de Dennis Lehane comme aux films de Martin Scorsese, James Gray et Brian de Palma, Don Winslow livre un roman policier magistral, tableau étourdissant du crime organisé, actuellement en cours d’adaptation au cinéma par James Mangold (Copland).


Harper Collins Noir
22.90€
Littérature policière
La dernière étreinteFrans de Waal

Si les yeux sont une fenêtre sur l’âme alors le regard que pose Mama – la matriarche de la colonie de chimpanzés du zoo d’Arnhem au crépuscule de sa vie –, sur Jan van Hooff, un professeur de biologie qui l’a côtoyée pendant plus de quarante ans, en dit long sur la sensibilité animale. C’est le point de départ du voyage auquel nous convie Frans de Waal. Une véritable plongée au coeur de l’émotion animale, qui nous invite à reconsidérer toutes nos certitudes.

Les recherches récentes sont en effet sans appel : les mammifères et la plupart des oiseaux ressentent des émotions : joie, peur, colère, désir, tristesse, besoin d’intimité, deuil, soif de pouvoir ou sens de l’équité… Aux accusations d’anthropomorphisme – cette tendance à assimiler l’attitude des animaux à celles des hommes –, Frans de Waal oppose l’«anthropodéni», c’est-à-dire la croyance vaniteuse des hommes en l’incomparabilité de leur espèce.

Le primatologue américano-néerlandais apporte son expérience aux grands débats éthiques et philosophiques contemporains. Il conteste la séparation entre corps et esprit, entre émotion et raison, ainsi que la rupture humain-animal. Tout au long de cet ouvrage fascinant, il montre combien l’intelligence émotionnelle structure la vie de tous les animaux sociaux.


Les Liens qui Libèrent
23.50€
Essais
Catherine Deneuve, film par filmIsabelle Giordano

«Connaît-on vraiment Catherine Deneuve? Celle que la presse américaine a proclamée « la femme la plus belle du monde »? Celle qui, âgée de vingt-neuf ans à peine, avait déjà tourné avec les plus grands : Demy, Buñuel, Polanski, Ferreri, choisissant avec régularité les rôles les plus audacieux, novateurs ou scandaleux.
Dans ce livre, pas de révélation sur le « mystère Deneuve », ni sur une vie privée jalousement gardée, mais un fil conducteur qui éclaire et réunit une pléiade de personnages : Geneviève dans Les Parapluies de Cherbourg, Delphine dans les Demoiselles de Rochefort, Carole dans Répulsion, la princesse dans Peau d’Âne, ou bien l’étrange Tristana, la bien nommée Belle de Jour, Marion dans Le Dernier Métro, ou encore Éliane dans Indochine : tous ces personnages dessinent les contours de femmes qui nous ressemblent un peu, offrent un miroir sur un monde en marche, témoin d’un talent aux mille facettes.
Un livre pour comprendre ce que dit la beauté de ce visage à l’ovale parfait, derrière lequel se lit aussi la mélancolie et les non-dits. Celui d’une grande comédienne qui a fasciné Truffaut, Aldrich, Téchiné, Ozon, Bercot et tant d’autres.
Un voyage en images avec une grande actrice française, et aussi, au fil des pages, un bout de chemin avec nous-mêmes.»
Isabelle Giordano.


Gallimard
39.90€
Beaux-arts / photo / musique / cinéma
L'île aux troncsMichel Jullien

Quelle plume ! On adore le travail si fin de Michel Jullien, déjà à l’œuvre dans ses précédents romans dont « Denise au Ventoux ». Là, les héros sont de parfaits anti-héros, rebus de la 2nde guerre mondiale, jeunes hommes tronçonnés, amputés, rampants, claudiquants, fourbus d’alcool.

Un très grand roman du chaos. Géraldine

Mai 1945, les troupes soviétiques hissent le drapeau rouge sur le toit du Reichstag, à Berlin. Trois années passent et partout dans les rues de Leningrad traînent des vétérans, héros déchus, patriotes aux bravoures affadies, des « rabroués de l’armée », une jeunesse physiquement injuriée qui ternit les lendemains de la victoire. Une partie de ces parasites sera reléguée à Valaam, une île de Carélie perdue sur le plus grand des lacs d’Europe.

Le livre s’ouvre sur un saisissant travelling de la petite communauté insulaire avant de se fixer sur deux protagonistes, Kotik et Piotr, amis comme cochons. Tout les rapproche, les dates, leur âge, leurs médailles et blessures, l’élan soviétique, leur jeunesse avortée, leur pension de vétérans, la vodka, mais plus encore. Confinés sur l’île, les deux compères vouent un culte à Natalia Mekline, une aviatrice (1922-2005), une héroïne inaccessible et sœur. Ils connaissent ses bravoures, ils possèdent d’elle une photographie qu’ils déplient chaque soir ; un rituel. Après quatre ans de proscription sur l’île de Valaam, Kotik et Piotr nourrissent le projet de quitter la colonie, de traverser le lac pour aller lui rendre hommage. Leur équipée est prête, les voilà partis…


Verdier
14€
Romans français
Rigoli dingoli pouf ! ou La vie doit avoir mieux à offrirMaurice Sendak

Cette fable mélancolique et farfelue est écrite à partir d’une célèbre chanson pour enfants « Higglety Pigglety Pop » dont le titre évoque un joyeux méli-mélo. Elle est ici traduite par Françoise Morvan qui a pris soin d’en conserver le rythme et la mélodie sautillante.


MeMo
16€
Jeunesse
Mon bisonGaya Wisniewski

Une petite fille et un bison s’apprivoisent. Un matin de printemps, le bison doit rejoindre ses pairs, mais il promet à l’enfant de venir la retrouver chaque hiver. Et chaque hiver, les voilà à discuter près du feu, à se raconter des aventures, à ne rien dire. L’amitié grandit, la tendresse s’installe, les années passent et le bison et la femme ne se voient pas vieillir, et pourtant, chacun arrive peu à peu au terme de son existence.

Le premier livre tout à fait exceptionnel d’une nouvelle auteure.


MeMo
15€
Jeunesse
MalaterrePierre-Henry Gomont

Très belle et poignante histoire d’un père rustre, passionné, horripilant, colérique et qui ne sait ou ne peut aimer « bien » les siens et qui s’éprend d’un domaine majestueux qui le conduira à sa perte.

Les dessins fougueux et plein de vie sont à l’unisson avec ce récit du chaos. La nature y est luxuriante, fascinante et effrayante à la fois.

Le personnage principal  de la BD, Gabriel Lesaffre, nous rappelle absolument Fitzcarraldo, le personnage un peu dingue du cinéaste Werner Herzog. Géraldine

Coureur, menteur, buveur, noceur… Gabriel Lesaffre a toutes les qualités. Depuis l’enfance, il est en rupture avec son milieu familial. Épris de liberté, il ne supporte pas l’autorité. Un jour, il tombe amoureux d’une lointaine cousine, Claudia. Elle a dix ans de moins que lui. Coup de foudre, mariage, trois enfants : Gabriel se laisser séduire par les charmes de la vie de couple et les délices du confort bourgeois.

Mais ses vieux démons se rappellent à son bon souvenir. Gabriel s’ennuie. Il plaque tout, s’envole pour l’Afrique, reste cinq ans sans donner de nouvelles. Puis il réapparaît, fidèle à lui-même. Mêlant manipulation, persuasion et belles promesses, il obtient la garde de Mathilde et Simon, les deux aînés, et les emmène avec lui en Afrique équatoriale. Pour ces deux jeunes ados, une nouvelle existence commence : ils découvrent l’Afrique et une vie « festive, bigarrée, frivole et un peu vaine ». Mais ils doivent aussi supporter les incessants problèmes d’argent de leur père, héritier d’un domaine qu’il est incapable de gérer, et son penchant insurmontable pour la boisson. Et si le rêve africain finissait par se dissiper dans les vapeurs d’alcool ?


Dargaud
24€
BD, romans graphiques
Les filles de Salem / temporairement épuiséThomas Gilbert

Thomas Gilbert revient sur les célèbres faits historiques qui ont conduit à la pendaison d’une vingtaine de victimes en 1692 en Nouvelle-Angleterre aux Etats-Unis. La BD est une très belle approche, précise et esthétique, de ces faits nauséabonds. Le dessin y est accrocheur, l’histoire haletante même si on en connaît la fin. Thomas Gilbert raconte pas à pas l’engrenage qui sera fatal à des femmes rapidement cataloguées de sorcières, sous l’influence du révérend Parris. Une des belles BD de cet automne qui a finalement le pouvoir comme sujet, le pouvoir de la rumeur, la manipulation des masses. Conclusion : il faut toujours veiller à rester éveillé !  Géraldine

Une plongée passionnante et terrifiante dans l’univers étriqué et oppressant de la colonie de Salem, en Nouvelle-Angleterre, au 17e siècle. Un village dont le nom restera tristement célèbre pour l’affaire dite des « Sorcières » qu’Abigail nous raconte, elle qui, à 17 ans, fut une des victimes de l’obscurantisme et du fanatisme religieux à l’oeuvre. Tout commence quand un jeune garçon lui offre un joli petit âne en bois sculpté…


Dargaud
22€
BD, romans graphiques
L'arbre-mondeRichard Powers

Une lecture inoubliable. L’arbre-monde est un très grande récit, de ceux qui impressionnent. Un roman aussi beau et complexe que l’architecture d’un arbre. Autour d’une figure centrale, un cheminement littéraire très étonnant, au rythme des réseaux souterrains de nos racines « communes ». Un roman qui impose un autre temps. Cécile

Richard Powers embrasse un sujet aussi vaste que l’univers : celui de la nature et de nos liens avec elle.

Après des années passées seule dans la forêt à étudier les arbres, la botaniste Pat Westerford en revient avec une découverte sur ce qui est peut-être le premier et le dernier mystère du monde : la communication entre les arbres. Autour de Pat s’entrelacent les destins de neuf personnes qui peu à peu vont converger vers la Californie, où un séquoia est menacé de destruction.

Au fil d’un récit aux dimensions symphoniques, Richard Powers explore ici le drame écologique et notre égarement dans le monde virtuel. Son écriture généreuse nous rappelle que, hors la nature, notre culture n’est que « ruine de l’âme ».

« Si Powers était un auteur américain du 19e siècle, qui serait-il ? Il serait probablement Herman Melville, et il écrirait Moby Dick. » Margaret Atwood

 


Le Cherche-Midi
22€
Nos meilleures ventesRomans étrangers
La mort selon TurnerTim Willocks

Lors d’un week-end arrosé au Cap, un jeune et riche Afrikaner renverse en voiture une jeune Noire sans logis qui erre dans la rue. Ni lui ni ses amis ne préviennent les secours alors que la victime agonise. La mère du chauffeur, Margot Le Roux, femme puissante qui règne sur les mines du Northern Cape, décide de couvrir son fils. Pourquoi compromettre une carrière qui s’annonce brillante à cause d’une pauvresse dont l’espérance de vie était somme toute très limites, et dont tout le monde se fout ? Dans un pays où la corruption règne à tous les étages, tout le monde en effet s’en fout. Tout le monde, sauf une personne, Turner, un flic noir des Homicides. Lorsqu’il arrive sur le territoire des Le Roux, une région aride et désertique, la confrontation va être terrible, entre cet homme déterminé à faire la justice, à tous prix, et cette femme décidée à protéger son fils, à tous prix.

Le fauve Willocks est à nouveau lâché ! Délaissant le roman historique, il nous donne ici un véritable opéra noir, aussi puissant qu’hypnotique. On retrouve dans ce tableau au couteau de l’Afrique du Sud tout le souffle et l’ampleur du romancier, allié à une exceptionnelle force d’empathie. Loin de tout manichéisme, il nous fait profiter d’une rare proximité avec ses personnages, illustrant de la sorte la fameuse phrase de Jean Renoir : « Sur cette Terre, il y a quelque chose d’effroyable, c’est que tout le monde a ses raisons. »

 


Sonatine
22€
Littérature policière
Salina, les trois exilsLaurent GAUDÉ
Où on retrouve la langue de Laurent Gaudé, celle que l’on cherche et que l’on est heureux de retrouver en ouvrant un « Gaudé ». Le livre se situe en des temps anciens, l’auteur souhaitant nous plonger dans quelque chose qui serait de l’ordre de l’originel. C’est très beau et profond. On se dit qu’on vient de là en refermant le livre, sans trop en savoir plus mais en ayant acquis une connaissance du peuple humain profonde, intime et en dehors des temps et des civilisations … Géraldine
Qui dira l’histoire de Salina, la mère aux trois fils, la femme aux trois exils, l’enfant abandonnée aux larmes de sel ? Elle fut recueillie par Mamambala et élevée comme sa fille dans un clan qui jamais ne la vit autrement qu’étrangère et qui voulut la soumettre. Au soir de son existence, c’est son dernier fils qui raconte ce qu’elle a été, afin que la mort lui offre le repos que la vie lui a défendu, afin que le récit devienne légende.
Renouant avec la veine mythique et archaïque de La Mort du roi Tsongor, Laurent Gaudé écrit la geste douloureuse d’une héroïne lumineuse, puissante et sauvage, qui prit l’amour pour un dû et la vengeance pour une raison de vivre.

Actes Sud
16.80€
Nos meilleures ventesRomans français
Rivière tremblanteAndrée Michaud

Grand polar ! Andrée Michaud nous avait convaincues avec son précédent polar « Bondrée », mais nous avons encore préféré celui-ci ! Deux personnages très attachants sont pris à partie dans des dossiers d’enlèvements d’enfants. L’ère du soupçon règne à plein.

Un polar très psychologique et très bien écrit.  Géraldine

À 30 ans d’intervalle, deux enfants disparaissent dans des circonstances nébuleuses. Rien ne lie apparemment ces drames, sinon l’horreur qui les entoure et la douleur de leurs survivants… Par l’auteur de Bondrée, récompensé par le prix des lecteurs Quais du polar 2017.


Rivages noir
21€
Littérature policière
Made in TrentonTadzio Koelb

Immersion dans les années 40/50 sur la côte Est des Etats-Unis, avec le personnage énigmatique, ambigu qu’est Abe Kunstler. Quel est son mystère ? Interdiction d’en dire beaucoup plus ici pour éviter d’éclaircir ces eaux troubles dans lesquelles baignent les personnages de ce roman totalement atypique. Même après sa lecture, on ne sait pas tout à fait ce qu’on a lu … mais on se souvient de cette atmosphère intrigante, parfois effrayante, pouasseuse, fascinante. Un roman réussi, qui ne laisse pas indifférent et remet en cause pas mal de repères. Géraldine

New Jersey, 1946. Alors que le monde sort tout juste des horreurs de la guerre, travailler dans l’industrie florissante de Trenton est une des clés de l’émancipation pour les classes populaires de la côte est des États-Unis. Le rêve américain fonctionne à plein, et le mystérieux Abe Kunstler, nouveau venu à l’usine, semble déterminé à en tirer parti. Travailleur obstiné, bon camarade, buveur émérite, Abe est l’archétype du col bleu : sauf qu’Abe est un mirage, un imposteur qui cache un terrible secret.

De l’après-guerre au Vietnam, l’histoire de Kunstler nous montre combien ce rêve américain est une machine implacable qui broie tous ceux qui ne sont pas nés dans la bonne classe, le bon corps, la bonne peau.

Confronté à une société américaine au conformisme impitoyable, empêtré dans une vie de mensonges et menacé de voir son secret révélé, jusqu’où Abe Kunstler sera-t-il prêt à aller pour préserver l’existence qu’il a tenté de se forger ?


Buchet Chastel
19€
Romans étrangers
La vraie vieAdeline Dieudonné

L’héroïne de ce roman est une super petite fille qui clairement, n’a pas la famille qu’elle mérite. Très proche de son petit frère, c’est le lent naufrage de celui-ci qui va lui donner le peps pour déployer toute son intelligence, toute sa force d’amour au service de ce petit frère tenté par la diable. C’est magnifique. Cette petite fille donne envie d’encourager toutes les petites filles prises en étau dans une famille toxique. Les autres personnages sont également très bien écrits, la mère dans sa grande fragilité, le père dans toute sa barbarie. Un roman qu’on lit d’une traite, en profonde empathie. Géraldine

Un roman initiatique drôle et acide. Le manuel de survie d’une guerrière en milieu hostile. La fureur de vivre.

Chez eux, il y a quatre chambres. Celle du frère, la sienne, celle des parents. Et celle des cadavres. Le père est chasseur de gros gibier. Un prédateur en puissance. La mère est transparente, amibe craintive, soumise à ses humeurs.

Avec son frère, Gilles, elle tente de déjouer ce quotidien saumâtre. Ils jouent dans les carcasses des voitures de la casse en attendant la petite musique qui annoncera l’arrivée du marchand de glaces. Mais un jour, un violent accident vient faire bégayer le présent. Et rien ne sera plus jamais comme avant.

LA POÉTIQUE DU CAUCHEMAR

La Vraie Vie est un roman initiatique détonant où le réel vacille. De la plume drôle, acide et sans concession d’Adeline Dieudonné jaillissent des fulgurances. Elle campe des personnages sauvages, entiers. Un univers à la fois sombre et sensuel dont on ne sort pas indemne.


L’Iconoclaste
17€
Nos meilleures ventesRomans français
Revue 6 Mois automne-hiver 18/19

Un super mook (mélange magazine/book) avec de somptueux reportages photos. Ce n° est notamment consacré à la cause des femmes.


6 Mois
25.50€
Nos meilleures ventesRevues
Leurs enfants après euxNicolas MATHIEU

PRIX GONCOURT 2018

Nicolas Mathieu suit la fin de l’adolescence de trois personnages au fil des saisons (4 étés étalés sur une décennie). L’occasion de nous replonger dans cette période charnière  pleine de sentiments excessifs, d’espoir, de champs des possibles. Le rapport aux parents, les premières amours, les premières larmes de passion, de frustration, le désir, les premiers boulots, le goût du risque, le lien épineux à la société … avec pour décor les années 90, ses mobs, Interville à la télé, la bouteille pleine d’alcool en bandoulière pour aller s’encanailler au bord du lac. Et au-delà de la vie de misère du nord, la rage de vivre de jeunes qui quittent l’enfance et s’enfoncent vers un horizon inconnu mais ardemment désiré.

La pulsion de vie avant tout. Géraldine

Août 1992. Une vallée perdue quelque part dans l’Est, des hauts-fourneaux qui ne brûlent plus, un lac, un après-midi de canicule. Anthony a quatorze ans, et avec son cousin, pour tuer l’ennui, il décide de voler un canoë et d’aller voir ce qui se passe de l’autre côté, sur la fameuse plage des culs-nus. Au bout, ce sera pour Anthony le premier amour, le premier été, celui qui décide de toute la suite. Ce sera le drame de la vie qui commence.


Actes Sud
21.80€
Nos meilleures ventesRomans français
Camarade PapaGauz

Un sacré récit qui tient surtout, au-delà  du contexte historique qui veut relier les arbres généalogiques de l’Europe post-coloniale à ses racines africaines, à la langue incroyablement inventive de Gauz. C’est fou, c’est inventif et très étonnant pour nos oreilles. Après Magyd Cherfi, voici encore une littérature française libérée et rafraichissante. Cécile

1880. Un jeune homme, Dabilly, fuit la France et une carrière toute tracée à l’usine pour tenter l’aventure coloniale en Afrique. Dans une « Côte de l’Ivoire » désertée par l’armée française, quelques dirigeants de maisons de commerce négocient avec les tribus pour faire fructifier les échanges et établir de nouveaux comptoirs. Sur les pas de Dabilly, on découvre une terre presque inexplorée, ses légendes, ses pactes et ses rituels…
Un siècle plus tard, à Amsterdam, un gamin d’origine africaine raconte le monde postcolonial avec le vocabulaire de ses parents communistes. Lorsque ceux-ci l’envoient retrouver sa grand-mère et ses racines en Afrique, il croise les traces et les archives de son ancêtre.
Ces deux regards, celui du blanc sur l’Afrique et celui du noir sur l’Europe, offrent une histoire de la colonisation comme on ne l’a jamais lue. Gauz fait vivre des personnages tout en contrastes, à la lumière solaire, dans une fresque ethnologique pétrie de tendresse et d’humour.

Après avoir été diplômé en biochimie, Gauz a réalisé des photos, des documentaires, des émissions culturelles et des articles pour un journal économique satirique en Côte-d’Ivoire. Depuis que le succès de son premier roman, Debout Payé (50 000 exemplaires en grand format), vedette de la rentrée 2014, l’a propulsé sur le devant de la scène, il part de plus en plus souvent se recueillir à Grand-Bassam, première capitale coloniale de la Côte d’Ivoire, où démarre le présent roman.


Le Nouvel Attila
19€
Romans français
DésintégrationEmmanuelle Richard

Après « Pour la peau » et « La légèreté », E. Richard lâche les chevaux, voilà un roman écrit avec les tripes. Sur le même sujet que le roman de S. Chaillou dont nous avons beaucoup parlé avant l’été (Le bruit du monde), l’auteure traduit la violence de la confrontation entre le milieu social de sa naissance et le milieu dans lequel on navigue une fois adulte. Un roman plein de turbulence, épidermique, corrosif. Cécile

« Les gosses de riches gueulent en riant plus fort « Qu’est-ce que j’peux faire, j’sais pas quoi faire », ritournelle en scie, scie qui vrille mes tympans, implante une graine de haine qui vient se loger très profond dans mon crâne loin après le cortex. »

Pour payer ses études, elle enchaîne les petits boulots tout en cherchant quelque chose qui serait une place. Elle n’envie pas ces jeunes qui, d’un claquement de doigts, obtiennent tout de leurs parents. Ils n’ont de cesse de lui rappeler qu’elle est l’Autre. Mais il n’y a pas de neutralité possible.

À force d’humiliations, le mépris s’inverse. La violence devient dignité. Et la colère monte, jusqu’à se changer en haine pure.

Désintégration est l’histoire d’une femme qui sait qu’un regard peut tuer. D’une combattante habitée par la honte, et qui transforme la honte en arme de guerre. C’est un roman sur le sexe, le pouvoir, le succès. Et la fierté comme moyen de survie


Editions de l’Olivier
16.50€
Romans français
La chance de leur vieAgnès Desarthe

Coup de coeur pour ce livre au ton inclassable. On s’attache beaucoup à l’héroïne principale, femme au foyer qui ne brille pas particulièrement mais dont nous apprécions son regard sur le monde, décalé, drôle, distancié, maladroit, avec toujours un temps de retard .. Le fils de la famille, en bon héritier de sa mère, est un original autour duquel s’agrègent de nombreux petits Américains esseulés (trop gros, trop bigleux, trop bizarre …). Le tout est jouissif. Géraldine

Hector, Sylvie et leur fils Lester s’envolent vers les États-Unis. Là-bas, une nouvelle vie les attend. Hector a été nommé professeur dans une université de Caroline du nord. Très vite, son charisme fait des ravages parmi les femmes qui l’entourent.

Fragile, rêveuse, Sylvie n’en observe pas moins avec lucidité les effets produits par le donjuanisme de son mari, tandis que Lester devient le guide d’un groupe d’adolescents qui, comme lui, cherchent à donner une direction à leurs élans.

Pendant ce temps, des attentats meurtriers ont lieu à Paris, et l’Amérique, sans le savoir, s’apprête à élire Donald Trump.

Chez Agnès Desarthe, chaque personnage semble suivre un double cheminement. Car si les corps obéissent à des pulsions irrésistibles, il en va tout autrement des âmes tourmentées par le désir, la honte et les exigences d’une loyauté sans faille.

Mais ce qui frappe le plus dans cet admirable roman où la France est vue à distance, comme à travers un télescope, c’est combien chacun demeure étranger à son propre destin, jusqu’à ce que la vie se charge de lui en révéler le sens.


Editions de l’Olivier
19€
Romans français
Le sillonValérie Manteau

PRIX RENAUDOT 2018

Enquête intérieure.

Après le très beau livre paru en 2016, Calme et tranquille, où elle partageait la perte de ses amis et collègues de Charlie Hebdo, V. Manteau nous fait partager l’intimité de vie d’une française amoureuse d’un stambouliote et perdue dans la complexité de cette ville. Intègre, documenté, pudique et très personnel à la fois.

Une plongée toute nue dans la Turquie contemporaine, très attachant. Cécile

« Je rêve de chats qui tombent des rambardes, d’adolescents aux yeux brillants qui surgissent au coin de la rue et tirent en pleine tête, de glissements de terrain emportant tout Cihangir dans le Bosphore, de ballerines funambules aux pieds cisaillés, je rêve que je marche sur les tuiles des toits d’Istanbul et qu’elles glissent et se décrochent. Mais toujours ta main me rattrape, juste au moment où je me réveille en plein vertige, les poings fermés, agrippée aux draps ; même si de plus en plus souvent au réveil tu n’es plus là. »

Récit d’une femme partie rejoindre son amant à Istanbul, Le Sillon est, après Calme et tranquille (Le Tripode, 2016), le deuxième roman de Valérie Manteau.

Quitter Le Sillon, c’est avoir dans la tête  un monde trépidant, violent, lourd  de menaces mais aussi tellement vivant. L’histoire s’écrit ici rigoureusement au présent intime, la meilleure approche du collectif. Annie Ernaux

Valérie Manteau est née en 1985. Elle a fait partie de l’équipe de Charlie Hebdo de 2008 à 2013. Elle vit désormais entre Marseille, Paris et Istanbul.


Le Tripode
17€
Nos meilleures ventesRomans français
La marcheuseSamar Yazbek

RENCONTRE AVEC SAMAR YAZBEK POUR « LA MARCHEUSE » AUX BIEN-AIMES SAMEDI 2 MARS A 11H / ENTREE LIBRE / DANS LE CADRE DU FESTIVAL LITTERAIRE ATLANTIDE

Samar Yazbek a trouvé la forme pour donner des mots à l’indicible. Le personnage de Rima nous colle à la peau, La Marcheuse est un corps qui nous décrit, nous donne à sentir, à entendre ce que les informations tentent de relayer dans le brouhaha de notre quotidien. Quand la littérature nous traduit l’histoire en marche, c’est que le roman a gardé toute sa force première. Nous sommes heureuses de vous faire entendre cette grande romancière. Cécile

Rima aime les livres, surtout Le Petit Prince et Alice au pays des merveilles, le dessin et… marcher. La jeune fille, qui ne parle pas, souffre d’une étrange maladie : ses jambes fonctionnent indépendamment de sa volonté, dès qu’elle se met à marcher elle ne peut plus s’arrêter.
Un jour d’août 2013, alors qu’elle traverse Damas en bus, un soldat ouvre le feu à un check-point. Sa mère succombe sous les balles et Rima, blessée, est emmenée dans un hôpital pénitencier avant que son frère ne la conduise dans la zone assiégée de la Ghouta. Et c’est là, dans cet enfer sur terre, que Rima écrit son histoire.
À travers la déambulation vive et poétique de cette adolescente singulière dans l’horreur de la guerre, Samar Yazbek continue son combat pour exposer aux yeux du monde la souffrance du peuple syrien.

Traduit de l’arabe (Syrie) par Khaled Osman


Stock
20.99€
Romans étrangers
Par les écrans du mondeFanny Taillandier

Roman à la fois narratif, littéraire et philosophique, « Par les écrans du monde » nous fait passer par plein d’endroits de la planète pour nous mettre le nez dans ces pixels nuisibles qui se sont imposés à nous, jusque dans la géopolitique et l’âme des humains. Grand talent de la jeune écrivaine Fanny Taillandier ! Géraldine

Dans l’aube à peine levée sur un lac proche de Detroit, aux États-Unis, un vieil homme insomniaque laisse successivement le même message à sa fille et à son fils : il va bientôt mourir. Elle est une brillante mathématicienne et travaille à calculer les risques dans une compagnie mondiale d’assurances dont le siège est au World Trade Center, à New York. Lui est un vétéran de l’US Air Force, il dirige la sécurité à l’aéroport de Boston. C’est le matin du 11 septembre 2001 et un jeune architecte égyptien, Mohammed Atta, a pris les commandes d’un Boeing 767.

Entre roman d’espionnage et méditation historique, entre western et fable dostoïevskienne, Fanny Taillandier propose de parcourir le labyrinthe cathodique d’un millénaire dont le spectacle, d’emblée, s’impose comme une énigme.

 


Le Seuil
18.50€
Romans français
Frère d'âmeDavid Diop

Très beau roman qui nous amène tout droit au cœur d’une tranchée de la guerre 14-18, au sein de la communauté de ceux que l’on a appelés les « tirailleurs sénégalais ». David Diop raconte la violence politique et la violence tout court, qui se solde par des litres de sang au cœur de ce qui fut un champ. Un roman magnifique. Géraldine

Un matin de la Grande Guerre, le capitaine Armand siffle l’attaque contre l’ennemi allemand. Les soldats s’élancent. Dans leurs rangs, Alfa Ndiaye et Mademba Diop, deux tirailleurs sénégalais parmi tous ceux qui se battent alors sous le drapeau français. Quelques mètres après avoir jailli de la tranchée, Mademba tombe, blessé à mort, sous les yeux d’Alfa, son ami d’enfance, son plus que frère. Alfa se retrouve seul dans la folie du grand massacre, sa raison s’enfuit. Lui, le paysan d’Afrique, va distribuer la mort sur cette terre sans nom. Détaché de tout, y compris de lui-même, il répand sa propre violence, sème l’effroi. Au point d’effrayer ses camarades. Son évacuation à l’Arrière est le prélude à une remémoration de son passé en Afrique, tout un monde à la fois perdu et ressuscité dont la convocation fait figure d’ultime et splendide résistance à la première boucherie de l’ère moderne.

 


Le Seuil
17€
Nos meilleures ventesRomans français
Ma dévotionJulia Kerninon

Julia Kerninon nous embarque avec bonheur dans l’intimité d’un couple, déroulée sur une vie entière. La narratrice revient sur ses sentiments, frustrations, manques, plaisirs, drames … et raconte ce qui s’avère au final une sorte d’épopée sentimentale qui traverse la deuxième moitié du XXème siècle. Du goût du récit et de l’imagination ! Géraldine

Quelle est la nature du sentiment qui lia toute sa vie Helen à Frank ? Il faut leurs retrouvailles, par hasard à Londres, pour qu’elle revisite le cours de leur double existence. Elle n’espérait plus le revoir – tous deux ont atteint les 80 ans – et l’on comprend qu’un événement tragique a mis fin à leur relation. Dans un retour sur soi, la vieille dame met à plat ces années passées avec, ou loin, de Frank, qu’elle aida à devenir un peintre célèbre. Une vie de femme dessinée dans toutes ses subtilités et ses contradictions. Dans ce quatrième roman, Julia Kerninon, qui a obtenu de nombreux prix pour ses précédents livres, déploie plus encore ses longues phrases fluides et imagées, d’une impeccable rythmique.

 


Le Rouergue
20€
Nos meilleures ventesRomans français
Isidore et les autresCamille Bordas

Révélation et coup de coeur

La plus belle découverte de mes lectures d’été. Un roman que l’on peut raconter de 10 façons différentes, un livre qui va créer une communauté pour celles et ceux qui l’ont lu.

Isidore nous réapprend à grandir, à s’armer pour vivre. Cécile

Difficile à onze ans de trouver sa place dans une famille de surdoués, surtout lorsqu’on se contente d’être « normal ». Entouré de cinq frères et sœurs qui dissertent à table des mérites comparés de Deleuze et Aristote, Isidore recherche d’abord l’affection de son meilleur ami, monument de douceur : son canapé. Dans sa famille, seul Isidore est capable d’exprimer des émotions, de poser les questions que les autres n’osent pas formuler. Et lorsqu’un drame survient, il est le seul capable d’écouter et réconforter son prochain. A moins que, épris d’ailleurs, il ne réussisse enfin une énième fugue qui lui ouvrirait un monde de liberté et de légèreté. Dans «Comment se comporter dans la foule», écrit initialement en anglais par l’auteure, Camille Bordas brosse avec humour le portrait sensible d’un jeune garçon qui s’affranchit de son enfance sous le regard d’adultes encore plus désorientés que lui. Une fresque familiale tendre et émouvante, un portrait d’adolescent plein de finesse, une voix littéraire qui s’affirme plus que jamais.

NOTRE MEILLEURE VENTE DE LA RENTREE LITTERAIRE


Editions Inculte
19.90€
Nos meilleures ventesRomans français
Trois fois la fin du mondeSophie Divry

C’est d’une écriture délicate et déterminée que Sophie Divry nous raconte trois fins du monde. L’occasion de nous rapprocher de la nature, qui peut-être, pour partie, survivra à toutes les fins du monde ? La fin du roman est très belle, mystérieuse, envoûtante. Géraldine

Après un braquage avec son frère qui se termine mal, Joseph Kamal est jeté en prison. Gardes et détenus rivalisent de brutalité, le jeune homme doit courber la tête et s’adapter. Il voudrait que ce cauchemar s’arrête. Une explosion nucléaire lui permet d’échapper à cet enfer. Joseph se cache dans la zone interdite. Poussé par un désir de solitude absolue, il s’installe dans une ferme désertée. Là, le temps s’arrête, il se construit une nouvelle vie avec un mouton et un chat, au cœur d’une nature qui le fascine.

Trois fois la fin du monde est une expérience de pensée, une ode envoûtante à la nature, l’histoire revisitée d’un Robinson Crusoé plongé jusqu’à la folie dans son îlot mental. L’écriture d’une force poétique remarquable, une tension permanente et une justesse psychologique saisissante rendent ce roman crépusculaire impressionnant de maîtrise.

« Au bout d’un temps infini, le greffier dit que c’est bon, tout est en règle, que la fouille est terminée. Il ôte ses gants et les jette avec répugnance dans une corbeille. Je peux enfin cacher ma nudité. Mais je ne rhabille plus le même homme qu’une heure auparavant. »

Ils en parlent…

 » Parce qu’elle est novatrice, ambitieuse et généreuse, l’œuvre de Sophie Divry est à découvrir sans condition. »

Estelle Lenartowicz, L’Express

« Les romans de Sophie Divry, si spectaculairement différents les uns des autres, font souffler un air revigorant sur la scène littéraire. »

Raphaëlle Leyris, Le Monde


Noir sur blanc
16€
Romans français
La Maison GoldenSalman RUSHDIE
Le jour de l’investiture de Barack Obama, un énigmatique millionnaire venu d’un lointain Orient prend ses quartiers dans le bijou architectural des “Jardins”, une communauté préservée nichée au cœur de Greenwich Village, à New York. Flanqué d’une jeune maîtresse russe, la sulfureuse Vasilisa, Néron Golden est accompagné de ses trois fils adultes, aussi brillants que névrosés : Petronius, dit Petya, l’agoraphobe génie de l’informatique, Lucius Apuleius, dit Apu, l’artiste mystique, et Dionysos, dit D., l’indéfini sexuel.
Parmi les demeures qui ceignent les Jardins se trouve celle de René Unterlinden, jeune cinéaste putatif, traumatisé par la récente disparition de ses parents dans un accident. Quand les Golden emménagent, René, comprenant que ces fascinants nouveaux voisins seront son remède et sa muse, fait leur connaissance, devient leur familier et calque l’écriture du scénario de son film sur les événements qui secouent cette maisonnée dont bien des secrets, passés, présents et futurs, lui échappent encore.
Le passé ? C’est l’Inde que Néron Golden a fuie mais qui va les rattraper, lui et les siens.
Le présent, ce sont les huit années du mandat Obama, l’Amé rique des grandes espérances de 2008 et leur progressive dégradation, tandis qu’en embuscade un Joker aux cheveux teints s’apprête à accéder au pouvoir…
L’avenir, c’est celui, obscur, d’un monde contemporain livré au doute, mais dont l’éblouissante imagination de Salman Rushdie transcende les peurs, les rêves et les égarements.

Salman Rushdie se régale et nous régale en croquant la gloire et la chute vertigineuse d’une famille énigmatique, la famille Golden, fraîchement débarquée à NYC. Au passage, l’écrivain égratigne certains des excès politiques (suivez mon regard) des Etats-Unis. Un roman d’une grande prestance, délicieux à lire.  Géraldine


Actes Sud
23€
Nos meilleures ventesRomans étrangers
À son imageJérôme Ferrari

Comment un appareil photo offert à l’adolescence peut varier un destin tout tracé… dans une Corse écrasante d’obligation, un oncle permet à une jeune femme de s’émanciper. Le roman questionne les images de notre monde, l’image de soi, l’image tout court. Cécile

Par une soirée d’août, Antonia, flânant sur le port de Calvi après un samedi passé à immortaliser les festivités d’un ma­riage sous l’objectif de son appareil photo, croise un groupe de légionnaires parmi lesquels elle reconnaît Dragan, jadis rencontré pendant la guerre en ex-Yougoslavie. Après des heures d’ardente conversation, la jeune femme, bien qu’épuisée, décide de rejoindre le sud de l’île, où elle réside. Une embardée précipite sa voiture dans un ravin : elle est tuée sur le coup.
L’office funèbre de la défunte sera célébré par un prêtre qui n’est autre que son oncle et parrain, lequel, pour faire rempart à son infinie tristesse, s’est promis de s’en tenir stric­tement aux règles édictées par la liturgie. Mais, dans la four­naise de la petite église, les images déferlent de toutes les mémoires, reconstituant la trajectoire de l’adolescente qui s’est rêvée en photographe, de la jeune fille qui, au milieu des années 1980, s’est jetée dans les bras d’un trop séduisant militant nationaliste avant de se résoudre à travailler pour un quotidien local où le “reportage photographique” ne sem­blait obéir à d’autres fins que celles de perpétuer une collec­tivité insulaire mise à mal par les luttes sanglantes entre clans nationalistes.
C’est lasse de cette vie qu’Antonia, succombant à la tenta­tion de s’inventer une vocation, décide, en 1991, de partir pour l’ex-Yougoslavie, attirée, comme tant d’autres avant elle, dans le champ magnétique de la guerre, cet irreprésentable.
De l’échec de l’individu à l’examen douloureux des apories de toute représentation, Jérôme Ferrari explore, avec ce roman bouleversant d’humanité, les liens ambigus qu’entre­tiennent l’image, la photographie, le réel et la mort.

Actes Sud
19€
Romans français
Les cigognes sont immortellesAlain Mabanckou

À Pointe-Noire, dans le quartier Voungou, la vie suit son cours. Autour de la parcelle familiale où il habite avec Maman Pauline et Papa Roger, le jeune collégien Michel a une réputation de rêveur. Mais les tracas du quotidien (argent égaré, retards et distractions, humeur variable des parents, mesquineries des voisins) vont bientôt être emportés par le vent de l’Histoire. En ce mois de mars 1977 qui devrait marquer l’arrivée de la petite saison des pluies, le camarade président Marien Ngouabi est brutalement assassiné à Brazzaville. Et cela ne sera pas sans conséquences pour le jeune Michel, qui fera alors, entre autres, l’apprentissage du mensonge.

Partant d’un univers familial, Alain Mabanckou élargit vite le cercle et nous fait entrer dans la grande fresque du colonialisme, de la décolonisation et des impasses du continent africain, dont le Congo est ici la métaphore puissante et douloureuse. Mêlant l’intimisme et la tragédie politique, il explore les nuances de l’âme humaine à travers le regard naïf d’un adolescent qui, d’un coup, apprend la vie et son prix.


Le Seuil
19.50€
Romans étrangers
Retour haut de page