Nos livres bien-aimes

TousBD, romans graphiquesBeaux-arts / photo / musique / cinémaEssaisGastronomie, vinJeunesseLittérature LGBT+Littérature policièreNos meilleures ventesPoésie/théâtre/danseRevuesRomans étrangersRomans françaisSélection papeterie & objets
Les orageusesMarcia Burnier

Rentrée littéraire été/automne 2020

Après Bâtir aussi et On n’a que deux vies, un premier roman de la collection Sorcières entre fiction, récit et texte de réflexion politique, produit dans les marges féministes et queer de la société française contemporaine. «Les Orageuses» raconte l’histoire d’une impossible réparation : celle d’une bande de filles ordinaires qui décident un jour de reprendre le contrôle de leur vie, ensemble, et de partir en quête de leur propre justice après avoir été violées. Un texte profondément d’actualité dans un contexte de visibilisation des violences sexuelles, tout à la fois sensible et radical, qui évoque «Dirty Week-end» de Helen Zahavi… en moins sanglant.

NOTRE AVIS / Se faire justice quand le monde résiste à toute avancée concrète et laisse les victimes dans leur coin, grande question que pose ce roman absolument formidable. La prose de Marcia Burnier est entêtante, un tourbillon littéraire qui va faire date dans les romans qui secouent le cocotier du féminisme et de l’activisme. 


Cambourakis
15€
Nos meilleures ventesRomans français
Je suis la bêteAndrea Donaera

Rentrée littéraire été/automne 2020

Un premier roman percutant qui nous plonge au coeur de la Sacra Corona Unità, organisation mafieuse des Pouilles, dans les pas de son chef, Domenico Trevi (dit Mimi), fou de de douleur à la suite du suicide de son fils de 15 ans. Obéissant à sa logique et à ses instincts habituels, il va chercher à se venger quand bien même il n’existe aucune preuve à l’encontre de quiconque. Tandis que se met en place une spirale de violence à laquelle il va être difficile d’échapper, Andrea Donaera développe une narration extrêmement efficace. Alternant les points de vue, il nous plonge ainsi au plus près des sentiments des personnages et parvient à créer une tension croissante, jusqu’à l’étonnant dénouement. Un texte puissant qui interroge le recours et le rapport à la violence ainsi que la part animale qui sommeille en chacun de nous.

Traduction LISE CAILLAT – Langue d’origine : ITALIEN

NOTRE AVIS / Enfin un roman qui parle en profondeur de la mafia sans l’esthétique de la violence qui bien souvent accompagne les histoires de mafieux, que ce soit des séries, des romans, des fictions. Là, on ne risque pas d’être séduit.e par cet univers d’une cruauté sans fond. Les personnages existent très fort, le fait de faire « tourner la parole » à chaque chapitre renforce l’attachement que l’on accorde à untel ou untel. Affreux Mimi que cet homme, affreux Mimis que tous ces hommes qui se passent le flambeau de la violence et de l’orgueil de générations en générations, sous couvert d’honneur et de liens du sang ! Un très beau roman avec un style narratif élégant.


Cambourakis
20€
Romans étrangers
Les déliésSandrine Roudaut

Rentrée littéraire été/automne 2020

C’est l’histoire d’un monde qui bascule Loin des dystopies habituelles, des scenarios sombres et apocalyptiques, Sandrine Roudaut nous fait voyager dans un futur très proche avec grâce et intensité, un monde lumineux où certes rien n’est gagné, mais surtout rien n’est perdu d’avance. Au gré d’évènements inattendus, de rencontres, de questionnements et combats des personnages le lecteur se retrouve embarqué dans une aventure où se croisent des cyniques, des conciliants, des radicaux. Emergent alors des femmes, des hommes, des enfants qui décident de s’affranchir des pires pronostics en perturbant le récit ambiant, dans un grand plan de résistance citoyenne. La bascule d’un monde où chacun, chacune a sa partition à jouer, sans qu’elle soit écrite à l’avance et sans imaginer comment et si elle va s’accorder à celle des autres. C’est l’histoire d’un monde qui peut basculer. A tout moment.

NOTRE AVIS / Après « Les Suspendues », Sandrine Roudaut nous donne à penser et imaginer collectivement, et pourquoi pas joyeusement, ce fameux monde à venir. A quoi ressemblera le quotidien de Paris, à quoi ressembleront nos amitiés ? « Les Déliés » foisonne de pistes à travers une fiction non dénuée d’une grande part documentaire.


La Mer Salée
21€
Nos meilleures ventesRomans français
Thésée, sa vie nouvelleCamille de Toledo

Rentrée littéraire été/automne 2020

En 2012, Thésée quitte « la ville de l’Ouest » et part vers une vie nouvelle pour fuir le souvenir des siens. Il emporte trois cartons d’archives, laisse tout en vrac et s’embarque dans le dernier train de nuit vers l’est avec ses enfants. Il va, croit-il, vers la lumière, vers une réinvention. Mais très vite, le passé le rattrape. Thésée s’obstine. Il refuse, en moderne, l’enquête à laquelle son corps le contraint, jusqu’à finalement rouvrir « les fenêtres du temps »…


Verdier
18.50€
Romans français
Le coût de la vieDeborah Levy

Rentrée littéraire été/automne 2020

Un divorce forcément douloureux, une grande maison victorienne troquée contre un appartement en haut d’une colline dans le nord de Londres, deux filles à élever et des factures qui s’accumulent… Deborah Levy a cinquante ans quand elle décide de tout reconstruire, avec pour tout bagage, un vélo électrique et une plume d’écrivain. L’occasion pour elle de revenir sur le drame pourtant banal d’une femme qui s’est jetée à corps perdu dans la quête du foyer parfait, un univers qui s’est révélé répondre aux besoins de tous sauf d’elle-même. cette histoire ne lui appartient pas à elle seule, c’est l’histoire de chaque femme confrontée à l’impasse d’une existence gouvernée par les normes et la violence sournoise de la société, en somme de toute femme en quête d’une vie à soi. Ce livre éblouissant d’intelligence et de clarté, d’esprit et d’humour, pas tant récit que manifeste, ouvre un espace où le passé et le présent coexistent et résonnent dans le fracas incessant d’une destinée. Le Coût de la vie tente de répondre à cette question : que cela signifie-t-il pour une femme de vivre avec des valeurs, avec sens, avec liberté, avec plaisir, avec désir ?

Traduction CELINE LEROY – Langue d’origine : ANGLAIS


Editions Du Sous Sol
16.50€
Romans étrangers
Personne ne sort les fusilsSandra Lucbert

Rentrée littéraire été/automne 2020

De mai à juillet 2019 se tient le procès France Télécom- Orange. Sept dirigeants sont accusés d’avoir organisé la maltraitance de leurs salariés, parfois jusqu’à la mort. On les interroge longuement, leur fait expliquer beaucoup. Rien à faire : ils ne voient pas le problème. Ils ont même l’impression d’avoir bien réussi l’opération. L’ancien P-DG Didier Lombard a un seul regret : « Finalement, cette histoire de suicides, c’est terrible, ils ont gâché la fête ». Le problème de ce procès, c’est que les juges parlent la langue des accusés, et vice versa. Il n’y a pas d’extériorité possible. Et les plaignants, une fois de plus, sont laminés, malgré l’extraordinaire force de leur récit, de leur impossible récit.

Sandra Lucbert a assisté à ce procès historique. En écrivain, elle a écouté, observé. Convoquant le Kafka de La Colonie pénitentiaire ou le Melville de Bartleby, mais aussi Rabelais avec ses « mots de gueule » contre les « paroles gelées », dans toute leur puissance métaphorique, elle propose un texte fulgurant et rageur contre la langue et la logique monstrueuses du capitalisme.

NOTRE AVIS / Un très beau texte, fort, plein, non exempt de références littéraires ou philosophies, qui réinvente le genre de littérature de procès. L’autrice s’investit fort et chronique tout cela de façon littéraire et inventive. 


Le Seuil
15€
Nos meilleures ventesRomans français
SaturneSarah Chiche

Rentrée littéraire été/automne 2020

Automne 1977 : Harry, trente-quatre ans, meurt dans des circonstances tragiques, laissant derrière lui sa fille de quinze mois. Avril 2019 : celle-ci rencontre une femme qui a connu Harry enfant, pendant la guerre d’Algérie. Se déploie alors le roman de ce père amoureux des étoiles, issu d’une grande lignée de médecins. Exilés d’Algérie au moment de l’indépendance, ils rebâtissent un empire médical en France. Mais les prémices du désastre se nichent au coeur même de la gloire. Harry croise la route d’une femme à la beauté incendiaire. Leur passion fera voler en éclats les reliques d’un royaume où l’argent coule à flots. À l’autre bout de cette légende noire, la personne qui a écrit ce livre raconte avec férocité et drôlerie une enfance hantée par le deuil, et dévoile comment, à l’image de son père, elle faillit être engloutie à son tour. Roman du crépuscule d’un monde, de l’épreuve de nos deuils et d’une maladie qui fut une damnation avant d’être une chance, Saturne est aussi une grande histoire d’amour : celle d’une enfant qui aurait dû mourir, mais qui est devenue écrivain parce que, une nuit, elle en avait fait la promesse au fantôme de son père.

NOTRE AVIS / Quel chemin parcouru depuis que cette petite fille de quinze mois perdait son père … Nous nous laissons embarquer dans la vie de la narratrice avec une grande curiosité pour cette famille aux personnages forts romanesques, ballottés entre Algérie et France, entre gloire et chute. Chaos et apaisement. Littérature et Salut. 


Le Seuil
18€
Romans français
WalkerRobin Robertson

Rentrée littéraire été/automne 2020

« Il marche, Walker. C’est son nom et sa nature ». Jeune soldat canadien de retour des champs de bataille de la Seconde Guerre mondiale, Walker s’installe à New York en 1946. Hanté par la violence des combats, il peine à trouver sa place dans une Amérique où l’argent et la corruption règnent désormais en maîtres. Il se lance alors dans une odyssée qui le conduit à San Francisco puis Los Angeles, tente de gagner sa vie en travaillant dans la presse et côtoie le monde du cinéma et du film noir qui le fascine. Mais point de salut pour cette âme perdue, condamnée à errer dans un décor qui n’est autre que le reflet de son chaos intime. Road novel en forme de poème épique aux images puissantes, Walker est une évocation en noir et blanc de l’Amérique de l’après-guerre, une sublime parabole sur la nature du Mal.

Traduction JOSEE KAMOUN – Langue d’origine : ANGLAIS (ECOSSE)


L’Olivier
23€
Romans étrangers
La GéanteLaurence Vilaine

Rentrée littéraire été/automne 2020

Noële a toujours vécu au pied de la Géante, la montagne immuable qui impose son rythme, fournit les fagots pour l’hiver, bleuet, bourrache, gentiane pour les tisanes et les onguents. Elle est un peu sorcière, a appris les plantes et la nature sauvage grâce à la Tante qui les a recueillis, elle et son frère Rimbaud qui ne parle pas mais chante avec le petit-duc. Elle sait qu’on ne peut rien attendre du ciel, et n’a plus levé les yeux vers le soleil depuis longtemps. Repliée dans cet endroit loin de tout, elle mène une existence rugueuse comme un pierrier. Soudain surgit dans sa vie l’histoire de deux inconnus. Elle découvre par effraction ce que peut être le désir, le manque, l’amour qui porte ou qui encombre. Elle s’ouvre au pouvoir des mots. Au coeur d’une nature grandiose, La Géante est un roman sensible et habité sur l’amour et les vies rêvées, sur le mensonge et les sentiers qui mènent à la clarté

NOTRE AVIS / Roman d’amour et de désamour, roman initiatique, épistolaire, La Géante publié chez Zulma est un texte dense à la langue rare. Une expédition littéraire taillée dans la roche de cette montagne aride et nourricière à la fois. Pour le plus grand bonheur du lecteur assoiffé de grands sentiments et de vastes paysages. Laurence Vilaine a une esthétique unique, faite de pénombre et de lueur, que l’on est heureux de retrouver de livre en livre. La Géante est aussi un livre mystérieux et on l’aime pour cela.

RENCONTRE AVEC LAURENCE VILAINE AU LIEU UNIQUE LE MARDI 13 OCTOBRE A 19H

Entrée libre


Zulma
17.50€
Nos meilleures ventesRomans français
Le lièvre d'AmériqueMireille Gagné

Rentrée littéraire été/automne 2020

L’organisme de Diane tente de s’adapter doucement. Elle dort moins, devient plus forte et développe une endurance impressionnante. L’employée modèle qu’elle était peut encore plus se surpasser au travail. Or des effets insoupçonnés de l’intervention qu’elle vient de subir l’affolent. L’espace dans sa tête se resserre, elle sent du métal à la place de ses os. Tout est plus vif – sa vision, son odorat, sa respiration. Comble de la panique, ses cheveux et ses poils deviennent complètement roux en l’espace d’une nuit. Et puis les mâles commencent à la suivre. Quinze ans plus tôt, Diane connaît un été marquant de son adolescence à l’Isle-aux-Grues, ces jours de grosse mer où Eugène bravait les dangers, la fascination de son ami pour les espèces en voie d’extinction et – comment s’en remettre – le soir de l’incendie. Ce roman, une fable animalière néolibérale, s’adresse à celles et ceux qui se sont égarés.


La Peuplade
18€
Romans étrangers
Ce qu'il faut de nuitLaurent Petitmangin

Rentrée littéraire été/automne 2020

C’est l’histoire d’un père qui élève seul ses deux fils. Une histoire d’amour. Les années passent et les enfants grandissent. Ils choisissent ce qui a de l’importance à leurs yeux, ceux qu’ils sont en train de devenir. Ils agissent comme des hommes. Et pourtant, ce ne sont encore que des gosses. C’est une histoire de famille et de convictions, de choix et de sentiments ébranlés, une plongée dans le coeur de trois hommes. Laurent Petitmangin, dans ce premier roman fulgurant, dénoue avec une sensibilité et une finesse infinies le fil des destinées d’hommes en devenir.

NOTRE AVIS / Un grand livre par un nouvel arrivant en littérature. Le lecteur est pris à la gorge et cela fait du bien de s’investir autant dans un texte. Un très beau récit sur les rapports de famille, en l’occurence un père et ses deux fils. 


La Manufacture De Livres
16.90€
Nos meilleures ventesRomans français
CarnavalHector Mathis

Rentrée littéraire été/automne 2020

Atteint d’une maladie incurable, Sitam quitte ceux qui partagent son existence. Mais conscient de son erreur, il cherche à retrouver sa compagne. Les tentatives infructueuses s’enchaînent, il se résigne donc à mener une vie solitaire. Alors qu’il semble abandonner tout espoir, la mort de l’un de ses anciens copains l’oblige à revenir dans sa banlieue natale. Un voyage qui le replonge dans le passé. Ils formaient une bande et tous ont grandi entre la déconne, les problèmes d’argent et une soif immodérée d’aventure. En les retrouvant, Sitam mesure l’ampleur de l’attraction qu’exercent sur eux la banlieue et la dureté de l’existence qui s’est imposée à eux. Une confrontation qui le pousse à s’interroger sur ses choix.

Suite de K.O., Carnaval peut se lire indépendamment. On y retrouve encore plus affirmé le style musical, dansant, polyrythmique de l’auteur. Pourquoi Carnaval ? Pour la fête bien sûr, et pour le grand défilé des détraqués incarnés par ces personnages hauts en couleur. Dans la célébration comme dans les enterrements, le rire flirte toujours le désespoir.

NOTRE AVIS / Un texte au ton unique, une littérature libre et impliquée. On aime !


Buchet Chastel
16€
Romans français
La petite dernièreFatima Daas

Rentrée littéraire été/automne 2020

Je m’appelle Fatima Daas. Je suis la mazoziya, la petite dernière. Celle à laquelle on ne s’est pas préparé. Je suis née par césarienne. Je suis française. Je suis d’origine algérienne. Musulmane pratiquante. Clichoise qui passe plus de trois heures par jour dans les transports. Une touriste. Une banlieusarde qui observe les comportements parisiens. Je suis une menteuse, une pécheresse. Porteuse d’une maladie chronique. Asthmatique allergique. Adolescente, je suis une élève instable. Adulte, je suis hyper inadaptée. J’écris des histoires pour éviter de vivre la mienne. J’ai la sensation d’avoir une double vie. J’ai fait quatre ans de thérapie. C’est ma plus longue relation. Mon rapport à l’autre est inconstant. J’ai besoin de me contrôler. J’ai besoin de contrôler toutes mes émotions. J’ai besoin de contrôler l’autre. Je me crois polyamoureuse. L’amour, c’est tabou à la maison, les marques de tendresse et la sexualité aussi. Je n’aime pas les garçons mais j’aime leurs accessoires. À 25 ans, je rencontre Nina Gonzalez.


Noir sur Blanc
16€
Littérature LGBT+Nos meilleures ventesRomans français
Du côté des IndiensIsabelle Carré

Rentrée littéraire été/automne 2020

« Il s’est trompé, il a appuyé sur la mauvaise touche, pensa aussitôt Ziad. Il ne va pas tarder à redescendre… Il se retint de crier : «Papa, tu fais quoi ? Papa ! Je suis là, je t’attends…» Pourquoi son père tardaitil à réapparaître ? Les courroies élastiques de l’ascenseur s’étirèrent encore un peu, imitant de gigantesques chewinggums. Puis une porte s’ouvrit làhaut, avec des rires étranges, chargés d’excitation, qu’on étouffait. Il va comprendre son erreur, se répéta Ziad, osant seulement grimper quelques marches, sans parvenir à capter d’autre son que celui des gosses qui jouaient encore dans la cour malgré l’heure tardive, et la voix exaspérée de la gardienne qui criait sur son chat. Son père s’était volatilisé dans les derniers étages de l’immeuble, et ne semblait pas pressé d’en revenir. ». Ziad, 10 ans, ses parents, Anne et Bertrand, la voisine, Muriel, grandissent, chutent, traversent des tempêtes, s’éloignent pour mieux se retrouver. Comme les Indiens, ils se sont laissé surprendre ; comme eux, ils n’ont pas les bonnes armes. Leur imagination saura-t-elle changer le cours des choses ? La ronde vertigineuse d’êtres qui cherchent désespérément la lumière, saisie par l’oeil sensible et poétique d’Isabelle Carré.


Grasset
22€
Romans français
OhioStephen Markley

Rentrée littéraire été/automne 2020

Par un fébrile soir d’été, quatre anciens camarades de lycée désormais trentenaires se trouvent par hasard réunis à New Canaan, la petite ville de l’Ohio où ils ont grandi. Bill Ashcraft, ancien activiste humanitaire devenu toxicomane, doit y livrer un mystérieux paquet. Stacey Moore a accepté de rencontrer la mère de son ex-petite amie disparue et veut en profiter pour régler ses comptes avec sa frère, qui n’a jamais accepté son homosexualité. Dan Eaton s’apprête à retrouver son amour de jeunesse, mais le jeune vétéran, qui a perdu un oeil en Irak, peine à se raccrocher à la vie. Tina Ross, elle, a décidé de se venger d’un garçon qui n’a jamais cessé de hanter son esprit. Tous incarnent cette jeunesse meurtrie et désabusée qui, depuis le drame du 11-Septembre, n’a connu que la guerre, la récession, la montée du populisme et l’échec du rêve américain. Chacun d’entre eux est déterminé à atteindre le but qu’il s’est fixé.

À la manière d’un roman noir, cette fresque sociale et politique hyperréaliste s’impose comme le grand livre de l’Amérique déboussolée et marque l’entrée en littérature d’un jeune écrivain aussi talentueux qu’ambitieux.

Traduction CHARLES RECOURSE – Langue d’origine : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

NOTRE AVIS / Une belle découverte que cet auteur qui prend le temps de nous infiltrer profondément dans la vie de chacun de ces personnages.  Au final, la somme de ces portraits peints par le menu fait un portrait (pas chic) et choc de l’Ohio ! En refermant le livre, impossible de ne pas être hanté par cette contrée. 


Ohio
22.90€
Romans étrangers
Aline et les hommes de guerreKarine Silla

Rentrée littéraire été/automne 2020

Le récit de la vie courte mais historique d’Aline Sitoé Diatta (1920-1944), considérée comme une reine et une prophétesse du peuple diola au Sénégal. L’auteure raconte comment cette femme est devenue une icône de la résistance sénégalaise contre l’administration française.


L’Observatoire
20€
Romans français
ChavirerLola Lafon

Rentrée littéraire été/automne 2020

Entre corps érotisé et corps souffrant, magie de la scène et coulisses des douleurs, «Chavirer »raconte l’histoire de Cléo, jeune collégienne rêvant de devenir danseuse, tour à tour sexuellement piégée par une pseudo Fondation de la vocation, puis complice de ses stratégies de « recrutement ». Trente ans plus tard, alors qu’elle-même a fait carrière – des plateaux et coulisses de «Champs-Elysées »à la scène d’une prestigieuse « »»revue » parisienne« – »l’affaire ressurgit«. »Sous le signe des impossibles pardons, le personnage de Cléo se diffracte et se recompose à l’envi, au fil des époques et des évocations de celles et ceux qui l’ont côtoyée, aimée, déçue ou rejetée.

NOTRE AVIS / Un roman très réussi de Lola Lafon, limpide, très prenant et subtil tout à la fois. On a beaucoup aimé ! Grand plaisir de lecture. 


Actes Sud
20.50€
Nos meilleures ventesRomans français
Des vies à découvertBarbara Kingsolver

Rentrée littéraire été/automne 2020

Dans ce nouveau roman, Barbara Kingsolver interroge la place des femmes dans la famille et dans l’histoire à travers deux héroïnes : Willa Knox, journaliste indépendante qui doit aider son fils en pleine crise existentielle et Mary Treat, scientifique émérite largement oubliée malgré sa proximité intellectuelle avec Darwin. Ce qui lie les deux femmes : un charisme irrésistible, un intense besoin de liberté et… une maison. D

D’une époque à l’autre, du XXIe siècle au XIXe siècle, Barbara Kingsolver dresse un portrait saisissant de vérité de l’Amérique, mêlant avec brio le romanesque et le politique.

Traduction MARTINE AUBERT – Langue d’origine : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

NOTRE AVIS / Nous avons très envie de vous dire combien la lecture du nouveau roman de l’écrivaine Barbara Kingsolver nous a envahies, enchantées, éblouies.

Cela s’appelle « Des vies à découvert » (Rivages éditions) et c’est une merveille d’intelligence et d’écriture si talentueuse qu’on ne se rend compte de rien, on se laisse juste envahir par l’histoire de cette famille d’universitaires sans le sou et d’un autre côté par ces deux voisins qui vont créer une relation magnifique.

Cela se passe sur deux temps, dans une même maison, dans le New Jersey.

Extrait

« – Nulle créature n’accepte facilement de vivre à découvert.

– A découvert, nous nous tenons dans la lumière

– A découvert nous nous savons destinés à mourir.

A nouveau, elle répondit à ses craintes par un regard plein de considération, et seulement cela. Pas de niaiseries destinées à le réconforter. »

Ecrivaine qui écrit avec parcimonie, entre poésie, prose et militantisme, Barbara Kingsolver est aussi une scientifique qui questionne nos vies bouleversées depuis plusieurs livres. Ici, ce serait comment vivre tout en se réinventant sans cesse, sans détruire quiconque. Prendre le temps de lire cette merveille, c’est assurément se faire du bien.


Rivages
24.50€
Nos meilleures ventesRomans étrangers
Nickel boysColson Whitehead

Rentrée littéraire été/automne 2020

Dans la Floride ségrégationniste des années 1960, le jeune Elwood Curtis prend très à coeur le message de paix de Martin Luther King. Prêt à intégrer l’université pour y faire de brillantes études, il voit s’évanouir ses rêves d’avenir lorsque, à la suite d’une erreur judiciaire, on l’envoie à la Nickel Academy, une maison de correction qui s’engage à faire des délinquants des « hommes honnêtes et honorables ». Sauf qu’il s’agit en réalité d’un endroit cauchemardesque, où les pensionnaires sont soumis aux pires sévices. Elwood trouve toutefois un allié précieux en la personne de Turner, avec qui il se lie d’amitié. Mais l’idéalisme de l’un et le scepticisme de l’autre auront des conséquences déchirantes. Couronné en 2017 par le prix Pulitzer pour Underdground Railroad puis en 2020 pour Nickel Boys, Colson Whitehead s’inscrit dans la lignée des rares romanciers distingués à deux reprises par cette prestigieuse récompense, à l’instar de William Faulkner et John Updike.

S’inspirant de faits réels, il continue d’explorer l’inguérissable blessure raciale de l’Amérique et donne avec ce nouveau roman saisissant une sépulture littéraire à des centaines d’innocents, victimes de l’injustice du fait de leur couleur de peau.

Traduction CHARLES RECOURSE – Langue d’origine : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

NOTRE AVIS / Un texte édifiant bien sur, dans ce qu’il raconte, cette immense violence systémique aux Etats-Unis. Nous en vivons les ricochets, les soubresauts qui n’en finissent pas. Un beau roman également. 


Albin Michel
19.90€
Romans étrangers
Revue Reliefs n.11 ; déserts

Dédiée à la nature, à l’aventure et à l’exploration, Reliefs invite des chercheurs, écrivains, photographes ou historiens à nous raconter les mondes d’hier et de demain dans un esprit de curiosité permanent Dossier « DÉSERTS » : Articles au long cours, entretien avec Philippe Frey, extraits littéraires illustrés, panoramas : espèces en danger, plus grands déserts du monde, conseils de lecture, films et musique. Hors dossier : Atlas des comètes, cartes géographiques anciennes, héros d’hier et d’aujourd’hui, entretiens avec François Couplan et Baptiste Morizot, portfolios de Zhang Kechun et Thomas Ruff, histoire du piment, planches naturalistes, trésors photographiques, portrait d’Alexandre de Humboldt, agenda culturel, correspondance, poème et récit illustrés.


Reliefs Editions
19€
Revues
Revue Kaizen n°50

Dossier : Habiter autrement. Rencontre : Olivier Roellinger. Infographie : L’eau douce. Enquête : La micro-mobilité. La nature mise à nu : le blaireau. Vents d’ailleurs : le Cambodge à l’honneur. Faire ensemble : les recycleries sportives. Goût de l’enfance : autisme et musique. Et aussi des recettes, les chroniques de Dominique Bourg, Christophe André et Quitterie de Villepin, et des DIY, bien sûr ! Bonnes adresse : Avignon.


6.50€
Revues
Kaizen n°51 / OcéansCollectif

Dossier : Les océans. Rencontre : Ladj Ly. Infographie : Le transport maritime. Enquête : Les moteurs de recherche décryptés. La nature mise à nu : le serpent. Vents d’ailleurs : Les éco-amazones du Sénégal. Et aussi des recettes, les chroniques de Dominique Bourg, Christophe André et Quitterie de Villepin, et des DIY bien sûr ! Bonnes adresses : la Vendée et l’île de Noirmoutier.


6.50€
Revues
ParadiseSophie G. Lucas et Jean Marc Flahaut

Nouveauté Poésie 2020

Avec Paradise, Sophie G. Lucas et Jean Marc Flahaut nous emmènent sur la route. Celle qui traverse les Etats-Unis d’Est en Ouest. L’Amérique des grands espaces, de l’expérience de soi et de la liberté. Mais aussi, l’Amérique désenchantée. Celle des laissés-pour-compte qui s’accrochent encore à la promesse d’une nouvelle vie. Accompagnés de leurs auteurs préférés, les deux écrivains repoussent les limites du road trip existentiel au-delà des frontières géographiques et de leur territoire personnel. Ils tiennent un journal et correspondent par le biais de poèmes; se réinventant chaque jour à travers le récit d’autres destins reliés entre eux par une inlassable quête d’identité. Une odyssée intime qui les mènera jusqu’à Paradise, Californie. La fin du voyage. Car si l’Amérique est un mythe, le paradis lui non plus n’existe pas. » »Avec Paradise, Sophie G. Lucas et Jean Marc Flahaut nous emmènent sur la route. Celle qui traverse les Etats-Unis d’Est en Ouest. L’Amérique des grands espaces, de l’expérience de soi et de la liberté. Mais aussi, l’Amérique désenchantée. Celle des laissés-pour-compte qui s’accrochent encore à la promesse d’une nouvelle vie. Accompagnés de leurs auteurs préférés, les deux écrivains repoussent les limites du road trip existentiel au-delà des frontières géographiques et de leur territoire personnel. Ils tiennent un journal et correspondent par le biais de poèmes; se réinventant chaque jour à travers le récit d’autres destins reliés entre eux par une inlassable quête d’identité. Une odyssée intime qui les mènera jusqu’à Paradise, Californie. La fin du voyage. Car si l’Amérique est un mythe, le paradis lui non plus n’existe pas.


InterZones
12€
Poésie/théâtre/danse
FlorideLauren Groff

Nouveauté littéraire / sortie poche

Une panthère rôde, un ouragan se déclare, deux petites filles sont abandonnées sur une île… derrière le paysage de carte postale, la faune et la flore parfois hostiles de la Floride influent sur le destin des personnages de ce recueil. Mais Lauren Groff semble vouloir nous dire autre chose : les menaces les plus dangereuses, et les perturbations les plus puissantes viennent moins de l’extérieur que des recoins les plus isolés de notre intimité.

Traduction CARINE CHICHEREAU – Langue d’origine : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

Notre avis / Un très beau recueil de nouvelles toutes en tension psychologique. Souvent, des femmes un peu « border line » glissent vers une réalité ambigüe. Une belle écriture, des personnages féminins forts, des situations inédites, un ton unique. 


Points
7.50€
Romans étrangers
Oublier KlaraIsabelle Autissier

Nouveauté littéraire / sortie poche

Mourmansk, au nord du cercle polaire. Sur son lit d’hôpital, Rubin se sait condamné. Seule une énigme le maintient encore en vie : alors qu’il n’était qu’un enfant, Klara, sa mère, chercheuse scientifique, a été arrêtée sous ses yeux par la police stalinienne. La blessure ressentie alors, puis l’absence douloureuse de Klara ont fait de lui un homme rude. Avec lui-même. Avec son fils, Iouri, qui choisira l’exil en Amérique pour tourner la page d’une enfance meurtrie. Vingt-trois ans après, celui-ci répond pourtant à l’ultime appel de son père et à la mission que celui-ci lui confie : interroger l’Histoire, fouiller le passé. Ne pas oublier Klara… Dans son enquête, Iouri explore les zones d’ombre de sa famille et découvre les liens cachés qui ont uni plusieurs générations.


Le livre de poche
7.70€
Romans français
Baume du tigreLucie Quéméner

Nouveauté BD 2020

Ald, immigré asiatique et patriarche tyrannique, veille sur son clan avec autorité. Aussi, lorsque sa petite-fille aînée, Edda, annonce qu’elle veut être médecin plutôt que de travailler dans le restaurant familial, sa colère prend des proportions terribles. Bien décidée à s’émanciper, Edda entraîne alors ses soeurs Wilma, Isa et Etta dans un périple loin de chez elles. La route vers l’indépendance se fera-t-elle au prix de leur héritage culturel ?

Notre avis / Cette BD vient d’avoir le prix France Culture des étudiants 2020, et c’est mérité ! La jeune autrice illustratrice signe un livre beau et personnel sur l’intégration d’une famille chinoise en France. L’histoire se recentre sur le destin de trois soeurs de la « dernière génération », née en France. Elles tentent de s’affranchir de la pression et des traditions familiales tout en étant fort attachées à leur racines chinoises. Leur situation est ambigüe et parfois douloureuse. Pour nous, c’est un éclairage parfait sur ces jeunes femmes, jeunes hommes qui portent en eux la double culture, et s’en accommodent avec plus ou moins d’aisance.


Delcourt
23.95€
BD, romans graphiques
L'odyssée d'Hakim T.3 ; de la Macédoine à la FranceFabien Toulmé

Nouveauté BD 2020

En traversant la mer, Hakim et son fils pensaient avoir échappé au pire. Mais entre centre de rétention et police des frontières, de nouvelles épreuves les attendent. Arriveront-ils enfin à retrouver les leurs ? Suite et fin de la trilogie acclamée par la critique et basée sur l’histoire vraie d’un réfugié syrien. Hakim et son fils ont survécu à la Méditerranée : les voilà immigrés sur le territoire européen. Pour rejoindre la France, le tandem va affronter une nouvelle adversité faite de xénophobie et de rejet. Heureusement, il reste dans ce monde quelques inconnus solidaires prêts à tendre la main…

NOTRE AVIS / Nous avions déjà aimé le trait et le sens du récit de Fabien Toulmé quand il avait raconté la venue au monde de sa fille porteuse de trisomie 21, dans le très beau Ce n’est pas toi que j’attendais (Delcourt). Là, il met son humanité au service de ce récit au long cours. Choqué du fait que notre société n’accordait pas – ou si peu – d’attention au sort souvent tragique des migrants, il s’est mis en quête d’un récit à raconter. Il l’a trouvé en la personne d’Hakim, jeune Syrien en fuite, en survie, qui tente de sauver sa peau en quittant son pays en guerre. Ses pas le mèneront de façon souvent hasardeuse au Liban , en Jordanie, en Turquie, Macédoine, Serbie, Hongrie … jusqu’en France où Fabien Toulmé croise sa route.  Une BD passionnante, atterrante aussi en ce qui concerne les épreuves racontées, vécues subies, surmontées. Un grand récit de l’exil.


Delcourt
24.95€
BD, romans graphiquesNos meilleures ventes
Eileen Gray ; une maison sous le soleilCharlotte Malterre-Barthes (Scénariste), Zosia Dzierzawska (Dessinateur)

Nouveauté BD 2020

En 1965, une tragédie a lieu sur la plage de Roquebrune-Cap-Martin : un homme est retrouvé mort noyé en face de son domicile. Il s’agit du Corbusier, célèbre architecte et peintre français, propriétaire d’une somptueuse maison en bord de mer. Cette demeure, c’est la villa E-1027, et contrairement à ce que tout le monde pense, elle a été créée par une femme : Eileen Gray. Fille d’Irlandais, Eileen débarque à Londres pour apprendre les techniques de la laque. Bien décidée à tracer sa propre voie dans le milieu artistique, elle ouvre ensuite une galerie de décoration d’intérieur à Paris et fait la connaissance de Jean Badovici, un architecte passionné par le talent de la jeune femme. À ses côtés, c’est toute la réflexion d’Eileen sur l’art et l’architecture qui se développe et prend lentement forme, pour aboutir à l’oeuvre d’une vie : la villa E-1027. Mais lorsqu’on crée une oeuvre aussi intime, il faut s’attendre à ce que certains ne puissent en saisir toute la complexité… Avec poésie, douceur et amertume, Charlotte Malterre-Barthes et Zosia Dzierzawska nous baladent au coeur de la vie de cette artiste et rendent ses lettres de noblesse à une femme bien trop longtemps restée dans l’ombre de ses collègues masculins.

Notre avis / Une BD qui a beaucoup de classe. Le dessin a une forte identité et sert bien l’histoire, qui est loin d’être bavarde, mais plutôt fort esthétique. La scénariste maîtrise l’art d’en dire beaucoup dans un style condensé et ouvert tout à la fois.


Dargaud
19.99€
BD, romans graphiquesNos meilleures ventes
Incroyable !Zabus (Scénario) Hippolyte (Dessin)

Nouveauté BD 2020

En Belgique, dans les années 1980, Jean-Loup vit en compagnie de son père. Le petit garçon souffre de TOC liés à un cruel manque de confiance en lui et à une certaine solitude due à l’absence de sa mère. Doté d’une grande imagination, doué d’un talent de conteur, il se construit pourtant son propre univers avec beaucoup de fantaisie… Mais comment raconter des histoires aux autres quand on est hypocondriaque ? Comment peut-on tout simplement trouver sa place dans la société alors qu’on est différent des autres ?

Une histoire drôle et émouvante servie par les illustrations d’Hippolyte qui ont parfois un petit air de Sempé.

Notre avis / C’est une merveille. Comment parler de la dépression, du poids des ancêtres sur nos frêles épaules, de l’enfance, des fragilités, de l’absence, de la différence, de ce qu’on se traîne depuis nos premiers pas, mais avec tendresse, humour, inventivité … et poésie ! Un régal graphique également. Un conseil sans réserve.


Dargaud
21€
BD, romans graphiquesNos meilleures ventes
Le temps des humbles ; Chili, 1970-1973Alain Frappier, Desiree Frappier

Nouveauté BD 2020

L’histoire se déroule au Chili. Soledad a quinze ans, Ricardo 18. C’est elle qui raconte. Il est membre du Mir, mouvement de la gauche révolutionnaire, elle est membre d’une fratrie de neuf frères et soeur issue d’un couple de paysans pauvres. Ils se rencontrent en août 1970 sur le campamento Rigoberto Zamora. Il est responsable de la toma, une occupation illégale de terrain sur laquelle se sont installées 360 familles dans l’espoir d’obtenir une maison. Elle fait partie des sin-casa, 60 000 familles vivant sous des tentes de fortune dans la périphérie de Santiago. Ils se marieront, auront deux enfants, s’impliqueront jour après jour dans les espoirs et les luttes de l’Unité populaire, mettant tout en oeuvre pour défendre ce bref interstice conquis par les humbles. Leur histoire d’amour, portée par l’enthousiasme des mille jours de la présidence de Salvador Allende, prendra tragiquement fin avec elle.


Steinkis
25€
BD, romans graphiques
Comme une bête (ou comment je suis devenu végétarien)Cédric Taling

Nouveauté BD 2020

Acteur quadra de la région parisienne, Richard entretient une relation filiale avec sa filleule Camille, 13 ans. Quand il découvre, lors d’un barbecue, qu’elle a décidé de devenir végétarienne, cela déclenche chez lui une profonde remise en question. En tant qu’adulte, il est ébranlé par les choix radicaux et cohérents de l’adolescente, d’autant plus que Camille est très au fait des enjeux climatiques liés à nos pratiques alimentaires et au sujet de la maltraitance des animaux. Au fil des pages, Richard va peu à peu s’intéresser et s’éveiller à l’antispécisme, au végétarisme et au vivant en général. En discutant avec Camille, son véritable guide, il sent poindre en lui le désir de devenir végétarien à son tour. Mais parviendra-t-il à changer son mode de vie et à se défaire de ses automatismes ? Auteur de Thoreau et moi (Rue de l’échiquier, 2019), adaptation en bande dessinée de la pensée du philosophe Henry David Thoreau, Cédric Taling explore ici la question de l’alimentation, avec l’originalité et l’humour qui lui sont propres. Dans Comme une bête (ou comment je suis devenu végétarien), il fait la chronique des grandes étapes du passage à une alimentation végétarienne, en décrivant les relations passionnantes qu’ont d’autres cultures non européennes au monde animal et en rendant accessibles les toutes dernières découvertes scientifiques sur le règne végétal.

Notre avis / Nous avions beaucoup aimé la précédente BD de Cédric Taling, Thoreau et Moi. L’auteur-illustrateur y développe le même dessin qui est sa patte graphique séduisante et si reconnaissable. Là encore, il entre dans la peau du néophyte qui tente d’approcher un idéal (ici le véganisme / dans Thoreau et moi, la philosophie de Thoreau) et nous entraîne avec ses questions et réactions relativement naïves et si communes. Un biais distrayant et relativement léger – tout en affrontant des questions plus lourdes de souffrance animale – pour se frotter à la question du véganisme.


Rue de l’échiquier
17.90€
BD, romans graphiques
Alma ; le vent se lèveTimothée de Fombelle

Nouveauté Jeunesse 2020

1786. Quittant la vallée d’Afrique qui la protégeait du reste du monde, Alma, 13 ans, part seule à la recherche de son petit frère disparu. Pendant ce temps, à La Rochelle, le jeune Joseph Mars embarque clandestinement sur La Douce Amélie, l’imposant navire de traite du cruel capitaine Gardel. Il est en quête d’un immense trésor, mais c’est Alma qu’il va découvrir…


Gallimard Jeunesse
18€
Jeunesse
Yggdrasil n.5Collectif

Yggdrasil est un mook, magazine-livre trimestriel, qui traite des questions liées à l’effondrement et à la résilience de notre civilisation. Nous ne sommes ni catastrophistes ni idéalistes. Notre approche est pragmatique, scientifique et sensible, politique et spirituelle. Yggdrasil est né de la rencontre de Yvan Saint-Jours (créateur du magazine La Maison écologique en 2001 et Kaizen en 2012) et de Pablo Servigne (scientifique, auteur de best-sellers sur l’effondrement, conférencier).


Dandelion Yggdrasil
12€
Revues
Les Lumières de Tel AvivAlexandra Schwartzbrod

Nouveauté Polars 2020

Dans un futur proche où les séparatismes ont eu raison des États-Nations, les ultrareligieux associés aux Russes ont pris le pouvoir à Jérusalem pour former le « Grand Israël », tandis qu’à Tel Aviv les résistants tentent de revivre selon les préceptes communautaires des premiers kibboutzim. Un deuxième mur est érigé et des robots tueurs sont installés à la frontière. Six personnages vont entrecroiser leurs destins en cherchant à franchir ce mur : un jeune palestinien exilé, un ultra-orthodoxe en cavale, un commissaire arabe à la recherche d’un amour perdu, la femme d’un Haredim éprise de liberté, et le mari de cette dernière qui travaille pour le Premier ministre de Jérusalem.

NOTRE AVIS / Un roman policier choral très intéressant pour qui lorgne vers ce que peut devenir Israël et les territoires palestiniens. L’autrice pousse légèrement le curseur de l’extrémisme religieux ultraorthodoxe qui a le vent en poupe en Israël depuis quelques années, et le pire c’est que cela parait bien réel tout cela … Un polar attachant et très bien ficelé.  


Rivages
20€
Littérature policière
La Vraie VieAdeline Dieudonne

Nouveauté littéraire 2020 / sortie poche

C’est un pavillon qui ressemble à tous ceux du lotissement. Ou presque. Chez eux, il y a quatre chambres. La sienne, celle de son petit frère Gilles, celle des parents, et celle des cadavres. Le père est chasseur de gros gibier. La mère est transparente, soumise aux humeurs de son mari. Le samedi se passe à jouer dans les carcasses de voitures de la décharge. Jusqu’au jour où un violent accident vient faire bégayer le présent. Dès lors, Gilles ne rit plus. Elle, avec ses dix ans, voudrait revenir en arrière. Effacer cette vie qui lui apparaît comme le brouillon de l’autre. La vraie. Alors elle retrousse ses manches et plonge tête la première dans le cru de l’existence. Elle fait diversion, passe entre les coups, et conserve l’espoir fou que tout s’arrange un jour.

NOTRE AVIS / Très beau roman qui regarde en face le sujet des violences familiales et de la perversion. Le thème est fort et traité avec une belle puissance narrative autour de personnages clés comme cette petite héroïne qui va déployer un cocktail d’intelligence et de sensibilité pour affronter et dompter son réel. En prime, ce roman n’est pas dénué d’humour ! 


Le livre de poche
7.40€
Nos meilleures ventesRomans étrangers
Pucelle. Tome 1Dupré la Tour Florence

Nouveauté BD 2020

Depuis sa plus tendre enfance, Florence ignore tout ce qui se passe… en-dessous de la ceinture. Elle imagine que le papa met la petite graine dans le nombril de la maman, et puis de toute façon, il est tacitement interdit, dans la famille, de parler de « la chose qui ne doit pas être dite ».

Alors… Florence imagine des scénarii terribles, parfois idiots ; Florence s’angoisse devant le poids de la tradition qui place inéluctablement la femme dans une position inférieure ; Florence, à sa façon, résiste pour ne pas sombrer.

NOTRE AVIS / Enorme plaisir que cette BD. C’est osé, sincère, extrêmement drôle et libre. La petite Florence a grandi dans une famille catholique pratiquante où la sexualité est un tabou. Un récit autobiographique féministe et construit avec intelligence. On aime énormément la forme trouvée pour traduire avec humour une période assez dure en fait que cette enfance empêchée de grandir. On aime aussi la couleur et les dessins qui laissent éclater la profondeur des sentiments traversés. Parions qu’elle va se passer de main en main !


Dargaud
19.99€
BD, romans graphiques
Un travail comme un autreAlex W. Inker

Nouveauté BD 2020

(d’après le roman de Virginia Reeves)

Le retour d’Alex W. Inker pour un roman graphique époustouflant dans l’Amérique de Steinbeck !

Alabama, 1920, Roscoe T Martin est fasciné par cette force plus vaste que tout qui se propage avec le nouveau siècle : l’électricité. Il s’y consacre, en fait son métier. Un travail auquel il doit pourtant renoncer lorsque Marie, sa femme, hérite de l’exploitation familiale. Année après année, la terre les trahit.
Pour éviter la faillite, Roscoe a soudain l’idée de détourner une ligne électrique de l’Alabama Power. L’escroquerie fonctionne à merveille, jusqu’au jour où son branchement sauvage coûte la vie à un employé de la compagnie…
La cellule d’un pénitencier, la décomposition d’un mariage, la terre impitoyable… Une fable humaniste en résonance avec les questions économiques et sociaux actuels.

NOTRE AVIS / Somptueuse BD à la fois sur le plan narratif (on a les deux pieds englués dans la crise de 29 aux Etats-Unis, juste avec l’itinéraire d’un homme) et esthétique. C’est puissant, fort, beau, humaniste, brillant ! On a a-do-ré.


Sarbacane
28€
BD, romans graphiques
ShuniNaomi Fontaine

Nouveauté littéraire 2020

Naomi Fontaine écrit une longue lettre à son amie Shuni, une jeune Québécoise venue dans sa communauté pour aider les Innus. Elle convoque l’histoire. Surgissent les visages de la mère, du père, de la grand-mère. Elle en profite pour s’adresser à Petit ours, son fils. Les paysages de Uashat défilent, fragmentés, radieux. Elle raconte le doute qui mine le cœur des colonisés, l’impossible combat d’être soi. Shuni, cette lettre fragile et tendre, dit la force d’inventer l’avenir, la lumière de la vérité. La vie est un cercle où tout recommence.


Mémoire d’encrier
17€
Romans étrangers
Les effarésHervé Le Corre

Nouveauté Polars / sortie poche

Des jeunes désoeuvrés, un trio de petites frappes qui commettent l’irréparable au cours d’un braquage, un commanditaire sans scrupule, une inspectrice de police tentant de démêler tout cet écheveau…Tels sont les personnages de ce roman, enfin réédité, qui nous plonge dans les eaux troubles d’un quartier à l’abandon de Bordeaux où règne la loi du plus fort.

NOTRE AVIS / Hervé Le Corre a écrit ce polar en 1996, alors qu’il était un tout jeune auteur de Bordeaux. Et on peut dire qu’il était déjà très talentueux ! Ecrit à la serpe, ce roman dresse un portrait sec et violent de la vie en cité, tout au moins pour quelques jeunes désoeuvrés qui paieront cher leur contexte de vie, leurs pulsions, leurs dérives, leur violence. Un polar urbain qui attaque aussi de front la gentrification déjà à l’oeuvre dans les années 90 à Bordeaux et qui laissait ses plus précaires sur le bord du chemin, paumés sur le bitume d’une ville qui se construisait sans eux.  


Points
6.90€
Littérature policière
AnimalSandrine Collette

Nouveauté Polars / sortie poche

Dans l’obscurité dense de la forêt népalaise, Mara découvre deux enfants ligotés à un arbre. Elle sait qu’elle ne devrait pas intervenir. Pourtant, elle les délivre, et fuit avec eux vers la grande ville où ils pourront se cacher. Vingt ans plus tard, au milieu des volcans du Kamtchatka, débarque un groupe de chasseurs. Parmi eux, Lior, une Française. Quand elle chasse, son regard tourne à l’étrange, son pas devient souple. Elle semble partie prenante de la nature, douée d’un flair affûté, dangereuse. Cette fois, guidés par un vieil homme à la parole rare, Lior, son compagnon et les autres sont lancés sur les traces d’un ours. Un ours qui les a repérés, bien sûr. Et qui va entraîner Lior bien au-delà de ses limites, la forçant à affronter enfin la vérité sur elle-même.

NOTRE AVIS / Sandrine Collette sort un policier très original, sans enquête, sans policier, sans crime mais pas sans cadavres ni souffrance. Le récit est énigmatique et nous embarque en pleine jungle népalaise, au milieu d’humains arides et brisés. A lire ! 


Le livre de poche
7.90€
Littérature policière
Les Nouveaux ProphètesÅsa Larsson

Nouveauté Polars / sortie poche

Dans la petite ville minière de Kiruna, en Laponie, Viktor Strandgård, celui que l’on surnomme « le pèlerin du paradis » pour avoir miraculeusement survécu à un grave accident, est retrouvé mort dans le temple de cristal, où il officiait. Qui a pu assassiner, aussi sauvagement et avec un tel acharnement, cet éminent membre de l’Église de la Force originelle ? Sollicitée par son amie d’enfance, Sanna, la soeur de la victime, Rebecka Martinsson, avocate fiscaliste à Stockholm, va mener l’enquête. Menacée par les disciples de la communauté, la jeune femme se met rapidement en danger… Avec cette première enquête de Rebecka Martinsson, la star du polar scandinave fait preuve d’une remarquable maîtrise du genre et d’un grand sens de l’intrigue policière. PRIX DU PREMIER ROMAN POLICIER SUÉDOIS.

Traduction du suédois par CAROLINE BERG

NOTRE AVIS / Encore un très bon polar qui nous vient du Nord ! Beaucoup de suspens, des personnages attachants et parfois flippants, de la neige et du sang, la recette fonctionne à merveille.


Le livre de poche
8.40€
Littérature policièreNos meilleures ventes
Toute une vie à écrireSylvie Neeman, Albertine

Nouveauté Jeunesse

Corinna Bille arrive dans une petite ville du bord du lac Léman pour y séjourner trois semaines et écrire. Une halte bienvenue pendant laquelle elle se souvient de son enfance merveilleuse, avec ses cinq frères et soeurs, dans la maison familiale, une immense bâtisse affectueusement baptisée le Paradou. Dans ce récit écrit à la première personne par Sylvie Neeman, grande amoureuse de l’oeuvre de l’écrivaine et admiratrice de la femme libre qu’elle était, le lecteur entre dans l’intimité de Corinna Bille sur la pointe des pieds. Sylvie Neeman a su capter l’âme de Corinna qui gardera tout au long de sa vie la capacité d’enchantement et d’étonnement de l’enfance.

NOTRE AVIS / Voici un roman, illustré brillamment par la talentueuse Albertine, sur la vie de S. Corinna Bille dont l’œuvre reste moins connue que celle de son mari… un roman qui narre de l’enfance à la vieillesse la vie de cette autrice suisse qui a fréquenté Rilke et autres artistes passés par la maison de ses parents. Une femme simple, collectionnant les poupées, vouant un culte à la nature, aux montagnes de sa région. S. Corinna Bille remporte le Goncourt de la nouvelle en 1975 avec La demoiselle sauvage. Voici une lecture qui peut donner envie aux enfants de lire des biographies et de laisser court à leur envie d’écrire.


La joie de lire
14.90€
Jeunesse
Jules et le RenardJoe Todd-Stanton

Nouveauté Jeunesse

Jules le souriceau vivait tout seul dans son petit terrier et il aimait ça. Il échappait ainsi à tous ceux qui voulaient le croquer, sous la terre ou en surface : hibou, taupe, blaireau, chien, lapin, fermière. Mais la vie est pleine de surprises. Un jour, parce qu’il a eu pitié d’un renard très rusé, mais surtout affamé, Jules finit par devenir… non ! pas sa proie. Beaucoup mieux que ça !

Dès 4 ans

NOTRE AVIS / Album adorable, intelligent, par l’auteur déjà remarqué de « Le secret du rocher noir », un album qui fait la part belle à l’indépendance, la liberté d’être et de penser. Tout beau et très subtil. 


Ecole des Loisirs
12.20€
Jeunesse
FloretteAnna Walker

Nouveauté Jeunesse

Maé déménage en ville. Et dans la ville, pas de jonquilles, pas de pommiers, pas de jardins. La nature lui manque terriblement. Jusqu’à cette découverte inattendue…

Dès 5 ans

NOTRE AVIS / Une histoire qui célèbre la résilience face au changement et la magie de la nature. On aime !! Rien n’est jamais perdu… un jardin se recompose, partout.


Kaléidoscope
13.50€
Jeunesse
Le chanteur perduDidier Tronchet

Rentrée BD 2020

Lorsqu’il fait un burn-out, Jean, bibliothécaire qui semble être passé à côté de sa vie, décide de retrouver Rémy-Bé, le chanteur de sa jeunesse (lorsqu’il se voyait encore révolutionnaire et contestataire). Fasciné par la désinvolture et la liberté de ton des chansons, Jean voit dans cette recherche improbable l’occasion de renouer avec le personnage qu’il n’a pas osé être. Enregistrés sur une vieille cassette audio, les morceaux l’ont suivi pendant des années, seul vestige du passé. D’ailleurs, personne ne semble se souvenir de ce chanteur, l’aurait-il inventé ? Sa seule piste : la pochette du disque avec le viaduc de Morlaix en arrière-fond. L’indice est maigre, mais Jean pourra dénouer le fil de manière surprenante, avec le seul secours des paroles de la douzaine de chansons, qui sont comme un puzzle mystérieux. Au bout du chemin, il y a le fantôme du chanteur perdu que Jean pense connaître par coeur. Il n’est pourtant pas au bout de ses surprises. C’est un autre qu’il rencontrera, tout en faisant lui-même la découverte de celui qu’il est, à travers celui qu’il aurait pu être. Les îles lointaines ne laissent pas indemnes… Tronchet signe ici une oeuvre émouvante et vibrante, qui nous questionne : est-ce bien la vie que nous voulions vivre ? L’enquête fantaisiste mais efficace menée par le héros trace un itinéraire guérisseur que nous suivons avec un plaisir partagé

NOTRE AVIS / Coup de coeur total pour cette BD ! Un peu la BD idéale en fait, tous les ingrédients recherchés y sont : histoire intrigante, honnêteté du propos, émotions, sujet traité totalement sans fuite. Nous vous la recommandons des deux mains et pour tous !


Dupuis
23€
BD, romans graphiquesNos meilleures ventes
Les émotions de la Terre. Des nouveaux mots pour un nouveau mondeGlenn Albrecht

Rentrée Essais 2020

L’ampleur des bouleversements de l’Anthropocène est telle que les mots pour décrire les émotions n’existent pas toujours. Dans cet ouvrage, l’éminent scientifique Glenn Albrecht propose une vision du monde radicalement nouvelle pour sortir de la crise écologique. En créant le concept de Symbiocène qui se substitue à l’ère Anthropocène il nous faut inventer de nouveaux noms pour qu’advienne un nouveau monde. Un livre événement !

NOTRE AVIS / Voilà un livre qui devrait marquer. Son sous-titre « Des nouveaux mots pour un nouveau monde ». Il est en effet question de mots, justes, d’étymologie dans cet essai très attachant de philosophie, sociologie et écologie réunies. Glenn Albrecht, Australien qui a vu son habitat naturel bouleversé par l’empreinte humaine, passe sa vie à trouver de nouveaux concepts pour définir ce qui nous meut dans cette période de pertes : perte de la nature, de notre enfance car ses décors ont disparu, perte de confiance en l’humanité, perte de liens. Ce livre est comme une boussole ! L’auteur nous donne des mots pour mieux définir notre désolation face au dérèglement climatique et après pour lutter, ensemble, avec des émotions positives envers la terre. Ce n’est pas une lecture « bien-être », Glenn Albrecht n’est pas un gourou, ce livre nous apprend à glisser de l’anthropocène (domination humaine) à la symbiocène (symbiose des systèmes vitaux qui ne laisseront pas de trace). Un livre important. 


Les liens qui libèrent
23€
EssaisNos meilleures ventes
Faire progresser son potager en permacultureXavier Mathias

En mars 2016, cette collection naissait avec quatre titres, parmi lesquels «Débuter son potager en permaculture (30 000 ventes depuis parution)». L’engouement qu’il suscite chez les libraires et les apprentis jardiniers est si enthousiasmant que nous ne pouvions abandonner nos lecteurs sur le chemin permacole. Voici donc un nouvel outil pour aller plus loin, avec l’aide cette fois d’un jardinier professionnel, aussi attachant que compétent, Xavier Mathias.

NOTRE AVIS / Une excellente nouvelle pour tous ceux qui ont vu leurs premiers pas si couronnés de succès qu’ils n’ont qu’une envie : mieux faire. Mais aussi pour les autres, qui ont eu le sentiment de consacrer beaucoup d’énergie pour finalement nourrir limaces ou pathogènes. Sans oublier ces quelques-uns chez qui est né un désir imprévu : approfondir leur vision permacole, étendre cette pratique au-delà des frontières du jardin, dans l’intimité de leur vie. Comme d’habitude dans cette collection, le livre est court et efficace, écrit par quelqu’un qui joue déjà un rôle de passeur au quotidien et qui tente ici aussi d’en dire beaucoup en peu de pages. A chacun ensuite de mettre les mains dans la terre, de faire des erreurs et de poursuivre ses recherches. La collection, que nous soutenons, a le mérite de lire quelques pages sur plusieurs sujets qui se nourrissent les uns les autres.

A noter dans cette collection aussi :

Faire connaissance avec les légumes / Manger moins et mieux de viande / Oser prendre la parole / Choisir des vacances solidaires / Devenir consom’acteur, l’huile de palme / Choisir de ralentir…


Actes sud
8€
EssaisNos meilleures ventes
Kibogo est monté au cielScholastique Mukasonga

Rentrée littéraire 2020

De Kibogo, le fils du roi, ou du Yézu des missionnaires, lequel des deux est monté au ciel ? Qui a fait revenir la pluie sur les collines du Rwanda, sauvant ainsi son peuple de la sécheresse et de la famine ? En 1931, la destitution du roi Musinga qui refusait le baptême entraîna la conversion massive de la population. Souvent, ces baptêmes à la chaîne, pour beaucoup opportunistes, aboutirent à un syncrétisme qui constituait une forme de résistance. Est-ce qu’il fallait croire aux contes que prêchent les pères blancs à longue barbe ou à ceux que raconte votre mère, chaque soir, à la veillée, jusqu’à ce que le foyer ne soit plus que braises rougeoyantes ?

NOTRE AVIS / Ici, l’autrice déjà très remarquée par ses romans précédents (et adaptée au cinéma par Atiq Rahimi) trouve la forme de 4 chapitres pour s’approcher de l’épineuse question : la conversion forcée d’un peuple anéantit-elle son imaginaire  et les racines de ses légendes orales ?

Nous avons aimé nous glisser dans les mots entremêlés, influencés, triturés par la colonisation et la richesse des langues africaines.  Yézu (Jésus) et Maria font ménage avec sorcières et scientifiques blancs venus fouiller les entrailles de la terre.  S. Mukasonga énonce clairement, à travers l’oralité des légendes, l’écrasante influence blanche sur les pentes des collines rwandaises mais aussi les libertés de nos idiomes, au-delà de toute colonisation.


Gallimard
15€
Romans français
Etre écoféministe ; théories et pratiquesJeanne Burgart Goutal

Rentrée Essais début 2020

Oppression des femmes et destruction de la nature seraient deux facettes indissociables d’un modèle de civilisation qu’il faudrait dépasser : telle est la perspective centrale de l’écoféminisme. Mais derrière ce terme se déploie une grande variété de pensées et de pratiques militantes. Rompant avec une approche chic et apolitique aujourd’hui en vogue, ce livre restitue la richesse et la diversité des théories développées par cette mouvance née il y a plus de 40 ans : critique radicale du capitalisme et de la technoscience, redécouverte des sagesses et savoir-faire traditionnels, réappropriation par les femmes de leur corps, apprentissage d’un rapport intime au cosmos…

Dans ce road trip philosophique alternant reportage et analyse, l’auteure nous emmène sur les pas des écoféministes, depuis les Cévennes où certaines tentent l’aventure de la vie en autonomie, jusqu’au nord de l’Inde, chez la star du mouvement Vandana Shiva. Elle révèle aussi les ambiguïtés de ce courant, où se croisent Occidentaux en quête d’alternatives sociales et de transformations personnelles, ONG poursuivant leurs propres stratégies commerciales et politiques, et luttes concrètes de femmes et de communautés indigènes dans les pays du Sud.

NOTRE AVIS / Enfin, nous l’avons ce livre qui peut répondre à la demande : c’est quoi l’écoféminisme ? Car, depuis quelques années, il y a un regain d’intérêt pour ce mouvement qui date bien d’une quarantaine d’années. Ici vous trouverez toutes les informations historiques sur la variété humaine, politique, géographique du mouvement .  Mais aussi un questionnement philosophique qui retourne les acquis, les malaxent, brouillent pour mieux éclairer. Et puis quand on croit savoir un peu mieux ce que les théories en disent, rien de mieux qu’expérimenter, c’est ce qu’a fait l’autrice à travers plusieurs séjours dans divers lieux qui annoncent « vivre » en écoféministe. Et c’est peut-être là que le livre se révèle entièrement, faire face aux paradoxes du passage de la théorie à la pratique, faire face aussi à de réelles remises en question. 

Jeanne Burgart Goutal est agrégée de philosophie et professeure de yoga, elle mène depuis près de dix ans une recherche sur l’écoféminisme, mêlant approche théorique et vécue. Elle est l’auteure de plusieurs textes de référence sur le sujet, notamment dans Féminismes du XXIe siècle (PUR, 2017) et dans le Dictionnaire des féministes (PUF, 2017).


L’Echappée
20€
EssaisNos meilleures ventes
Une histoire de vampireGrégoire Solotareff

Rentrée jeunesse 2020

Vladimir a mauvaise mine, la peau bleue, des oreilles pointues et il mord tout son entourage : c’est un merveilleux petit vampire qui fait la fierté de ses parents. En grandissant, il s’entraîne à mordre aussi ses copains animaux, pour devenir un vampire accompli. Mais eux préféreraient que Vladimir s’attaque aux enfants du village. Le problème, c’est que les vampires vivent la nuit, et la nuit, les enfants, ça dort…

A partir de 5 ans.

NOTRE AVIS / Quand on naît bébé vampire, on devient garçon vampire, puis monsieur vampire. Mais qui vous apprend à quoi servent vos dents ? La vie bien sûr et les copains surtout ! Un album truculent, décalé, bleu et non pas aussi rouge qu’on pourrait le préjuger !


Ecole des Loisirs
12.70€
Jeunesse
Le Taureau par les cornesMorvandiau

Rentrée BD 2020

Le Taureau par les cornes est un récit intime sur la vie et sa fragilité, sur la manière dont la maladie nous taraude et nous élève. Morvandiau parle de sa propre expérience, de sa mère et de son fils dont les destins ont bousculé le sien. En 2005, il apprend coup sur coup que sa maman souffre d’une maladie de dégénérescence du cerveau et que son fils qui vient de naître est trisomique. Apprendre à vivre avec cela. Se souvenir des bonnes choses et savourer chaque instant… autant de victoires contre la spirale dépressive qui menace.

Un AVIS QUE NOUS PARTAGEONS PLEINEMENT / Écrivain dessinateur engagé, Morvandiau lutte aussi contre la tentation du repli sur soi. Son combat se mène en famille certes, mais il est aussi l’opportunité de solidarités, d’échanges, d’apprentissages qu’il raconte dans son livre. Ainsi, loin de succomber sous le coup d’une sorte de fatalité, il transcende l’histoire de ses proches comme la sienne, par le biais d’une œuvre profonde et drôle.
Du grain à moudre pour nous tous, concernés de près ou de loin par la maladie. (extrait de www.kubweb.media)


L’Association
19€
BD, romans graphiques
Paul à la maisonMichel Rabagliati

Rentrée BD 2020

Paul à la maison est le 9e tome de la série. Cette fois-ci, l’action de déroule en 2012, Paul est auteur de bande dessinée à temps plein et lance un nouvel ouvrage au Salon du livre de Montréal. Entretemps, sa fille part travailler en Angleterre, Lucie n’habite plus avec lui et sa mère ne va pas bien… Paul à la maison traite du deuil, sous de multiples formes. Un album émouvant.

NOTRE AVIS / La sortie d’un Paul est toujours un petit événement plaisir que l’on a envie de célébrer en doublant le plaisir en effectuant la lecture muni d’une petite tablette de chocolat. Paul est comme un grand ou petit frère from Québec dont on suit la destinée avec empathie. Ici, il traine sa déprime tout en faisant face aux choses de la vie. Beaucoup de ruptures, passées ou en vue, mais Paul, qui a pile 50 ans, chemine et nous avec. C’est très attachant ! A la fois plein d’humour et mélancolique, comme toujours, et Michel Rabagliati fait mouche ! On se projette forcément … 


La Pastèque
25€
BD, romans graphiques
Incident au fond de la galaxieEtgar Keret

Rentrée littéraire 2020 / Nouvelles

Dans un cirque, un employé chargé de nettoyer les cages des animaux accepte d’être envoyé dans le ciel comme un boulet de canon ; le jeune pensionnaire d’un étrange orphelinat découvre qu’il est un clone d’Adolf Hitler créé pour venger les victimes de la Shoah ; un accidenté de la route perd la mémoire et se retrouve dans une pièce virtuelle avec une femme virtuelle, à moins que ce ne soit l’inverse… Facétieuses, corrosives et incroyablement brillantes, les vingt-deux nouvelles d’Incident au fond de la galaxie nous immergent dans l’univers « keretien », où le virtuel et le fantastique viennent subtilement troubler la réalité pour faire surgir de profondes réflexions sur le deuil, la solitude et les stigmates de l’Histoire.

NOTRE AVIS / Ce livre étant sorti en plein début de confinement (le 19 mars), vous allez pouvoir découvrir ces nouvelles enfermées dans les cartons des arrière-cours des librairie très bientôt ! C’est toujours un plaisir à la fois léger et mélancolique de lire cet auteur israélien. Son ton est unique (mélange d’humour et de noirceur, avec une petite pelletée de fantastique) et nous amène dans un Israël contemporain, levant le voile – sans être explicite non plus, ce n’est pas le genre maison ! – sur les contradictions de cette société complexe. 


L’Olivier
21.50€
Romans étrangers
Mordre au traversVirginie Despentes

Re-sortie 2020 / Nouvelles

Mordre au travers est un recueil qui répertorie 11 nouvelles écrites entre 1994 et 1999 par Virginie Despentes, au début de sa carrière littéraire. Évocations tranchantes d’un quotidien noir, de drames intimes ou de rêves inquiétants. Ces nouvelles disent violemment la Femme dans son désir ou son refus du désir, dans ses colères, ses hontes inavouées, ses excès d’amour ou sa folie meurtrière.

NOTRE AVIS / Il est toujours intéressant de se plonger dans les premiers textes d’un.e auteur.e qui deviendra célèbre par la suite. Il y a déjà là tout Virginie Despentes, sur un mode brut de décoffrage : la violence, le sexe, le désir, la grande précarité des femmes, la prostitution, les rapports sado-maso, le sexe avec argent, le corps, le corps qui ne s’aime pas, le corps qui souffre, qui enfante, qui violente … C’est souvent dérangeant, c’est une Virginie Despentes sans filtre qui s’exprime et cela vaut le coup de découvrir ses textes de jeunesse (elle a entre 25 – l’âge où elle choisit son pseudonyme – et 29 ans quand elle écrit ces nouvelles). 


J’ai Lu
3€
Nos meilleures ventesRomans français
Bienvenue en poésie, 30 poèmes pour ta naissanceAurélia Fronty

Rentrée poésie / jeunesse

Tu viens de naître et voici déjà ton premier livre de poèmes. Il te souhaite la bienvenue sur cette terre de découvertes et d’étonnements. Tu vas cheminer parmi les plantes et les humains, les animaux et les couleurs… Que les poèmes soient toujours ta précieuse boussole !

NOTRE AVIS / Offrir un recueil de poésie avec moult écritures et inspirations différentes, quelle belle idée. Ici ce sont 12 auteur/e/s qui proposent des textes, de Yvon Le Men à Bernard Chambaz en passant par Françoise Lison-Leroy. Chaque page est illustrée, richement colorée pour les yeux d’un enfant.

Souhaiter la bienvenue en poésie à un bébé, par les temps qui courent, voilà un beau cadeau de naissance au monde de 2020.


Rue du Monde
18€
JeunessePoésie/théâtre/danse
Bajka, le dernier jardinMarcin Podolec

Rentrée jeunesse

Wiktoria et Bajka errent à la recherche de leurs parents. Des cratères enfumés, des forêts éteintes et des débris passent, et leur marche est marquée par de mystérieuses lumières dans le ciel. Après la grande explosion, le monde n’est certainement pas le meilleur endroit pour une fille et un chien. Croisons les doigts pour le succès de leur voyage à travers le mystérieux brouillard.

Dès 10 ans.

NOTRE AVIS / Les pages se tournent avec le plaisir indéniable de savoir comment Wiktoria va gérer chaque situation qui se présente. Voilà bien une BD dans l’air du temps, d’un monde de demain moins enchanteur mais où l’humour, la débrouille et le courage seront de mise. C’est le début d’une série, nous allons la suivre avec plaisir car on s’attache très vite à ce duo improbable.


Paquet éditions
12€
Jeunesse
Walt & Skeezix (1921-1934)Frank King

Rentrée BD 2020

Un matin de 1921, Walt, célibataire endurci et mécano amateur, ouvre sa porte et découvre, abandonné sur son perron, un nouveau-né : Skeezix.

NOTRE AVIS / A partir de ce début d’histoire, Frank King va démarrer au début du XXème, au moment de la 1ère guerre mondiale, une série très attachante du quotidien. C’est la pleine époque de l’essor de la voiture et Walt, ce mécano qui vit bien tranquillement va voir sa vie bouleversée par l’apprentissage d’un enfant à grandir.

Très attachantes, ces pages qui reflètent une partie seulement de l’œuvre prolifique de son auteur, sont magnifiées par la grande édition du livre, grande dans son format idéal pour les couleurs de cette BD et grande dans sa qualité de reproduction.

Encore un travail insensé des éditions 2024.


2024 éditions
35€
BD, romans graphiques
Sur la route de WestTillie Walden

Rentrée BD 2020

Béa et Lou ne se sont pas vues depuis des années. Quand elles se rencontrent dans une station-service texane, elles décident de faire route ensemble. Une dizaine d’années les sépare, mais les deux jeunes femmes se ressemblent : chacune tente, à sa manière, d’échapper à un passé douloureux. Alors qu’elles apprennent à se connaître, elles croisent la route de Diamond, une chatte aux mystérieux pouvoirs…

NOTRE AVIS / … et c’est là que le livre bascule de l’intime au fantastique, Tillie Walden (autrice talentueuse de Spinning, J’adore ce passage, récompensée par le Prix Eisner) est très douée pour créer une atmosphère physique et graphique et elle est capable ici de nous faire accepter la part de magie de notre monde, y compris au fin fond du Texas….

BD recommandée pour tous, et peut-être plus particulièrement pour les adolescent.e.s.


Gallimard bande dessinée
24.50€
BD, romans graphiquesJeunesse
Les MalavogliaGiovanni Verga

Rentrée littéraire 2020 / sortie poche

«Autrefois les Malavoglia avaient été aussi nombreux que les pierres de la vieille route de Trezza ; il y en avait jusqu’à l’Ognina et jusqu’à Aci Castello, tous de bonnes et braves gens de mer qui, comme de juste, démentaient ce que semblait indiquer leur surnom. Ils s’appelaient en réalité Toscano sur le livre de la paroisse, mais cela ne voulait rien dire, puisque depuis que le monde était monde, à l’Ognina, à Trezza et à Aci Castello, on les avait toujours connus de père en fils sous ce nom : les Malavoglia qui avaient toujours eu des barques sur l’eau et des tuiles au soleil.»

Traduit de l’italien par Maurice Darmon

NOTRE AVIS / Il n’est pas très aisé de « rentrer » dans ce livre car le style y est très spécifique, sans réels portraits des personnages tel qu’on en a l’habitude, mais une fois qu’on s’est – un peu – obstiné, on est ravi de rejoindre le lectorat de Giovanni Verga et de découvrir tout un monde. Ici, le rideau se lève sur la Sicile de la fin du XIXème. L’intrigue se déroule autour d’une famille de pêcheurs dans les quelques rues d’un même village de 1863 à 1876. Giovanni Verga nous raconte ces  miséreux, criblés de dettes, pêcheurs de père en fils qui mouraient en mer plus qu’à leur tour. Cet auteur italien de renom concentra son oeuvre sur les «vinti dalla vita» « les vaincus de la vie », et nous en sortons secoués et conquis. Et finalement, le style qui était un peu âpre au démarrage donne toute sa force à l’histoire.

Les Malavoglia est le titre le plus célèbre de cet auteur Giovanni Verga. Il fut publié à Milan en 1881 et inspira Luchino Visconti quand il réalisa La terre tremble en 1948.


Folio
8.50€
Nos meilleures ventesRomans étrangers
La traversée du LouvreDavid Prudhomme

Rattrapage de BD !

David Prudhomme déambule dans les galeries du musée du Louvre. Son regard embrasse les oeuvres exposées, autant de chefs-d’oeuvre proposés dans un espace ordonné et pensé avec soin. 35 000 oeuvres côtoient ainsi les quelque dizaines de milliers de visiteurs journaliers. Car le regard de David ne se pose pas uniquement sur les tableaux, sculptures ou objets du musée. mais aussi sur leurs spectateurs. Le voilà qui observe l’étrange ballet muet qui se tisse entre les oeuvres et leurs visiteurs.

NOTRE AVIS / Fin observateur, fin dessinateur, David Prudhomme nous raconte le Louvre par le petit trou de la serrure. Il se concentre sur ces personnes, ces silhouettes, qui se meuvent plus ou moins vite devant les tableaux en étant plus ou moins impliqué, nous tous ! Mais pris un par un, croqué dans une attitude, surpris à dire cela …  Une BD qu’on aurait tous aimé faire, mais que peu sont capables de réaliser avec poésie et humour, comme c’est le cas ici.


Futuropolis
17€
BD, romans graphiques
L'oisiveraieDavid Prudhomme

Rentrée BD 2019-2020

Roland, dans le quartier, tout le monde le connaît. C’est un drôle de bonhomme, ce petit vieux-là. On l’a surnommé Le Shérif à cause de son chapeau de cow-boy. Sa vie, elle est réglée comme du papier à musique : levé avant le soleil, une petite visite au poulailler, son «harem», et puis il dépose sa soeur, folle et handicapée, sous la grange, et enfin il enfourche Pégase, sa fidèle bicyclette, direction le bistrot avec ses oeufs frais. C’est là qu’on le retrouve, pour boire quelques petits cafés bien mouillés avant de poursuivre la journée, ponctuée de ripailles, de ballons de blanc, et surtout de bons copains, comme lui des retraités et des chômeurs, qui fanfaronnent et débattent sur des sujets aussi fondamentaux que l’omelette, les tomates, ou le rythme des pigeons.

NOTRE AVIS / Le dernier album de David Prudhomme fait la part belle à l’émotion, autour de personnages que d’aucuns verraient comme des ratés alcooliques et d’autres – dont D.Prudhomme – comme des hommes libres, des bons vivants tout de travers mais rigolards, sans arrières pensées ni calculs, juste la vie qui va bien en picolant un peu entre vieux bonhommes mal fichus. Il y a aussi l’émotion de l’enfance, quand on observe, quand on absorbe, pour plus tard. 


L’Association
22€
BD, romans graphiques
Salinger - Avant l'Attrape-coeursValentina Grande et Eva Rossetti

Rentrée BD

Avant de devenir l’auteur mondialement connu de «L’attrape-coeurs», Jerome Salinger participe aux combats de la Seconde Guerre mondiale en tant que sergent de l’armée américaine. Il est amoureux de Sylvia Welter, jeune médecin allemande au passé obscur, peut-être liée au nazisme….

NOTRE AVIS / Le dessin est doux, le ton mélancolique et l’histoire très intrigante. Que fait-on de sa jeunesse ? Voici ici la réponse pour l’énigmatique Salinger. C’est aussi une réflexion sur le sentiment amoureux. Et un témoignage fort sur l’Allemagne le jour d’après. En 1945, Salinger faisait partie des officiers américains qui menaient l’enquête pour traquer les allemands nazis, militaires ou non, impliqués durant la guerre et qui se sont très vite cachés parmi la population. C’est lors d’un de ces entretiens qu’il rencontra Sylvia Welter qui deviendra très vite sa femme et encore plus rapidement son ex-femme. Bonus, nous assistons aux prémices de l’écriture de L’Attrape-coeurs que Salinger a débuté en Allemagne, au moment où il était un militaire traumatisé par la découverte – il fut parmi les premiers à y entrer – des camps de concentration en Allemagne. 


Steinkis
18€
BD, romans graphiques
AldobrandoScénario : Gipi / Dessin : Luigi Critone
Rentrée BD 2020
Un grand récit d’initiation picaresque, savoureux et poignant.
Avant de « descendre combattre à la Fosse » le père d’Aldobrando sachant son heure venue, le confia à un mage. Celui-ci devrait le protéger et l’éduquer jusqu’à ce qu’il soit en âge de découvrir le vaste monde. Quelques années plus tard, voilà que la préparation d’une potion tourne au drame. Grièvement blessé à l’œil par un chat qui ne voulait pas bouillir, le mage demande à son jeune protégé d’aller en urgence lui quérir l’Herbe du loup. Mais comment peut-on se débrouiller en botanique alors que l’on n’a jamais mis un pied dehors et que l’on tombe nez à nez avec l’assassin du fils du Roi de Deux Fontaines ?
NOTRE AVIS / Une BD pleinement réussie de A à Z. Le dessin est très beau, comme des tableaux soignés à chaque case, le scénario nous trimballe d’aventure en aventure, au gré de personnages très bien croqués, le tout au service d’un propos éthique. Que demander de plus ? Surtout, nous nous laissons totalement embarquer par le souffle de cette histoire qui virevolte. Une très belle BD. 

Casterman
23€
BD, romans graphiquesNos meilleures ventes
Woman WorldAminder Dhaliwal

Rentrée BD 2020

Woman World est la première BD de l’autrice canadienne Aminder Dhaliwal, qui frappé fort en proposant une œuvre extrêmement originale, drôle et féministe, qui suscite le rire autant que la réflexion. L’action se déroule dans le futur, alors que les hommes ont progressivement disparu de la surface de la Terre et que les catastrophes écologiques s’enchaînent. Nous suivons la vie d’une communauté de femmes qui vivent, aiment, créent, font des blagues, travaillent, s’inquiètent de leur survie et de celle de l’humanité, fouillent les décombres du monde d’avant à la recherche des traces de la culture du XXIe siècle…

Traduction de l’anglais par Clémentine Beauvais

NOTRE AVIS / C’est franchement très original ! Une sorte de conte affranchi de tous les codes usuels, avec des personnages fantasques et attachants, emplis de drôlerie. On croit que c’est de la blague, mais c’est beaucoup plus que cela, un regard malicieux, décalé, parfois sévère, qui fait mouche sur notre société et le rapport à la nature. 


La Ville Brûle
22€
BD, romans graphiques
Mauvaise herbe vol.1Keigo Shinzo

Rentrée BD Manga 2020

Au cours d’une descente de police dans une maison close miteuse maquillée en salon de massage, le lieutenant Yamada rencontre Shiori, une lycéenne fugueuse qui lui rappelle sa propre fille aujourd’hui décédée. À peine raccompagnée chez elle par la police, Shiori disparaît de nouveau, fuyant les coups de sa mère abusive. Yamada part à sa recherche, mais la jeune fille désemparée trouve refuge chez un inconnu à la bienveillance plus qu’équivoque.

À travers ce drame abordant de nombreuses questions contemporaines, Keigo Shinzô explore la face sombre et sordide de la société japonaise contemporaine.

Traduction du japonais de Aurélien Estager

NOTRE AVIS / Une super BD qui promet une série addictive. Dès le premier volume, nous sommes très attachés aux deux personnages principaux, blessés de la vie réunis par le hasard. Un manga de qualité et de critique sociale, qui joue aussi brillamment avec l’émotion et le sentiment d’empathie. 


Le Lézard noir
13€
BD, romans graphiques
Je ne veux pas être mamanIrene Olmo

Rentrée BD 2020

Je ne veux pas être maman est un récit autobiographique qui traite du choix de la non-maternité. L’auteure y raconte, tantôt avec humour, tantôt sur un ton plus réflexif et introspectif, les situations, conflits et expériences vécues auxquelles fait face une femme qui prend cette décision, encore taboue dans notre société actuelle.

Traduction de l’espagnol par Lea Jaillard

NOTRE AVIS / S’il est un sujet qui peut crisper à la fois la décisionnaire de ne pas être maman et surtout ses interlocuteurs, c’est bien celui-ci ! L’autrice passe en revue plein de situations auxquelles la femme qui décide de ne pas devenir mère est confrontée, sur un mode drôle, décontracté mais aussi très réaliste. Pour qui n’est pas mère à 45 ans, on ne peut que se reconnaitre dans nombre de scènes que réserve la vie sociale ! Le ton n’est accusateur pour personne, juste libérateur. 


Bang éditions
15€
BD, romans graphiques
L’invité du miroir, un conte des nuits rwandaisesAtiq Rahimi

Rentrée littéraire 2020

Parution à l’occasion de la sortie du nouveau film d’Atiq Rahimi, Notre Dame du Nil (en salles le 5 février 2020).
L’invité du miroir est un bref récit poétique dans la continuité de Terre et cendres ou de Syngue Sabour. Ce texte est inspiré par l’expérience de l’auteur au Rwanda sur le tournage de son dernier film Notre Dame du Nil (libre adaptation du roman de Scholastique Mukasonga, Gallimard, 2012).

« Il faut nommer l’horreur,
Sinon
Elle reviendra.
Elle reviendra sous le nom qu’elle voudra
Sous le masque qui l’enchantera »

NOTRE AVIS / Un texte qui suspend le temps, belle forme du livre qui s’adapte avec ses croquis et dans un format horizontal à un texte intemporel, universel comme seuls le sont les contes.

Entre Afghanistan, son pays de naissance et le Rwanda où  l’auteur se rend pour tourner un film sur les prémices du génocide, il tend un lien à travers les mots, toujours les mêmes, souffrance, lumière, ténèbre, humain, bien, mal, génocide, des mots qui peuvent devenir larmes ou sourire. Recueillir les visages, l’horizon du pays aux 1000 collines, les valises de regards qui en disent tant. Comme dans tous ses livres, A. Rahimi métisse sa littérature pour en faire un terreau d’humanité.  


P.O.L
18€
Romans français
Entre hommesYann Coridian : Auteur / Gabriel Gay : Illustrateur

Rentrée jeunesse 2020

Abel a 9 ans, une petite sœur dont il ne voit pas l’intérêt et des parents aimants. Lorsque son père lui propose une randonnée à la campagne, sac sur le dos, il y voit un piège tendu, une façon de l’éloigner des câlins de sa maman. Mais son père a tout prévu, y compris d’inviter à leur randonnée son meilleur compagnon qui ne va pas très bien. Deux adultes et un enfant qui osent sortir des sentiers balisés, dormir et faire un feu de camp dans une forêt où tout est interdit…  Abel va vivre une sacrée aventure, à 2 heures de chez lui.

Dès 8 ans

NOTRE AVIS / Ce roman est très drôle, très nature, très physique et on se sent bien sous la tente avec ces trois aventuriers du dimanche. Les situations sont bien trouvées et tout se termine autour d’un bon feu de cheminée et d’un partage familial et amical très chaleureux.


Ecole des loisirs
12.50€
Jeunesse
Le Majordome et moiGary D. Schmidt et Antoine Doré (illustrateur)

Rentrée jeunesse 2020

Carter Jones n’en revient pas. Alors qu’il se réveille un beau matin, voilà qu’il trouve un véritable majordome anglais – avec chapeau melon et tout le tralala, s’il vous plaît ! – sur le pas de sa porte. Comme si survivre et comprendre le collège ne suffisait pas, Carter doit aussi s’adapter à la présence opportune de cet inconnu venu aider la famille Jones – un brin fauchée. Mais lorsque la colère et le chagrin deviennent trop lourds à porter, Carter découvre qu’un fardeau devient plus léger quand il est partagé.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Caroline Guilleminot

A partir de 11 ans

NOTRE AVIS / Un drôle de roman américain mais qui fait connaître les bonnes manières britanniques ainsi que le cricket !  Les bons mots et remarques du majordome sont impeccables et les bouleversements vont être nombreux dans cette famille recomposée. Etonnant !


Ecole des loisirs
16€
Jeunesse
Nos compagnonsJirô Taniguchi

Rentrée BD 2019-2020

C’est la disparition de son chien qui a poussé Jirô Taniguchi à écrire le premier chapitre de cette anthologie, comme une étape logique dans son processus de deuil. Si l’auteur est connu pour ses délicates fresques humaines, Nos Compagnons se penche sur les liens forts unissant le maître et l’animal, unis dans la vie comme dans la mort.

NOTRE AVIS / Il s’agit d’un recueil d’histoires courtes qui reprend des récits issus de Terre de rêves et Une anthologie. 5 chapitres qui vous prennent par la main comme l’auteur sait très bien le faire, au cœur des ruelles de Kyoto, au fil des saisons. La 1ère histoire donne le ton très mélancolique à l’ensemble du recueil. La fin d’une histoire qui a duré 14 ans avec  son chien Tam. Taniguchi on le sait, est discret dans l’étalement du quotidien, ici il lâche ses sentiments et les détails précis d’une fin de vie partagée auprès d’un animal. Il ne nous épargne aucune douleur, à la hauteur de la joie passée pendant 14 ans auprès de ce chien. Les 4 autres histoires se passent au même endroit, dans leur maison avec d’autres interventions humaines et animales et toujours, le rappel de la niche de Tam qui est toujours là. On y plonge avec délectation, on s’immisce dans les draps de cette maisonnée avec un beau mélange de réalisme et de candeur. 


Casterman
16.95€
BD, romans graphiques
C'était mieux avantScénario, Soledad Bravi et Hervé Éparvier, Dessin : Soledad Bravi

Rentrée BD 2020

Flash-back dans les années 60 à 80. Hervé Éparvier et Soledad Bravi reprennent et croquent toujours avec humour, des scènes de la vie quotidienne, des expressions, des modes que, nous, nos parents ou nos grands-parents avons connu. Au-delà du constat que les temps ont bien changé, c’est surtout l’occasion de sourire, se remémorer, partager avec les anciennes et nouvelles générations des souvenirs personnels, des instants oubliés. Alors, comme le disait Patrick Sabatier, Stop ou Encore ?!

NOTRE AVIS / Non, ce n’était pas mieux avant. Les auteurs le précisent, surtout pour les femmes ! En revanche, le plaisir que diffuse ce livre, c’est le passé commun des années 70 à 90, cette boîte de Pandore qui valorise  » les points communs » de la mémoire. Les « je me souviens » deviennent très vite des « nous nous souvenons ». La nostalgie est au RDV et bienheureuse. Deux heures de plaisir et de rigolade. 


Rue de Sèvres
10.50€
BD, romans graphiques
La loi du rêveurDaniel Pennac

Rentrée littéraire 2020

«L’ampoule du projecteur a explosé en plein Fellini. Minne et moi regardions Amarcord du fond de notre lit.
— Ah! Non! Merde!
J’ai flanqué une chaise sur une table et je suis monté à l’assaut pour changer l’ampoule carbonisée. Explosion sourde, la maison s’est éteinte, je me suis cassé la figure avec mon échafaudage et ne me suis pas relevé.
Ma femme m’a vu mort au pied du lit conjugal.
De mon côté je revivais ma vie. Il paraît que c’est fréquent. Mais elle ne se déroulait pas exactement comme je l’avais vécue.»
Daniel Pennac.

NOTRE AVIS / Un livre magique et malicieux. Ce roman est un cadeau fait au lecteur car nous allons de surprise en surprise. Tel un auto-portrait en creux, Daniel Pennac cultive l’art de la transformation par l’écriture et rend toute sa beauté à l’invention littéraire, à l’imagination. Très sobrement, ce roman est une ode à l’écriture et à l’amitié que Daniel Pennac réunit par son culte de l’admiration.

Extrait : « J’aime admirer. C’est chez moi une autre façon de lire. Au fond, mes meilleurs amis sont mes lectures préférées – leurs dossiers critiques ne regardant que moi »


Gallimard
17€
Nos meilleures ventesRomans français
Le Troisième IndicAlexandre Kauffmann

Rentrée polars 2020

À quoi ressemble l’existence d’un traître patenté ? Alexandre Kauffmann a partagé pendant une année le quotidien d’Ayoub, un escroc qui fume du crack, et de Lakhdar, un ancien proxénète vendant de la mauvaise cocaïne. Ces indics à la petite semaine renseignent la police judiciaire parisienne depuis plus d’une décennie, dénonçant des pickpockets, des dealers, des marchands d’armes, mais aussi des membres de leur propre famille.

Alexandre Kauffmann a suivi ces informateurs dans leurs affaires comme dans leur intimité, révélant, à force, une part d’humanité bien cachée. Au risque d’être considéré par ces délateurs professionnels comme un des leurs.

NOTRE AVIS / Un polar ou une enquête, comme vous voulez, mais ce Troisième Indic est un livre comme on en écrit peu en France. C’est de l’immersion, racontée comme un roman, avec de vrais personnes devenues des personnages sous la plume de son auteur Alexandre Kauffmann. Il avait déjà oeuvré de la sorte avec Surdose, que nous vous avions conseillé et qui racontait son immersion dans une brigade anti-drogue parisienne. Là, nous sommes avec ce qu’il est d’usage d’appeler des seconds couteaux, voleurs, magouilleurs, menteurs invétérés et traitres forcenés qui font office d’informateurs pour la police, contre quelques billets, une protection, une remise de peine, des papiers de séjour … c’est captivant de voir comment tout cela fonctionne ! A. Kauffmann a joué la petite souris pour nous rapporter au plus près ce genre de vies. 


Flammarion
18€
Littérature policière
Nuit sombre et sacréeMichael Connelly
Rentrée polars 2020
 
En revenant au commissariat d’Hollywood après une mission de son quart de nuit, l’inspectrice Renée Ballard tombe sur un inconnu en train de fouiller dans les meubles à dossiers. L’homme, elle l’apprend, est un certain Harry Bosch, un ancien des Homicides du LAPD qui a repris du service au commissariat de San Fernando, où il travaille sur une affaire qui le ronge depuis des années. D’abord sceptique, Ballard le chasse puis, intriguée, ouvre le dossier qu’il feuilletait… et décide de l’aider.
La mort de Daisy Clayton, une fugueuse de quinze ans kidnappée, assassinée, puis jetée dans une benne à ordures, a, c’est vrai, de quoi susciter toute son empathie et sa colère. Retrouver l’individu qui a perpétré ce crime abominable devient vite la mission commune de deux inspecteurs aux caractères bien trempés
et qui, peu commodes, ne s’en laissent pas conter par les ruses de l’un et de l’autre pour parvenir à leurs fins.
NOTRE AVIS / Ce roman policier cumule plein de qualités qui nous fait le positionner en haut de pile : personnages très attachants, crédibles, qui n’en font pas des caisses, intrigues bien ficelées, style fluide, chute non décevante ! et envie d’en ouvrir un autre tout de suite après ! Nous vous conseillons sans nuance ce très bon polar qui se déroule à Hollywood, terre d’échouage de bien des damnés de l’humanité & terre d’inspiration rêvée pour bon auteur de romans policiers. 

Calmann Lévy
21.90€
Littérature policièreNos meilleures ventes
Les Années douces - IntégraleJiru014d Taniguchi, d’après le roman de Hiromi Kawakami
Rentrée BD 2020 / reprise d’une référence !
Un récit pudique et délicat, tissé de bonheurs fugaces et d’enchantements saisis au vol : Jirô Taniguchi au meilleur de son art.
Dans le café où elle a ses habitudes, une trentenaire, Tsukiko, fait la connaissance d’un homme solitaire et élégant, de plus de trente ans son aîné. Elle réalise qu’elle le connaît : il fut autrefois son professeur de japonais. Elle est célibataire, il est veuf. Complices, ils prennent l’habitude de se revoir dans le même café, au hasard de leur emploi du temps, puis, bientôt, d’improviser des sorties ensemble. Insensiblement, à petites touches légères, une connivence s’établit, puis une véritable affection, et peut être même… Ce sont ces rencontres que retracent une à une les chapitres des Années douces, chacune comme une histoire à part entière : la cueillette des champignons, les poussins achetés au marché, la fête des fleurs ou les vingt-deux étoiles d’une nuit d’automne.

Adaptation de la traduction : Corinne QuentinTraduit (Japonais) par Elisabeth Suetsugu


Casterman
24.95€
BD, romans graphiquesNos meilleures ventes
Printemps silencieuxRachel Carson

Lecture de rattrapage / livre de poche

Premier ouvrage sur le scandale des pesticides, Printemps silencieux a entraîné l’interdiction du DDT aux États-Unis. Cette victoire historique d’un individu contre les lobbies de l’industrie chimique a déclenché au début des années 1960 la naissance du mouvement écologiste.

Printemps silencieux est aussi l’essai d’une écologue et d’une vulgarisatrice hors pair. En étudiant l’impact des pesticides sur le monde vivant, du sol aux rivières, des plantes aux animaux, et jusqu’à l’ADN, ce livre constitue l’exposition limpide, abordable par tous, d’une vision écologique du monde.

50 ans après sa conception, on redécouvre Printemps silencieux au moment où l’on commence à s’intéresser, en France, à la philosophie de l’écologie. « Ce n’est pas moi, c’est Rachel Carson qui a inventé l’écologie profonde », affirme en effet le philosophe norvégien Arne Næss.

Vendu à plus de 2 000 000 d’exemplaires, traduit en 16 langues, Printemps silencieux n’est pas seulement un best-seller : c’est un monument de l’histoire culturelle et sociale du XXe siècle. Point de référence difficilement contournable de l’histoire de l’écologie, cet ouvrage fait partie de la bibliothèque de l’honnête homme.

Traduction de l’anglais (américain) par Jean-François Gravrand, révisée par Baptiste Lanaspeze

NOTRE AVIS / Alors que nous traversons un « printemps 2020 très silencieux », impossible de ne pas remettre en avant ce livre étendard paru en 1962 et qui est souvent considéré comme l’un des premiers livres fondateurs de l’écologie. Rachel Carson résume dans ce livre des années de savoir scientifique sur la biodiversité et les dangers des pesticides. Ce livre sera un détonateur et un flambeau puisqu’il entrainera l’interdiction de l’un des produits chimiques les plus répandus et dangereux de l’époque. Son autrice a écrit simplement avec fougue et passion ce que tant de personnes observaient. Disparition des oiseaux, maladie nouvelle (R. Carson mourra d’un cancer du sein 3 ans après cette parution) . Lire Printemps silencieux en ce moment, ou le faire lire à d’autres, c’est participer à cette chaîne de lecture formidable qui ouvre les écoutilles, réveille, redonne un coup de pied à toutes nos raisons de bouger le monde actuel et de demain car tout était déjà clairement énoncé il y a plus de 50 ans.


Wildproject
14€
Essais
Miss IslandeAuður Ava Ólafsdóttir

Rentrée littéraire 2019-2020

Islande, 1963. Hekla, vingt et un ans, quitte la ferme de ses parents et prend le car pour Reykjavík. Il est temps d’accomplir son destin : elle sera écrivain. Sauf qu’à la capitale, on la verrait plutôt briguer le titre de Miss Islande.

Avec son prénom de volcan, Hekla bouillonne d’énergie créatrice, entraînant avec elle Ísey, l’amie d’enfance qui s’évade par les mots – ceux qu’on dit et ceux qu’on ne dit pas –, et son cher Jón John, qui rêve de stylisme entre deux campagnes de pêche…
Miss Islande est le roman, féministe et insolent, de ces pionniers qui ne tiennent pas dans les cases. Un magnifique roman sur la liberté, la création et l’accomplissement.

Traduit de l’islandais par Éric Boury
PRIX MÉDICIS ÉTRANGER 2019

NOTRE AVIS / Comme toujours chez cette autrice islandaise, on plonge en quelques pages, son écriture fluide est très visuelle et l’attachement au personnage principal est immédiat. Voilà, on est embarqué pour suivre une héroïne qui a choisi de prendre son destin en main, elle quitte la campagne pour la ville et elle sera écrivaine. Hekla est une parfaite héroïne des années 60, à la fois candide et sûre de son chemin. Si vous avez aimé les précédents romans de cette autrice, n’hésitez pas, elle vous donnera de nouveau envie de la suivre, si vous n’avez pas déjà lu ou par forcément aimé ses précédents, tentez Miss Islande, il y a là un plaisir de lecture conquérant. La partie la plus belle de cette tranche de vie est certainement ce que nous confie A. A. Olafsdottir sur la passion infinie de l’écriture.

Pour avoir vu récemment le film Woman at war (voir notre section DVD), on ne peut s’empêcher de voir du lien dans la création artistique d’Islande. Les héroïnes de ce roman et de ce film seraient comme deux sœurs, deux volcans faits femmes.


Zulma
20.50€
Nos meilleures ventesRomans étrangers
Voyage au pays des monstresClaude Ponti

Rentrée jeunesse 2020

Embarquez dans une aventure magique, à bord du bus 84, glissez dans une coquille et entrez dans l’histoire, visitez un Paris transformé, voyagez sur une fourmi de dix-huit mètres avec un chapeau sur la tête, partez à la découverte de monstres – dont ceux de Léopold Chauveau exposés au Musée d’Orsay – et surtout, ne vous fiez pas aux apparences… C’est tout cela, et bien plus encore, qui vous attend dans ce nouvel album plein d’étrangitude !

A partir de 6 ans

NOTRE AVIS / Il est très bien ce nouveau Ponti. Enfin, ce n’est pas un nouvel album. Le Musée d’Orsay qui expose les dessins de Léopold Chauveau (artiste mort en 1940) a proposé à Claude Ponti de faire sien les monstres de cet artiste prolifique. La correspondance entre les traits de Ponti et de Chauveau coule de source et cet album est l’occasion pour Claude Ponti de rendre hommage à une ribambelle de monstres formidables qui peuplent notre imaginaire. La bonne idée est de situer l’histoire dans une unité de lieu, un bus parisien, ça roule tout seul ! En attendant de pouvoir retourner au Musée d’Orsay, voici un livre parfait pour croquer du monstre.


Ecole des loisirs
18.80€
JeunesseNos meilleures ventes
Et le désert disparaîtraMarie Pavlenko

Rentrée Jeunesse 2020

Samaa vit dans un monde qui pourrait être le nôtre bientôt. La vie a presque entièrement disparu de la surface de la Terre. Le sable a tout dévoré.
Son peuple, nomade, traque les derniers arbres et vend leur bois pour survivre. Samaa aimerait être chasseuse, elle aussi, mais c’est une charge d’homme. Un jour, elle désobéit et suit les chasseurs.
Mais le désert a mille visages. Samaa se perd, et fera une rencontre qui changera le destin de sa tribu à jamais.

A partir de 13 ans

NOTRE AVIS / Un très beau conte hypothétique et dystopique pour évoquer avec générosité et candeur la crise de notre planète. Il y est question de la surdité des adultes mais aussi de la voix de certains sages et de la belle confiance qu’il faut avoir en la jeunesse. 


Flammarion jeunesse
14€
Jeunesse
J'aurais voulu faire de la bande dessinéePhilippe Dupuy

Rentrée BD 2020

Philippe Dupuy part à la rencontre de deux musiciens, le chanteur Dominique A et le pianiste de jazz Stéphan Oliva, qui auraient aimé faire de la bande dessinée avant de choisir la musique. Avec eux, il évoque leur amour du 9e art, mais aussi le processus de création, la singularité nécessaire à toute démarche personnelle et artistique, dans un dialogue ludique et didactique au pays de la bande dessinée et de la musique. À son tour, il s’interroge sur son travail d’auteur de bande dessinée et se replonge lui aussi dans ses propres souvenirs d’enfance..

NOTRE AVIS / Deux musiciens célèbres auraient aimé être bédéistes … Leur discussion est croquée par le fameux auteur de BD Dupuy. Cela donne une promenade dans les affres de la création échevelée, savante et drôle, mélancolique. Que fait-on de ses passions de jeunesse ? En quel talent de soi-même faut-il croire ?


Futuropolis
19€
BD, romans graphiques
Nos espérancesAnna Hope

Rentrée littéraire 2020

Hannah, Cate et Lissa sont jeunes, impétueuses, inséparables. Dans le Londres des années 1990 en pleine mutation, elles vivent ensemble et partagent leurs points de vue sur l’art, l’activisme, l’amour et leur avenir, qu’elles envisagent avec gourmandise. Le vent de rébellion qui souffle sur le monde les inspire. Leur vie est électrique et pleine de promesses, leur amitié franche et généreuse.
Les années passent, et à trente-cinq ans, entre des carrières plus ou moins épanouissantes et des mariages chancelants, toutes trois sont insatisfaites et chacune convoite ce que les deux autres semblent posséder. Qu’est-il arrivé aux femmes qu’elles étaient supposées devenir?
Dans ce roman tout en nuances sur les différentes facettes de l’amitié au fil du temps, Anna Hope tisse avec élégance et délicatesse la vie de ces trois héroïnes contemporaines. Elle sonde les différentes façons de trouver son identité de femme, mais aussi de mère, de fille, d’épouse ou d’éternelle rebelle, et explore cet interstice entre les espérances et la réalité, cet espace si singulier fait de rêves, de désirs et de douleurs où se joue toute vie.

Traduit de l’anglais par Elodie Leplat

NOTRE AVIS / Anna Hope ausculte le féminin sous plein d’angles en dressant le portrait de trois héroïnes contemporaines et en passant au crible leurs ambitions et leurs réalités. Forcément, entre les deux, les ambitions et les réalités, cela grince parfois. Le roman est très prenant, on se laisse embarquer dans leurs désirs, leurs frustrations, leurs liens de famille plus ou moins accomplissant ou encombrants. C’est attachant et plus subtil que ce que la couverture ne laisse penser … 


Gallimard
22€
Nos meilleures ventesRomans étrangers
La fin de l'homme rouge Ou le temps du désenchantementSvetlana ALEXIEVITCH

Lecture rattrapage ! livre en poche

Depuis Les Cercueils de zinc et La Supplication, Svetlana Alexievitch est la seule à garder vivante la mémoire de cette tragédie qu’a été l’URSS, la seule à écrire la petite histoire d’une grande utopie. Mais elle est avant tout un écrivain, un grand écrivain. Ce magnifique requiem utilise une forme littéraire polyphonique singulière, qui fait résonner les voix de centaines de témoins brisés.

Traduction du russe par Sophie Benech

NOTRE AVIS / Lecture incroyable d’un travail incroyable ! Ce livre de la Nobel de littérature 2015 a a reçu le prix Médicis essai et a été élu meilleur livre de l’année 2013 par le magazine Lire. On comprend ces honneurs. L’autrice a fait à la fois un grand travail d’historienne de terrain en recueillant la parole brute de nombreux témoins, citoyens de l’époque soviétique et en organisant cela dans un livre épais qu’on ne lâche pas. On y retrouve toute la folie du régime qui régna en URSS et les contradictions que cela a fait germer en beaucoup d’êtres humains. Un très beau travail documentaire, très différent des articles que l’on peut lire sur le sujet.


Actes Sud / Babel
12€
Romans étrangers
Etoiles vagabondesSholem Aleykhem

Rentrée littéraire 2020

Leybl Rafalowitch, treize ans, est le fils de l’homme le plus riche du village. Reyzl Spivak, quatorze ans, est la fille d’un pauvre chantre. Nous sommes à l’aube du vingtième siècle, dans une petite bourgade juive aux confins de l’Europe. Ces deux-là vont tomber amoureux, ne croyez-vous pas ? Mais nul n’aurait prédit qu’une rocambolesque troupe de théâtre itinérante allait précipiter leur romance dans une aventure hors du commun.

Avec ce roman inexplicablement resté inédit jusqu’à nos jours, Sholem Aleykhem révèle son immense talent de conteur. Avec la grâce d’un Chagall, la truculence d’un Chaplin et la verve d’un Twain, il honore l’art et la vie des gens de peu, irrésistibles, pittoresques, pétris d’humanité et d’humour face à la fatalité. Car « les étoiles ne tombent pas, elles vagabondent… »

Traduction du yiddish par Jean Spector

NOTRE AVIS / Autant le dire : c’est un merveilleux livre comme on en écrit plus. Lorsque son auteur est mort à New-York en 1916, les funérailles furent historiques. Sholem Aleykhem appartient à cette veine d’auteur de langue Yiddish dont l’inspiration traverse l’Europe depuis la Bessarabie (déjà on rêve de cette contrée non ?) en passant par l’Autriche, Londres pour finir à Broadway après l’étape d’Ellis-Island, l’île des larmes. Ce roman est un grand feuilleton qui aurait la fougue d’une pièce de Shakespeare de la veine de La nuit des rois, la verve aventurière d’un Mark Twain et l’humour d’un auteur juif. Etoiles vagabondes va très vite, émoustille la jubilation à suivre les aventures ubuesques de quelques comédiens et hommes d’affaires véreux. Et puis, et ce n’est pas rien, Etoiles vagabondes est une immense histoire d’amour !! Voilà, c’est fou, mais si vous aimez Isaac Bashevis Singer, Charlie Chaplin, Aaron Appelfeld, les peintures de Chagall, la musique klezmer ou que vous ne savez pas quoi lire, demandez ce livre à votre libraire.  


Le tripode
25€
Nos meilleures ventesRomans étrangers
Ce que l'on sèmeRegina Porter

Rentrée littéraire 2019

Alors que l’Amérique panse encore la plaie ouverte de la Seconde Guerre mondiale, la destinée de deux familles se met en marche. James Vincent, d’ascendance irlandaise, fuit un foyer familial chaotique pour faire des études de droit à New York où il deviendra un brillant avocat. De son côté, Agnes Miller, une jeune femme noire à l’avenir prometteur, voit son rendez-vous amoureux tourner au cauchemar lorsque la police arrête sa voiture sur une route déserte en lisière d’un bois de l’État de Géorgie. Les conséquences de cette nuit funeste influeront inexorablement sur sa vie et celle de ses descendantes.
Pendant plus de six décennies de changements radicaux, les familles de James et Agnes demeureront inextricablement liées.
Au fil de cette spectaculaire fresque familiale et amoureuse, ce roman donne à voir les coulisses méconnues de l’histoire d’une nation. Avec une justesse, un humour et une maîtrise rares, Regina Porter creuse les traumatismes des États-Unis sur plusieurs générations et expose avec grande intelligence les mouvements profonds d’une société surplus d’un demi-siècle.

NOTRE AVIS / Tout est un peu dit dans ce résumé assez exhaustif. Nous rajouterons que ce roman est très attachant, bien ficelé, bien écrit, et avec un ton à deux têtes, à la fois profond et léger, qui rend sa lecture très agréable malgré certains événements tragiques.


Gallimard
22€
Romans étrangers
VandaMarion Brunet

Rentrée littéraire 2020

Personne ne connaît vraiment Vanda, cette fille un peu paumée qui vit seule avec son fils Noé dans un cabanon au bord de l’eau, en marge de la ville. Une dizaine d’année plus tôt elle se rêvait artiste, mais elle est devenue femme de ménage en hôpital psychiatrique. Entre Vanda et son gamin de six ans, qu’elle protège comme une louve, couve un amour fou qui exclut tout compromis. Alors quand Simon, le père de l’enfant, fait soudain irruption dans leur vie après sept ans d’absence, l’univers instable que Vanda s’est construit vacille. Et la rage qu’elle retient menace d’exploser.

Grand Prix de Littérature policière pour L’été circulaire, Marion Brunet déploie tout son talent dans cette magnifique tragédie contemporaine qui mêle la violence sociale à la grâce d’une écriture sensible et poétique. Un poignant portrait de femme et de mère où l’intime rencontre la brutalité de notre société.

NOTRE AVIS / Ce livre se dévore tant on est tendu vers sa résolution. En ce sens, il pourrait se placer sur les étagères de littérature policière. C’est également un roman social sans concession dans lequel le personnage borderline de Vanda est extrêmement crédible et porte en lui une part de la vérité de la société française, dans ce qu’elle a de plus dur. Marion Brunet voit juste et écrit précis. Un roman qui cogne là où cela fait mal. 


Albin Michel
18€
Littérature policièreNos meilleures ventesRomans français
Dehors, la tempêteClémentine Mélois

Rentrée littéraire 2020

Voici le livre le plus personnel de Clémentine Mélois. Tout part de la lecture. «  D’abord, j’ouvre le livre en grand et je colle mon nez au milieu des pages pour les respirer. » C’est pour mieux s’imprégner de ses auteurs préférés, Simenon, Perec, Tolkien, à partir de ce qui peut paraître le plus insignifiant chez eux  : les détails. Comment se fait-il que, entrant dans un Maigret, les phrases «  – Bonjour Janvier. – Bonjour, patron  » font que nous sommes déjà dans l’histoire, et la tiédeur d’un bureau chauffé au poêle du quai des Orfèvres  ? Quel est le rapport entre la vie quotidienne des personnages (une certaine madeleine mangée dans A la recherche du temps perdu) et la nôtre (le cake marbré sous plastique de la station-service de notre enfance)  ?
Par des allers-retours entre la vie des personnages et la sienne, Clémentine Mélois nous fait pénétrer au plus près de cette expérience à la fois personnelle et universelle, la lecture.

NOTRE AVIS / Que d’autres se vantent des pages qu’ils ont écrites; moi je suis fier de celles que j’ai lues [Jorge Luis Borges ] – Tout est dit ou presque. Ce recueil agence avec talent les digressions réjouissantes autour de notre état de « lecteur ». Clémentine Mélois a trouvé son « truc » à elle pour partager son amour de la lecture, de Tolkien à la poésie. Elle transmet passionnément, grâce à l’humour qui sauve de tout snobisme, notre relation si intime avec l’objet livre, avec les 1ères phrases, avec certains personnages. Nos lectures sont une seconde famille, choisie, qui dit de nous autant que notre passeport. En cette période de turbulences, l’humour littéraire de C. Mélois nous rappelle combien la lecture (plutôt que la littérature) nous met à l’abri de toutes les avaries, ce livre tombe à point nommé.


Grasset
17€
Poésie/théâtre/danseRomans français
Annette, une épopéeAnne Weber

Rentrée littéraire 2020

Il y aurait donc encore des héroïnes, des vraies ? Et on peut les croiser dans la rue, leur parler, les connaître ?

Près de Dieulefit, dans la Drôme, vit Anne Beaumanoir, dite Annette, un petit bout de femme presque centenaire, aux yeux lumineux et à la parole vive. Entrée dans la Résistance communiste à dix-neuf ans, elle en enfreint les règles en prenant l’initiative de sauver deux adolescents juifs. Elle lutte à Rennes, à Paris, à Lyon ; elle participe à la libération de Marseille. Puis, après un bref intermède de vie bourgeoise – études de médecine, mariage, enfants –, elle s’engage pour l’indépendance de l’Algérie, ce qui lui vaut une condamnation à dix ans de prison. Une évasion rocambolesque lui permet de gagner la Tunisie, puis l’Algérie où elle participe au premier gouvernement indépendant sous Ben Bella, avant d’être obligée de fuir à nouveau, au moment du coup d’État de Boumédiène.

Voilà sa vie, en quelques lignes. Mais les méandres d’une existence héroïque, ses hauts faits et ses doutes, comment les raconter ? Ne faudrait-il pas les chanter, plutôt ? La vie d’Annette, c’est une épopée !

NOTRE AVIS / Une belle claque littéraire que ce récit biographique très personnel d’Anne Weber. Cette autrice aime écrire une œuvre inventive et diverse, le lien serait peut-être la part « mythologique » de nos vies. Ici elle nous narre une vie plus plus plus, comme le dit l’éditeur  « De la résistance au FLN, une histoire française ». Oui, il faut se laisser aller à écouter la voix d’Anne Weber nous raconter l’incroyable sens de la justice et de l’équité d’Anne Beaumanoir, dite Annette. Cette femme a 95 ans au moment où l’autrice recueille sa parole et invente littérature avec. Le livre est une épopée, oui, « narrant les exploits historiques ou mythiques d’un héros », c’est le dictionnaire qui le dit et cela s’applique totalement à la vie de cette femme, cette héroïne de notre temps.

Superbe, le chant de ce livre vous envahit à chaque page.


Le Seuil
19€
Nos meilleures ventesRomans français
Emile et Mado. Enfants dans la RésistanceSophie de Mullenheim (Auteur) , Raphaël Gauthey (illustrateur de la couverture)

Rentrée Jeunesse 2020

Paris, printemps 1942.
Depuis l’emprisonnement de son père par les Allemands dès le début de la guerre, Emile, 12 ans, vit seul avec sa maman et leur chien Puce. Les conditions de vie sont difficiles à cause de l’occupation et du rationnement. La mère d’Emile qui est infirmière doit travailler double. Mais ce soir – ou plutôt cette nuit – Emile est inquiet. Il est deux heures du matin et sa mère n’est toujours pas rentrée.
« Si un soir, je ne reviens pas, l’a prévenu sa maman, tu dois quitter immédiatement Paris et aller chez ma sœur Jeanne à Chartres. Prends Puce avec toi et quelques bagages que tu glisseras dans la sacoche de ton père. Il y tient beaucoup. J’aimerais qu’il la retrouve à son retour. Ensuite, va. Et ne te retourne pas. »
Fidèle à sa promesse, Emile prend la route de Chartres. En chemin, il rencontre Mado – Madeleine de son vrai nom –, 12 ans elle aussi qui tente de passer en zone libre.
Les deux enfants sympathisent et font la route ensemble. A deux, il est plus facile d’affronter de multiples dangers…

Dès 10 ans

NOTRE AVIS / Emile et Mado vont croiser leur destin d’enfant qui fuit chacun de son côté l’antisémitisme. C’est simple et beau, une histoire pleine de suspense, sans fioriture. Un roman qui apprend aux enfants comment une histoire intime, personnelle, croise parfois la grande « Histoire ».


Fleurus Editions
Jeunesse
Le royaume de Pierre d’Angle. Tome 1 L'art du naufragePascale Quiviger

Rentrée Jeunesse 2019-2020

Après deux années à sillonner les mers avec son équipage, le prince Thibault décide enfin de rentrer chez lui. Là-bas, sur son île natale, son père l’attend et compte sur lui pour régner sur le royaume de Pierre d’Angle après sa mort. Mais en chemin, une rencontre va bouleverser l’existence du Prince : un passager clandestin, Ema, une esclave en fuite. Ensemble, ils vont devoir faire face aux dangers qui guettent Pierre d’Angle. Premier tome d’une saga, Le royaume de Pierre d’Angle est un voyage bouleversant au coeur d’une histoire : celle d’une île, de son peuple et de leurs secrets.

Pour adolescents.

NOTRE AVIS / Un roman jeunesse à l’immense talent, celui de mêler l’amitié, l’amour, le rêve, la fantaisie et le réel questionnés en même temps, la bravoure, les légendes, la mixité… Sans exagérer, on peut l’inscrire dans la lignée des romans épiques de Victor Hugo ou Alexandre Dumas, la création d’un monde « imaginaire » en plus. Cette immense aventure, fruit de l’imaginaire débridée de Pascale Quiviger (née au Canada, enseignante d’art mais aussi passionnée par le jardinage, la méditation et l’hypnothérapie), associe intelligence du propos, finesse des personnages, beauté des décors, questionnement sur la place de chacun. Un roman épique et global qui se dévore.


Le Rouergue
16.90€
JeunesseNos meilleures ventes
Bénis soient les enfants et les bêtesGlendon Swarthout

Rentrée littéraire 2020

Ils sont six adolescents à s’être rencontrés dans ce camp de vacances en plein cœur de l’Arizona. Leurs riches parents ne savaient pas quoi faire d’eux cet été-là, et ils ont décidé d’endurcir leurs rejetons en les envoyant au grand air comme de “vrais cow-boys”. Au sein du camp, ces enfants deviennent vite inséparables. Cette nuit-là, alors que tout le monde est endormi, ils ont une mission à accomplir, un acte de bravoure qui prouvera au monde entier leur valeur. Et ils iront jusqu’au bout, quel que soit le prix à payer.

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Gisèle Bernier

NOTRE AVIS / Formidable découverte que ce texte gonflé de talent. C’est intelligent, stylé, divertissant, haletant et très attachant. Une prouesse en si peu de pages. Une épopée ivre de jouissance. On pense à McCullers, ou encore à Sa majesté des mouches.


Gallmeister
8.70€
Nos meilleures ventesRomans étrangers
Le Loup en slip Tome 4 - n'en fiche pas une. Dessin: Mayana ItScénario : Wilfrid Lupano / Couleurs : Mayana Itoïz / Auteur : Paul Cauuet

Rentrée Jeunesse 2020

La forêt a ses règles : pour acheter, il faut des sous ; et pour avoir des sous, il faut travailler. Mais dans ce cas, d’où vient l’argent qui permet au Loup de s’acheter de bons bo buns ? Le Loup a trois sous, mais le Loup ne travaille pas… C’est un voleur et une feignasse ! Alors, hop, en prison !

Mais bon, il faut quand même découvrir d’où vient cet argent… La brigade anti-loup s’en va mener l’enquête, car bon, elle travaille, elle !

NOTRE AVIS / « Ca vous épanouille le travail? » Grande question posée dans cet album truculent, plein de trouvailles pour faire rire et réfléchir, aussi !


Dargaud
9.99€
Jeunesse
Miss Charity Tome 1 : L'enfance de l'artScénario : Loïc Clément et Marie-Aude Murail / Dessin : Anne Montel

Rentrée Jeunesse 2020

Charity en digne petite fille de la bonne société anglaise des années 1880, n’a d’autre choix que de se taire et rester invisible. Comme personne ne fait attention à elle, Charity se réfugie dans la nursery, au troisième étage de la maison, avec Tabitha, la bonne, et Blanche, sa préceptrice qui lui enseigne l’aquarelle. Pour ne pas mourir d’ennui ou même sombrer dans la folie, elle élève des souris, dresse un lapin, étudie des champignons au microscope, apprend Shakespeare par coeur et dessine inlassablement des corbeaux par temps de neige. Sa rencontre avec ses cousin et cousines ainsi que leur séduisant ami Kenneth Ashley va lui faire réaliser qu’à l’extérieur existe un vaste monde qui ne demande qu’à être exploré…

Les plumes harmonieuses de Loïc Clément et d’Anne Montel révèlent une splendide version naturaliste du chef d’oeuvre de Marie-Aude Murail. Série en 3 tomes

NOTRE AVIS / Adaptation réussie car détaillée et donc riche du roman à succès de M.A. Murail. Charity est l’héritière des Malheurs de Sophie et de toutes ces héroïnes en quête de liberté. Charity ne se laisse rien imposer et essaiera de devenir ce qu’elle se sent être intuitivement. A lire dès 10 ans


Rue de Sèvres
16€
Jeunesse
Camarade papaGauz

Rentrée littéraire 2020 / sortie poche

1880. Dabilly, un jeune Creusois, fuit la France et une carrière toute tracée à l’usine pour tenter l’aventure coloniale en Afrique. Dans une « Côte de l’Ivoire » désertée par l’armée française, quelques dirigeants de maisons de commerce négocient avec les tribus pour faire fructifier les échanges et établir de nouveaux comptoirs. Sur les pas de Dabilly, on découvre une terre presque inexplorée, ses légendes, ses pactes et ses rituels.
Un siècle plus tard, à Amsterdam, un gamin d’origine africaine raconte le monde postcolonial avec le vocabulaire de ses parents communistes. Lorsque ceux-ci l’envoient retrouver sa grand-mère et ses racines en Afrique, il croise les traces et les archives de son ancêtre.

Gauz superpose deux romans d’apprentissage. Il fait apparaître la ligne brouillée qui rattache les hommes d’aujourd’hui au passé de la colonisation. Gladys Marivat, Le Monde.

Une formidable exploration de la langue. Léo Pajon, Jeune Afrique.

NOTRE AVIS / Une belle claque littéraire et de pensée. Ce roman ne se donne pas facilement à la lecture, il faut se concentrer pour en goûter la langue, mais cela vaut le coup ! C’est un regard tout en nuance et en poésie sur la colonisation d’un bout d’Afrique (la Côte d’Ivoire), les liens humains de l’époque et tout ce que cela a généré. C’est bien mieux qu’un livre d’histoire car c’est merveilleusement écrit, à tel point qu’on y est presque, nauséeux, quasi mourant, dans ces barques qui tentent de braver la mer pour atteindre cette côte que quelques Européens risque-tout s’arrachent à coups de palabres et de bouts de papier. 


Le livre de poche
7.40€
Romans français
Les falaisesVirginie DeChamplain

Rentrée littéraire 2020

V. vient d’apprendre que l’on a retrouvé le corps sans vie de sa mère, rejeté par le Saint-Laurent sur une plage de la Gaspésie, l’équivalent « du bout du monde ». Elle regagne là-bas, brusquement, sa maison natale, et se confectionne une « île » au milieu du salon venteux, lieu désigné pour découvrir et mieux effacer – ou la ramener – l’histoire des femmes de sa lignée à travers les journaux manuscrits de sa grand-mère. V. se voit prise dans sa lecture, incapable de s’en détacher. Sa seule échappatoire réside derrière le comptoir d’un bar au village, dans une chevelure rousse aérienne, et s’appelle Chloé.

NOTRE AVIS / Ce roman, rempli d’éléments naturels comme le vent, le froid, les embruns, vous accroche dès les 1ères lignes. Il faut dire que la couleur québécoise de la langue y est pour beaucoup. Un délice d’images et d’inventions pour nos oreilles. La narration de cette fille perdue entre douleur et retour sur elle-même oscille entre vérité crue, humour et poésie. V. a son chemin à faire pour sortir de cette ornière mais elle peut compter aussi sur un élan vital, une lumière réjouissante dans ce chaos. Les Falaises est un petit bijou de forces vives qui devraient se passer de mains en mains, sans oublier qu’il donne furieusement envie d’aller en Gaspésie et en Islande…


La Peuplade
18€
Littérature LGBT+Nos meilleures ventesRomans étrangers
Il est des hommes qui se perdront toujoursRebecca Lighieri

Rentrée littéraire 2020

Il est des hommes qui se perdront toujours est un roman noir, au sens où il ambitionne de dire quelque chose du monde social, de sa dureté, de sa folie, de sa barbarie. Un roman qui se confronte aux forces du mal, qui raconte l’enfance dévastée, l’injustice, le sida, la drogue, la violence dans une cité de Marseille entre les années 80 et 2000.

NOTRE AVIS / Lecture totalement addictive que celle-ci ! Après Les garçons de l’été, l’autrice aux deux signatures (R. Lighieri et E. Bayamack-Tam) nous plonge au sein d’une cité des quartiers nord de Marseille. A hauteur d’enfance et d’adolescence maltraitée, l’histoire nous maintient la tête droite tant bien que mal au milieu de la débrouille et d’une fratrie au combien attachante (un frère aîné, sa sœur cadette et son petit frère). Que faire d’une vie si mal partie quand on a 16 ans, qu’on est si beau garçon mais que l’horizon est bouché ou raconté d’avance ? Les scènes qui font grandir les personnages nous happent, nous forcent à vivre une vie si arbitraire et si sensuelle à la fois. Comme dans les films de Kechiche, les héros dévorent un monde qui passe avant tout par le corps, celui qui a survécu à une enfance volée mais celui qui peut se comparer. R. Lighieri enfonce le doigt là où ça fait mal, abandon des quartiers, domination masculine, domination de classe mais surtout elle nous raconte une sacrée histoire. Voici un grand roman, arcbouté sur une trame infernale. Voici un texte brûlant qui aborde les mêmes thèmes qu’un Edouard Louis (Eddy Bellegueule ou Histoire de la violence) mais sans « prétention », et avec la rage de faire réfléchir de nouveau à nos instincts dominants.


P.O.L
21€
Nos meilleures ventesRomans français
Tenir debout dans la nuitEric Pessan

Rentrée Jeunesse 2020

New York, Lalie n’y est jamais allée. Elle n’a même jamais osé en rêver. C’est trop beau, trop loin, trop cher. Alors, quand Piotr lui propose de l’y accompagner, elle est prête à tout pour saisir cette chance. À tout ? Non. Car il y a des choses qu’on ne peut accepter. Des contreparties qu’on ne peut pas donner. Et maintenant la voici dans la rue, face aux regards de travers et aux mille dangers de la nuit, avec une seule obsession : rester éveillée. Résister. Tenir debout.

NOTRE AVIS / Une adolescente qui vit seule avec sa mère se voit offrir un séjour à New-York par un copain d’école. Jusque-là, c’est un rêve qui se réalise pour Lalie, oui, sauf qu’à peine débarquée dans l’appartement de Brooklyn, son camarade Piotr va devenir très entreprenant puis harcelant puis passer à la violence pour coucher avec elle, comme si Lalie lui devait bien quelque chose… Lalie va s’enfuir et le roman nous raconte avec tendresse et justesse l’errance de cette ado dans les rues de NY. Lalie pose des mots sur ce qui vient de lui arriver, elle qui se croyait pourtant si informée et à l’abri. On ne peut s’empêcher de penser à L’Attrape-cœurs de JD Salinger en lisant ce roman, on y trouve l’errance d’une héroïne en colère, livrée à ses peurs et retrouvant aussi sa liberté. Gageons que ce roman sera un parfait support pour les adultes et les enseignants pour aborder les questions du harcèlement et que nombre d’adolescentes se sentiront également touchées par la justesse des sentiments traversés.


Ecole des loisirs
13€
Jeunesse
Les grands cerfsClaudie Hunzinger

Rentrée littéraire 2019

Pamina, habite en montagne avec son compagnon Nils. Elle se sait entourée par un clan de cerfs qui lui sont restés invisibles et mystérieux jusqu’à ce que Léo, un photographe animalier, construise dans les parages une cabane d’affût et qu’il lui propose de guetter avec lui. Tandis qu’elle observe et s’initie à la vie du clan, affrontant la neige, le givre, la grêle, avec pour équipement un filet de camouflage, une paire de jumelles et des carnets, elle raconte sa peur de la nuit, les futaies sous la lune, la magie de l’inconnu, le plaisir infini à guetter, incognito, l’apparition des cerfs, à les observer, à les distinguer et à les nommer : Apollon, Géronimo, Merlin… Mais au cours de ces séances de guet, elle va découvrir un monde plus cruel que celui du règne animal, celui des hommes, car un massacre se fomente…

Un roman qui se lit comme un thriller, plein de poésie, de chagrin et de colère, sur la disparition de la beauté dans la nature et les ravages que l’homme y opère.

NOTRE AVIS / Etre invisible aux yeux du monde, c’est le point commun majestueux entre l’écrivaine du roman et les cerfs qui habitent non loin de sa maison-refuge. Voici un roman rare, qui questionne notre éco-système, notre peur d’assister à la fin d’un monde et la grâce poétique qui naît. Claudie Hunzinger partage avec générosité la littérature et la connaissance de ce qu’elle a observé. Précieux !

N.B : pour les amoureux de l’Arbre-monde


Grasset
17€
Nos meilleures ventesRomans français
L'avenir des simplesJean Rouaud

Rentrée littéraire 2020

On a bien compris que l’objectif des « multi-monstres » (multinationales, Gafa, oligarchie financière) était de nous décérébrer, de squatter par tous les moyens notre esprit pour empêcher l’exercice d’une pensée libre, nous obligeant à regarder le doigt qui pointe la lune, ce qui est le geste de tout dictateur montrant la voie à suivre, de nous rendre dépendant des produits manufacturés, des services et des applications en tout genre, nous dépossédant ainsi de notre savoir-faire qui est leur grand ennemi, un savoir-faire à qui nous devons d’avoir traversé des millénaires, du jardinage à la cuisine en passant par le bricolage, l’art savant de l’aiguille et du tricot et la pratique d’un instrument de musique au lieu qu’on se sature les oreilles de décibels.

Reprendre son temps, un temps à soi, reprendre la possession pleine de sa vie. Et pour échapper à l’emprise des « multi-monstres », utiliser toutes les armes d’une guérilla économique, montrer un mépris souverain pour leurs colifichets : « votre appareil ne nous intéresse pas », graffite le capitaine Haddock sur un mur.

NOTRE AVIS / Livre de circonstances, colère et idées pour traverser ce chaos. La prose de Jean Rouaud nous porte, nous rend plus fort parce que c’est toujours bon de partager nos combats.


Grasset
19€
Romans français
Un jour d’été que rien ne distinguaitStéphanie Chaillou

Rentrée littéraire 2020

L’enfance de Louise, dans les années soixante-dix en France, est marquée par les difficultés financières de ses parents, leur peur de l’avenir, leur désarroi et leur tristesse, une forme de désolation qui contamine tout, jusqu’à la couleur des ciels. Face à cette réalité, Louise oppose une détermination forte : elle ne vivra pas la vie de ses parents. Elle ne sera ni pauvre ni triste ni résignée.

Guidée par un attachement farouche à sa liberté, rebelle à toute forme de domination, Louise est à la recherche de ce qu’elle va devenir. Elle se cogne, elle bute, elle expérimente, mais elle ne lâche pas. Elle poursuit sa quête jusqu’à ce jour d’été que rien ne distinguait… où un événement survient dans sa vie, une rencontre qu’elle attendait depuis longtemps.

Un roman sur la fidélité à soi-même, l’amour et le désir de liberté.


Notabilia
14€
Romans français
Le pays des autresLeïla Slimani

Rentrée littéraire 2020

En 1944, Mathilde, une jeune Alsacienne, s’éprend d’Amine Belhaj, un Marocain combattant dans l’armée française. Après la Libération, le couple s’installe au Maroc à Meknès, ville de garnison et de colons. Tandis qu’Amine tente de mettre en valeur un domaine constitué de terres rocailleuses et ingrates, Mathilde se sent vite étouffée par le climat rigoriste du Maroc. Seule et isolée à la ferme avec ses deux enfants, elle souffre de la méfiance qu’elle inspire en tant qu’étrangère et du manque d’argent. Le travail acharné du couple portera-t-il ses fruits? Les dix années que couvre le roman sont aussi celles d’une montée inéluctable des tensions et des violences qui aboutiront en 1956 à l’indépendance de l’ancien protectorat.
Tous les personnages de ce roman vivent dans «le pays des autres» : les colons comme les indigènes, les soldats comme les paysans ou les exilés. Les femmes, surtout, vivent dans le pays des hommes et doivent sans cesse lutter pour leur émancipation. Après deux romans au style clinique et acéré, Leïla Slimani, dans cette grande fresque, fait revivre une époque et ses acteurs avec humanité, justesse, et un sens très subtil de la narration.

NOTRE AVIS / Avec un petit air de « L’art de perdre » d’Alice Zeniter (que nous avions déjà beaucoup aimé – là, c’était en Algérie), ce premier livre (d’une série de trois) nous lance dans ce qui sera une fresque de l’histoire du Maroc des années 50 et des décennies à suivre, à travers une histoire familiale campée par des personnages inspirés des aïeux de Leïla Slimani. Dans ce premier opus, nous suivons surtout le destin de Mathilde, alsacienne pur pain d’épices qui se marie avec un soldat marocain, Amine, rencontré lors de la Seconde Guerre mondiale. Le couple s’installe au Maroc où Mathilde va devoir prendre ses marques. L’occasion pour l’autrice de raconter par le menu le Maroc à la veille de son indépendance, sous protectorat français pour encore peu de temps. Les tensions politiques montent, les personnages se positionnent avec plus ou moins de conviction à ce sujet, et la vie des gens continue, âpre et rude. Nous avons beaucoup aimé cette saga familiale, ici resserrée autour du personnage de Mathilde, à la fois étude de moeurs, photographie historique et littéraire d’un pays qui nous est si proche. Nous attendons avec impatience le deuxième roman consacré à cette famille « mixte », qui résonne fort en nous, où que l’on se situe par rapport au passé colonial de la France au Maghreb.


Gallimard
20€
Nos meilleures ventesRomans français
Filles de la WalïlüCécile Roumiguière

Rentrée Jeunesse 2020

Entre un océan glacé et la forêt immense, sur la presqu’île de Iurföll, les hommes partent pêcher dès qu’ils en ont l’âge. À terre, les femmes gouvernent, elles exercent tous les métiers, et sont libres de vivre toutes les amours qu’elles désirent. C’est dans cette société sereine et joyeuse qu’Albaan Blosseüm grandit. Sereine, peut-être pas tant que cela. Les rêves qui assaillent Albaan sont porteurs de noirs présages. Une malédiction planerait-elle sur elle ? Qui est cette femme au visage brûlé qui lui veut du mal et semble prête à lever tout le village contre elle ? Au nom de quelle vengeance ? Pendant ce temps, dans la forêt, rôde la Walïlü, fascinante créature des contes horrifiques de son enfance…

A partir de 13 ans

NOTRE AVIS / A travers le romanesque, l’autrice transmet toujours sa croyance en un monde plus égalitaire. La force, le courage et l’imagination sont au RDV de cette histoire foisonnante.


L’école des loisirs
15.50€
Jeunesse
MétéoreAntoine DOLE

Rentrée Jeunesse 2020

“Si j’étais une fille dans mon cœur, alors pourquoi mon corps était celui d’un garçon ?” Née garçon, Sara a dû grandir dans un corps qui n’était pas le sien, contrainte par les attentes et les règles fixées par les autres. Est-elle une erreur, comme certains le disent ? Non. Car Sara s’accepte enfin, prête à se révéler telle qu’elle se ressent depuis l’enfance. Alors quand pleuvent les insultes et les coups, elle trouve des raisons de briller et d’exister plus fort. Elle est un météore que plus rien n’arrête.

Dès 15 ans

La presse en parle :

« Antoine Dole, qui n’a pas son pareil pour évoquer avec une poésie précise la mélancolie enfantine ou adolescente, joue ici des éclairages crépusculaires ou solaires, comme sur une scène. » Claire Devarrieux, Libération

« Le texte passe, éblouissant comme un météore. Il file, d’un seul souffle, lumineux d’intelligence et de sensibilité, célébrant la vie et la liberté. Michel Abescat, Télérama

« Un texte fort et bouleversant qui permet d’aborder avec intelligence la transidentité. » Le Parisien


Actes Sud Junior
9.80€
JeunesseLittérature LGBT+
MigrantsIssa Watanabe

Rentrée Jeunesse 2020

Ils sont tous là, lion, toucan, cochon, éléphant, lapin, grenouille… tous différents mais tous avec un petit bagage à la main ou sur le dos. Dans la sombre forêt ils marchent. La Mort, joliment vêtue d’une cape fleurie, les suit, assise sur le dos d’un magnifique oiseau bleu. Compagne discrète, elle veille…
Ils marchent tous ensemble, courbés par la fatigue et la tristesse. Parfois ils s’arrêtent pour dormir ou manger, assis en cercle. Et soudain, ils aperçoivent la mer… Tous se précipitent pour monter dans une barque bien fragile qui ne peut supporter tout ce poids et finit par craquer. La Mort attend le bon moment… Les illustrations aux couleurs énergiques et profondes, le fond noir des images et le choix d’animaux anthropomorphes donnent à cet album sans texte sur les migrants et les déracinés de tout pays, une force sourde, une dimension poli-tique bien plus percutante qu’un long discours.

A partir de 7 ans

NOTRE AVIS /  Extraordinaire album. Les illustrations aux couleurs énergiques et profondes, le fond noir des images et le choix d’animaux anthropomorphes donnent à cet album sans texte sur les migrants et les déracinés de tout pays, une force sourde, une dimension poli-tique bien plus percutante qu’un long discours. COUP DE COEUR


La joie de lire
15.90€
Jeunesse
La Vie lenteAbdellah Taïa

Rentrée Poches 2020

Dans la France d’après les attentats de 2015, Mounir, Parisien homosexuel d’origine marocaine, vit dans une situation précaire. Il vient d’emménager rue de Turenne. Madame Marty, une vieille dame de 80 ans, survit difficilement au-dessus de chez lui dans un minuscule studio.

L’amitié entre ces deux exclus s’intensifie jusqu’au jour où elle vire au cauchemar. Excédée, madame Marty appelle la police pour arrêter Mounir.

NOTRE AVIS / Qu’il est difficile d’envisager de résumer un roman d’Abdellah Taïa, tellement ses narrations sont subtiles et le propos protéiforme. Il est en revanche plus aisé de dire qu’il fait partie de nos auteurs phares dont on se pourlèche à l’avance à l’idée de la sortie d’un nouveau roman. En attendant un nouvel écrit d’Abdellah Taïa, nous vous proposons de découvrir son dernier roman qui sort en poche à la veille de l’été. Il est à nouveau merveilleusement écrit et nous projette sans détour dans son univers du désir homosexuel. Entre sensualité, souffrance, ambivalence, plaisir, dépit, rage … 


Points
7€
Littérature LGBT+Nos meilleures ventesRomans français
Maîtres et esclavesPaul Greveillac
Rentrée Poches 2020

Kewei, né en 1950 dans un village au pied de l’Himalaya, dessine du matin au soir. Repéré par un garde rouge, il échappe au travail agricole et part étudier aux Beaux-Arts de Pékin. Il sera peintre du régime. Kewei accomplit ainsi le rêve de ses parents en devenant un artiste reconnu. Sous le joug de la Révolution culturelle, son ascension semble sans limite. Mais l’Histoire va bientôt le rattraper.

NOTRE AVIS / Nous avions dévoré Maîtres et esclaves à sa sortie en grand format il y a quelques temps, malgré l’épaisseur et la densité du livre. Cela vaut le coup de braver son nombre conséquent de pages, car il faut bien cela pour essayer de comprendre la folie de Mao, qui a bouleversé des millions de vies. Autour de quelques personnages et centré dans le milieu artistique, ce roman-saga nous éclaire avec un très beau style littéraire. 


Folio
8.50€
Nos meilleures ventesRomans français
A la vie !L’homme étoilé

Rentrée BD 2020

Avec Roger, l’Homme étoilé met une claque à la maladie sur les sons endiablés des tubes de Queen. Avec Mathilde, il apprend à parler le suédois, Edmond lui lance un véritable défi gastronomique et Nanie finit par l’adopter, en parfaite nouvelle grand-mère.

Dans ce roman graphique plein d’humanité, émouvant et drôle, l’Homme étoilé, l’infirmier aux plus de 1OO OOO abonnés sur Instagram, raconte la vie aux soins palliatifs avec douceur, pudeur, amour et humour.

NOTRE AVIS / Nous défions quiconque lira ce livre de ne pas verser quelques larmes bienfaitrices, salvatrices, cathartiques, tellement les histoires racontées là nous touchent en plein coeur.


Calmann-Lévy Graphic
16.50€
BD, romans graphiques
C'est comme ça que je disparaisMirion Malle

Rentrée BD 2020

Très attendue, C’est comme ça que je disparais est la première fiction de Mirion Malle, bien connue pour ses BD didactiques féministes, engagées et aussi percutantes qu’hilarantes.

C’est comme ça que je disparais est une tranche de vie douce-amère, pop et très « nouvelle vague ». Mirion Malle nous entraîne au plus près des personnages et de leurs émotions, au plus près aussi du mal-être et de la dépression vécue par l’héroïne.

Cette BD, qui est un véritable miroir tendu aux jeunes adultes du 21e siècle, aborde aussi en creux la question de la santé mentale et de la dépression. Mirion Malle, avec le talent qui est le sien, le fait avec énormément de sensibilité et de pudeur (avec humour aussi, bien sûr !), par petites touches impressionnistes composant un tableau particulièrement touchant et servi par une écriture remarquable.

On y retrouve par ailleurs l’univers et les thèmes de prédilection de Mirion Malle (le féminisme, la sororité, le soutien, l’écoute, le karaoké, les chansons des années 2000, la communication et les réseaux sociaux) et l’on y découvre la vie à Montréal.

NOTRE AVIS / Cette BD est idéale pour les dépressifs amateurs de Montréal ! Mais en dehors de ce coeur de cible (sic), on a du mal à la lâcher, tout.e tendu.e vers cette héroïne en souffrance qui tente de s’en sortir avec plus ou moins de bonheur. Le talent de Mirion Malle au service d’un texte personnel et d’un sujet qu’il n’est pas simple de transmettre à autrui : son état dépressif. 


La ville brûle
19€
BD, romans graphiquesNos meilleures ventes
noir volcanCécile Coulon

Nouveauté Poésie 2020

En 2018 s’est produit un phénomène que personne n’avait vu venir et qui restera dans l’histoire de la poésie française : un recueil a rencontré à la fois un succès critique et public. Cécile Coulon avait alors 27 ans, elle était connue comme romancière depuis déjà plusieurs années, et son premier recueil, Les Ronces, suscita un intérêt et un engouement dépassant de loin le cercle « habituel » des lecteurs de poésie.

Son second recueil, Noir volcan, est tout aussi éruptif, celui d’une poésie affranchie, libératrice, terrienne. Il fait partie d’un étonnant renouveau de la poésie constaté par les libraires dont Alexandre Bord : « Des poétesses comme Cécile Coulon et Rupi Kaur, dont les textes ont pu être lus au préalable sur les réseaux sociaux, attirent en librairie des lecteurs qui n’avaient jamais acheté un recueil de poésie. » Il est évident à la lire, que Cécile Coulon ne peut vivre sans poésie.


Le castor astral
15€
Poésie/théâtre/danse
Pour une poignée de ciel – Poèmes au nom des femmes dalitAnthologie établie et traduite par Jiliane Cardey

Nouveauté Poésie 2020

Des jeunes filles terrifiées qui perçoivent la date du mariage comme « un nœud sur la corde », des femmes considérées comme du bétail, le travail incessant dans la maison en terre battue, le sel des larmes, des corps que l’on malmène comme on malmène la terre… Cette anthologie de la poésie dalit donne la parole aux laissées-pour-compte d’une société divisée en castes ; et l’on comprend, lisant ces pages bouleversantes, qu’être femme et intouchable c’est subir une double peine. Jusqu’au jour où… Pour une poignée de ciel raconte la façon dont la femme dalit se saisit d’un crayon. Pour crier sa révolte. Pour en appeler à la liberté. Pour réclamer l’égalité. Pour dire non aux rapports de domination. Qu’elle devienne quelqu’un en étudiant ou confie à la poésie le soin de son émancipation, elle fait irruption dans l’Histoire de l’Inde postcoloniale. Un livre essentiel, qui ne laissera personne indifférent.

NOTRE AVIS / Merci aux éditions Bruno Doucey de nous faire découvrir cette poésie qui tient tête à cette discrimination. Très beau.


Bruno Doucey
20€
Poésie/théâtre/danse
InconditionnellesKate Tempest

Rentrée Théâtre 2020

Dans une prison pour femmes, Chess et Serena partagent la même cellule. Elles s’aiment. Quand Serena obtient sa libération conditionnelle, les deux femmes sont dévastées. Pour s’évader, Chess chante et écrit des chansons. Elle pense à son crime et sa blessure, et compose une chanson pour sa fille. Dans sa quête de rédemption par la musique, elle n’aurait jamais imaginé être rattrapée par son propre passé.

Kate Tempest, née en 1985 à Brockley dans la banlieue londonienne, s’est imposée comme « la voix unique de notre époque » (The New York Times). Elle mène tout à la fois une carrière de chanteuse et d’écrivain. Après le succès de Everybody Down en 2014, elle a enregistré Let Them Eat Chaos (2016) et The Book of Traps and Lessons (2019). À L’Arche, elle publie son théâtre et sa poésie.

Cette pièce comporte des chansons originales composées par Kate Tempest et Dan Carey, sur des paroles de Kate Tempest.
Les partitions originales sont reproduites en fin d’ouvrage.


L’Arche
15€
Poésie/théâtre/danse
Orson Welles Cinéaste ; une caméra visible (coffret 3 volumes)Youssef Ishaghpour

« Le premier tome, synthétique, analyse la modernité de Welles et s’achève avant qu’il ne débute au cinéma[…]. Ishaghpour y montre comment le cinéma a été le terrain sur lequel les grands enjeux et les révolutions de l’histoire de l’art se sont manifestés, en accéléré. Mais aussi, par son approche érudite de l’histoire, de la politique et de la société, de la philosophie et du cinéma, Ishaghpour identifie la constellation gravitant autour de chaque film, et souligne chez Welles son historicité, non seulement par rapport à l’Histoire mais aussi par rapport au cinéma. Le second tome est consacré aux «films de la période américaine» du cinéaste, d’abord accueilli par Hollywood et ses producteurs, puis désavoué pour cela même qui faisait la grandeur shakespearienne de ses films – la liberté de son exercice créateur. Enfin, le troisième tome aborde «les films de la période nomade», dans lesquels Welles, conscient de l’identité du cinéma comme oeuvre et marchandise à la fois, radicalise son propos sur le faux de l’image. Ishaghpour définit la modernité d’Orson Welles à partir de l’idée que celui- ci fut le «premier réalisateur qui soit arrivé à l’image en partant de la parole». Le parlant, et le son en général, sont en effet le noyau sur lequel s’est construit le cinéma de Welles qui, en dissociant mots et choses, réalité de l’image et image de la réalité (maintenues jusqu’alors dans une unité illusoire par le cinéma classique) a rendu la «caméra visible», introduisant la réflexivité et la modernité au cinéma. »

NOTRE AVIS / Un immense livre, le « cinéma-monde » d’Ishaghpour enfin disponible à prix raisonnable. Pour tout cinéphile, étudiant en cinéma et arts.


La différence
30€
Beaux-arts / photo / musique / cinéma
Les corps abstinents. « J’ai discuté avec celles et ceux qui comme moi ne font plus l’amour. »Emmanuelle Richard

Rentrée Essais début 2020

Qui sont ces corps abstinents ? Intriguée par ce sujet tabou et opaque, abstinente elle-même pendant cinq ans, l’écrivaine Emmanuelle Richard a recueilli l’intimité de ces sexualités non partagées.
Pour Sandrine, l’abstinence est son ordinaire car elle ne parvient pas à établir le lien dont elle aurait besoin pour se sentir bien avec l’autre ; le jeune Noâm a profité de ce temps de retrait pour redéfinir sa masculinité ; Virginie dit avoir gagné son autonomie grâce aux sextoys ; Paul est un retraité très heureux malgré la fin de toute relation sexuelle dans son couple; pour Sylvia, l’absence de sexualité est une libération.
Près de quarante personnes se confient, loin des stéréotypes et des idées approximatives, tissant peu à peu un récit polyphonique empreint de délicatesse. Par-delà la mélancolie, sans amertume ni ostentation, s’élève une parole forte sur l’absence du toucher où se laisse entendre l’universelle quête du sens. Et d’amour – comme toujours.

NOTRE AVIS / Après deux romans déjà enthousiasmants, voici un texte très original, pertinent et personnel; Et si là aussi, il faut « arrêter », « interrompre » la sexualité pour mieux la vivre ?


Flammarion
19€
EssaisNos meilleures ventes
Le Regard fémininIris Brey

Rentrée Essais début 2020

Iris Brey théorise le regard féminin, ou female gaze, une façon de filmer les femmes sans en faire des objets, de partager la singularité des expériences féminines avec tous les spectateurs, quel que soit leur genre, et renouveler notre manière de désirer en regardant sans voyeurisme.

Des joyaux du cinéma à certaines œuvres plus confidentielles, en passant par quelques séries et films très contemporains, Iris Brey nous invite à nous interroger sur le sens caché des images.

NOTRE AVIS / Texte récent qui fait déjà référence sur cette question. Un essai important.


L’Olivier
16€
EssaisNos meilleures ventes
Intervalles de LoireMichel Jullien

Rentrée littéraire début 2020

Sur le pont de Nevers, trois bons amis regardent couler la Loire. Ils vont avoir cinquante ans. Ce qu’ils voient depuis le tablier : les grandes veines de courant, l’eau fendue par l’étrave des piles, les marmites tournant sur elles-mêmes sans jamais vouloir se rendre au lit, les bancs de sable, les îlots et les troncs flottés. Les fleuves et les rivières font appel à l’enfance et, avant le soir, la songerie des trois camarades prend la forme d’une boutade, c’est-à-dire d’un serment : descendre la Loire à la rame, sur une barque plate, idée potache qui les conduira à l’océan.

Ce texte de Michel Jullien nous place dans un esquif de quatre mètres carrés, pour une descente longue de huit cent cinquante kilomètres, chaque nuit à dormir d’île en île. C’est tout sauf un journal de bord ; pas de récit événementiel, une équipée sans hauts faits, rien qui ne concernât les inévitables anicroches et autres coups de théâtre de ce genre de relations, pas d’appesantissement non plus sur la richesse patrimoniale des régions traversées bref, l’auteur nous livre une chronique antisportive, anticulturelle, une narration dans le désordre.

NOTRE AVIS /  Un texte délicieux, drôle, une ode à la nature tout sauf lyrique, articulée autour de l’aventure de trois personnages relativement anonymes, l’un, l’autre et encore l’autre, parfois pieds nickelés en goguette fluviale, rameurs forcenés, campeurs obstinés, meilleurs ennemis des grenouilles coassantes une fois la nuit venue, amis taiseux. Et puis, après 850 kilomètres à glisser avec plus ou moins d’aisance sur l’eau, la mer, pas très loin d’ici. Un régal littéraire rédigé bien après l’aventure. Toujours ce style unique entre tous.


Verdier
14€
Nos meilleures ventesRomans français
Dans la gueule de l’oursJames A. McLaughlin

Rentrée Polars Hiver 2020

Criminel en cavale, Rice Moore trouve refuge dans une réserve des Appalaches, au fin fond de la Virginie. Employé comme garde forestier, il cherche à se faire oublier du puissant cartel de drogues mexicain qu’il a trahi. Mais la découverte de la carcasse d’un ours abattu vient chambouler son quotidien : s’agit-il d’un acte isolé ou d’un braconnage organisé ? L’affaire prend une tout autre tournure quand de nouveaux ours sont retrouvés morts. Alors que la police ouvre une enquête, Rice décide de faire équipe avec Sara Birkeland, une scientifique qui a occupé le poste de garde forestier avant lui. Ensemble, ils mettent au point un plan pour piéger les coupables. Un plan qui risque bien d’exposer le passé de Rice.

James McLaughlin signe avec Dans la gueule de l’ours un premier roman époustouflant. Au-delà d’une intrigue qui vous hantera longtemps, l’auteur se confronte à des questions essentielles : comment la nature et l’homme se transforment-ils mutuellement ? Quelle est la part d’animalité en chaque être humain ? Un retour à la vie sauvage est-il possible pour l’homme occidental ?

Dans la gueule de l’ours a été classé par le New York Times comme l’un des dix meilleurs «Crime Fiction» de l’année 2018 et a reçu le prix Edgar Allan Poe 2019 du premier roman.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Brice Matthieussent

NOTRE AVIS / Voilà un polar original et crédible qui a comme contexte la nature sauvage. Les amoureux des bêtes rares seront aux anges, même s’il leur arrive parfois malheur. Le héros n’est pas dénué d’ambigüité en ce qui concerne le vivant, animal ou humain … ce qui participe de l’intérêt de ce polar pertinent publié par une maison d’édition qui aime le sujet de la grande nature, Les Editions Rue de l’échiquier. C’est une maison d’édition indépendante spécialisée en écologie et sur tous les sujets qui s’y rapportent : les changements climatiques, les choix de mobilité, les pratiques alimentaires alternatives, le zéro déchet, l’engagement citoyen, les féminismes, etc.

Dans leur catalogue, nous vous avions déjà conseillé le très beau Ecotopia, d’Ernest Callenbach, un roman visionnaire qui annonce l’émergence d’une société véritablement écologique. L’envers de 1984 ! Cela fait rêver en ce moment, non ?


Rue de l’échiquier
23€
Littérature policière
La Deuxième FemmeLouise Mey

Rentrée Polars Hiver 2020

Sandrine ne s’aime pas. Elle trouve son corps trop gros, son visage trop fade. Timide, mal à l’aise, elle bafouille quand on hausse la voix, reste muette durant les déjeuners entre collègues.
Mais plus rien de cela ne compte le jour où elle rencontre son homme, et qu’il lui fait une place. Une place dans sa maison, auprès de son fils, sa maison où il manque une femme. La première. Elle a disparu, elle est présumée morte, et Sandrine, discrète, aimante, reconnaissante, se glisse dans cette absence, fait de son mieux pour redonner le sourire au mari endeuillé et au petit Mathias.
Mais ce n’est pas son fils, ce n’est pas son homme, la première femme était là avant, la première femme était là d’abord. Et le jour où elle réapparaît, vivante, le monde de Sandrine s’écroule.

NOTRE AVIS / Nous suivons la psychologie fragile de la deuxième femme, héroïne ambivalente de ce roman policier. Petit à petit, l’autrice met en place son système, implacable. Il ne faut pas trop en dire si ce n’est qu’elle expertise au passage la notion d’emprise et que cela est très bien fait. Un polar à la fois efficace dans sa méthode et pertinent dans son récit ! On prend !


Editions du Masque
20€
Littérature policièreNos meilleures ventes
Touché, couléPascale Ruffel

Rentrée littéraire début 2020

Après Les Ancêtres ne prennent pas l’avion, Pascale Ruffel revient avec un nouveau livre. Psychologue dans un centre pour réfugiés elle poursuit sa réflexion et évoque cette fois-ci dans une perspective plus personnelle et littéraire ce qui se noue dans notre relation au monde liquide, lieu de plénitude, de bonheur simple mais aussi de désastre. Ce livre est aussi une réflexion sur notre rapport au langage, les récits et les contes qui nous construisent et sur l’enfance, irréductible en nous.

NOTRE AVIS / Pascale Ruffel continue de tisser sa toile littéraire avec autant de finesse que lors de son premier récit, avec ce nouveau livre Touché, coulé. Un livre-ovni qui vient des tripes et qui ouvre le champs de questions universelles. COUP DE CŒUR ! Nous avons beaucoup aimé ce livre d’un point de vue littéraire comme sur le plan de la pensée.


joca seria
17€
Nos meilleures ventesRomans français
Rivière tremblanteAndrée A. Michaud

Rentrée Polars début 2020 / sortie poche

À 30 ans d’intervalle, deux enfants disparaissent dans des circonstances nébuleuses. Rien ne lie apparemment ces drames, sinon l’horreur qui les entoure et la douleur de leurs survivants… Par l’auteur de «Bondrée», récompensé par le prix des lecteurs Quais du polar 2017 et le prix SNCF du polar 2019.

NOTRE AVIS / La Québécoise Andrée Michaud ne nous a pas déçues après Bondrée, livre avec lequel le public français l’avait découvert et aimé. L’autrice file la piste du polar psychologique et enfonce le clou sur la notion de suspicion qui peut pourrir la vie de bien des gens. Un très bon polar, avec en prime la « langue québécoise » non dénuée d’humour et de figures de styles surprenantes.


Rivages
9.70€
Littérature policièreNos meilleures ventes
Brasier noirGreg Iles

Rentrée polars début 2020 / sortie poche

L’ancien procureur Penn Cage, aujourd’hui maire de Natchez, a tout appris de son père le Dr Tom Cage. Mais aujourd’hui, le médecin de famille respecté de tous est accusé du meurtre remontant aux années 1960 d’une infirmière afro-américaine. Penn est déterminé à le sauver, mais il refuse de se défendre. Le fils va devoir se confronter seul au passé du père pour découvrir la vérité. Imprégné de l’atmosphère poisseuse du sud, «Brasier noir » marque le brillant retour d’un maître américain du suspense. Le premier volume d’une trilogie événement.

NOTRE AVIS / Du grand art et du polar de haut vol dont le premier tome vient de passer en poche pour notre plus grand bonheur. En tout (les trois volumes), quelques milliers de pages très bien écrites dans le contexte d’une Amérique « sale » gangrenée par la ségrégation et le racisme. La promesse de quelques dizaines d’heures haletantes. 


Actes Sud
13.50€
Littérature policièreNos meilleures ventes
Les couilles sur la tableVictoire Tuaillon

LES COUILLES SUR LA TABLE est la publication sur papier du fameux podcast du même nom !

Deux jeudis par mois, Victoire Tuaillon reçoit en tête à tête un·e spécialiste des masculinités – universitaire, activiste, artiste… – pour une conversation destinée à nous faire changer de perspective et déconstruire la fausse évidence de l’universel masculin. Parce qu’on ne naît pas homme, on le devient.
Deux ans après sa création (en septembre 2017), ce podcast dépasse les 500 000 écoutes par mois. Chaque épisode dure une quarantaine de minutes ; pour préparer ces entretiens, qu’elle souhaite accessibles et exigeants, Victoire Tuaillon lit systématiquement les thèses, articles, livres, et travaux de ses invité·es, dans un objectif de vulgarisation des savoirs sur ces questions et dans une perspective féministe. Déjà 46 épisodes parus depuis septembre 2017, à écouter sur toutes les plateformes de podcast, Spotify, Deezer, Youtube, et sur binge.audi.

NOTRE AVIS / Le livre du podcast en est très complémentaire avec sa version audio et originelle dans le sens où cet essai ne se contente pas de mettre en page le podcast, mais il est construit comme un nouveau travail de Victoire Tuaillon. Comme elle le fait lors de ses entretiens, elle s’inspire des travaux les plus récents des chercheurs et chercheuses en sciences sociales, complexifie sa pensée de plein de références en articulant le tout autour de thèmes forts comme la violence, l’espace de la maison et les tâches liées à cela, le harcèlement, le travail, la sexualité, l’identité sexuelle … On trouve donc dans ce livre à la fois des extraits de certains de ses entretiens audio et de nombreuses pages d’information et de réflexion, renforcées par l’éclairage de tous les analystes qu’elle a lus, côtoyés, interviewés … Les Couilles sur la table a le grand mérite d’être tout à la fois accessible, précis, exigeant, questionnant. On en redemande. C’est tant mieux car le podcast bat toujours son plein.


Binge audio éditions
18€
EssaisNos meilleures ventes
Correspondance (1944-1959)Albert Camus, Maria Casarès

Rentrée littéraire début 2020 / sortie poche

«Tu es entrée, par hasard, dans une vie dont je n’étais pas fier, et de ce jour-là quelque chose a commencé de changer. J’ai mieux respiré, j’ai détesté moins de choses, j’ai admiré librement ce qui méritait de l’être. Avant toi, hors de toi, je n’adhérais à rien. Cette force, dont tu te moquais quelquefois, n’a jamais été qu’une force solitaire, une force de refus. Avec toi, j’ai accepté plus de choses. J’ai appris à vivre. C’est pour cela sans doute qu’il s’est toujours mêlé à mon amour une gratitude immense.»

Pendant quinze ans, Albert Camus et Maria Casarès échangent des lettres où jaillit toute l’intensité de leur amour. Entre la déchirure des séparations et les élans créateurs, cette correspondance met en lumière l’intimité de deux monstres sacrés au sommet de leur art.


Folio
Romans français
Pour LukyAurélien Delsaux

Rentrée littéraire début 2020

Pour Luky, c’est une année scolaire dans la vie de Luky, Abdoul et Diego, trois adolescents d’une petite ville de province. Comme un talisman face à une enfance qui s’éloigne, Abdoul, le philosophe de la bande, nous livre le récit d’une fraternité choisie.

« Un roman extrêmement tendre, d’une rare tendresse, envers des personnages et un âge qu’on ne voit quasiment jamais dans la littérature française. C’est très beau, ce tableau de jeunes dans les périphéries, ces âmes perdues qui se cherchent. Il se passe beaucoup de choses dans ce livre, mais avec jamais une phrase de trop, avec peu de moyens mais tant de justesse. C’est d’une grande densité, d’une grande précision, et c’est ça qui rend la lecture nécessaire, touchante, vive. » Sophie Divry

« Les vies sous-jacentes, celles qui passent sous les radars, les mineures, les nouvelles, le roman doit les dire, c’est sa raison d’être. Et pour cela, tenter d’inventer chaque fois une langue qui le pourra. Voilà ce que fait Delsaux, vite, fort, il invente une langue qui est comme un couteau papillon, qui se plie et se replie sans cesse, virevolte et blesse pour finir. » Nicolas Mathieu

NOTRE AVIS / Pour Luky est un livre très original dans son écriture et son atmosphère. Nous suivons trois ados et ce qui compte est moins ce qui leur arrive vraiment que l’ambiance qui règne entre eux, ou avec les autres. Le talent d’écriture nous rapproche de la vie brumeuse de ces trois ados, avec un tonalité à la fois « floue » et proche de ces personnages singuliers et attachants. Un beau livre sur l’adolescence. 


Noir sur blanc
18€
Romans français
La Prière des oiseauxChigozie Obioma

Rentrée littéraire début 2020

Chinonso, un éleveur de volailles du Nigeria, croise une jeune femme sur le point de se précipiter du haut d’un pont. Terrifié, il tente d’empêcher le drame et sauve la malheureuse Ndali. Cet épisode va les lier indéfectiblement. Mais leur union est impossible : Ndali vient d’une riche famille et fréquente l’université, alors que Chinonso n’est qu’un modeste fermier…

De l’Afrique à l’Europe, La Prière des oiseaux est une épopée bouleversante sur la question du destin et de la possibilité d’y échapper.

Traduit de l’anglais (Nigeria) par Serge Chauvin

NOTRE AVIS / Aux dernières nouvelles, Ithaque se situe quelque part au Nigéria, Pénélope est restée non loin de la petite ferme où elle prendra soin des poules, Ulysse se perdra bel et bien en Méditerranée mais… Inutile d’en écrire plus sur l’incroyable parabole homérique de ce roman, au lecteur de s’en réjouir lui-même. Obioma est un immense écrivain, le jury du Man Booker Prize ne s’y est pas trompé, à découvrir absolument.


Buchet Chastel
25€
Romans étrangers
Le Monstre de la MémoireYishaï Sarid

Rentrée littéraire début 2020

Devenu spécialiste de la Shoah malgré lui, un historien israélien accompagne des groupes de lycéens dans leurs visites imposées au cours de « voyages de la mémoire » systématisés par l’Etat. Le voilà guide des camps de la mort. Cette expérience, cette fréquentation intime et quotidienne des processus d’extermination nazis, doublées de sollicitations diverses autour des différentes formes que prend l’entretien officiel d’une inflammable mémoire, entament progressivement et profondément son rapport au monde et aux autres.
Rédigé sous la forme d’une lettre adressée au président de Yad Vashem (l’Institut international pour la mémoire de la Shoah sis à Jérusalem), cette sorte de rapport de mission bouscule le lecteur comme un interrogatoire musclé.

Traduction de l’hébreu de Laurence Sendrowicz

NOTRE AVIS / Incroyable livre que celui-ci, dans sa forme (une correspondance libre entre réalité et anticipation ) et dans l’outil de la pensée qu’il met en place. A l’heure où les témoins de la Shoah sont de plus en plus rares, il est grand temps de reconsidérer la question de la mémoire commune, que l’on soit juif, israélien ou non. Ici l’auteur ose pousser très très loin l’actuelle position d’Israël à ce sujet, grâce à ce livre le sujet reste d’actualité et non pas dissous dans le passé ou un consensus soit-disant partagé. Conseil de lecture !


Actes Sud
18.50€
Romans étrangers
Lake SuccessGary Shteyngart

Rentrée littéraire début 2020

A quarante-trois ans, Barry Cohen, New-Yorkais survolté à la tête d’un fonds spéculatif de 2, 4 milliards de dollars est au bord du précipice. Sous le coup d’une enquête de la Commission boursière, accablé par la découverte de l’autisme de son jeune fils, il prend une décision aussi subite qu’inattendue et embarque dans un car Greyhound. Destination : le Nouveau-Mexique où demeure celle qui fut jadis son premier amour, et avec qui il imagine pouvoir refaire sa vie.
Une vie plus simple, plus saine, plus heureuse. Commence alors une folle traversée du continent. D’est en ouest, de highways en freeways, Barry découvre une autre Amérique : celle des pauvres, des marginaux, des déclassés. Pendant que sa femme, Seema, entame une liaison avec un romancier, Barry fonce vers une improbable rédemption. Sans se départir de son humour loufoque, Gary Shteyngart dresse le portrait d’une Amérique déboussolée, à la veille de l’élection de Donald Trump, et nous entraîne dans un road-trip qui tient plus des montagnes russes que du voyage d’agrément.

« Dans Lake Success, Gary Shteyngart entend l’Amérique à la perfection : sa fatuité, sa plainte douloureuse, son dégoût de soi. Le battement de son coeur. Quand je le lis, j’ai envie de hurler de rire, mais aussi de lui crier ma reconnaissance.  » Richard Ford

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Stéphane Roques.

NOTRE AVIS / Un vrai vrai bonheur de lecture. Sous des dehors assez légers avec ce ton si particulier de Shteyngart (nous avions beaucoup aimé Mémoires d’un bon à rien, son autobio au vitriol, quand Igor devenait Gary en arrivant aux Etats-Unis), le roman est très profond sur nos natures humaines, nos sentiments d’échec ou de réussite. C’est un road-trip avec beaucoup d’humour et de profondeur, et c’est vraiment très agréable à lire.


L’Olivier
24€
Nos meilleures ventesRomans étrangers
Le consentementVanessa Springora

Rentrée littéraire début 2020

Au milieu des années 80, élevée par une mère divorcée, V. comble par la lecture le vide laissé par un père aux abonnés absents. A treize ans, dans un dîner, elle rencontre G. , un écrivain dont elle ignore la réputation sulfureuse. Dès le premier regard, elle est happée par le charisme de cet homme de cinquante ans aux faux airs de bonze, par ses oeillades énamourées et l’attention qu’il lui porte.

Derrière les apparences flatteuses de l’homme de lettres, se cache un prédateur, couvert par une partie du milieu littéraire. V. tente de s’arracher à l’emprise qu’il exerce sur elle, tandis qu’il s’apprête à raconter leur histoire dans un roman. Après leur rupture, le calvaire continue, car l’écrivain ne cesse de réactiver la souffrance de V. à coup de publications et de harcèlement.  » Depuis tant d’années, mes rêves sont peuplés de meurtres et de vengeance.

NOTRE AVIS / Ne croyons pas tout savoir sur ce livre, ne faisons pas comme si cette histoire ne nous concernait pas ou qu’à force d’avoir entendu son autrice on sait de quoi il s’agit; La force de ce livre tient à sa lecture. Parce qu’il s’agit bien d’un livre important où tout est dit et ausculté avec la puissance du temps et de l’analyse. Après un premier tiers d’une grande tension, le livre se déroule avec douceur et générosité pour mieux atteindre son objectif : dénoncer et questionner ce mot « consentement ».


Grasset
18€
Nos meilleures ventesRomans français
4321Paul Auster

Rentrée littéraire début 2020 / sortie poche

A en croire la légende familiale, le grand-père nommé Isaac Reznikoff quitta un jour à pied sa ville natale de Minsk avec cent roubles cousus dans la doublure de sa veste, passa Varsovie puis Berlin, atteignit Hambourg et s’embarqua sur l’Impératrice de Chine. C’est à son bord qu’il franchit l’Atlantique en essuyant plusieurs tempêtes, puis débarqua dans le port de New York au tout premier jour du XXe siècle.
A Ellis Island, par une de ces bifurcations du destin chères à l’auteur, le nouvel arrivant fut rebaptisé Ferguson. Dès lors, en quatre variations biographiques qui se conjuguent, Paul Auster décline les parcours des quatre possibilités du petit-fils de l’immigrant. Quatre trajectoires pour un seul personnage, quatre répliques de Ferguson qui traversent d’un même mouvement l’histoire américaine des fifties et des sixties.
Quatre contemporains de Paul Auster lui-même, dont le « maître de Brooklyn » arpente les existences avec l’irrésistible plaisir de raconter qui fait de lui l’un des plus fameux romanciers de notre temps.

NOTRE AVIS / Un livre unique s’il en est. A la fois prouesse littéraire et roman-fleuve, le jeu que nous propose Paul Auster est délicieux. Il nous perd volontairement dans un labyrinthe d’identités qui toutes, recèlent en elles quelque chose de Paul Auster … un grand livre pour les fans ! Et un grand saut dans l’univers de cet auteur phare pour celles et ceux qui ne le connaissent pas encore.


Actes Sud
13.50€
Romans étrangers
La horde du contreventAlain Damasio

Idée poche !

Un groupe d’élite, formé dès l’enfance à faire face, part des confins d’une terre féroce, saignée de rafales, pour aller chercher l’origine du vent. Ils sont vingt-trois, un bloc, un noeud de courage : la Horde. Ils sont pilier, ailier, traceur, aéromaître et géomaître, feuleuse et sourcière, troubadour et scribe. Ils traversent leur monde debout, à pied, en quête d’un Extrême-Amont qui fuit devant eux comme un horizon fou. Expérience de lecture unique, La Horde du Contrevent est un livre- univers qui fond d’un même feu l’aventure et la poésie des parcours, le combat nu et la quête d’un sens profond du vivant qui unirait le mouvement et le lien. Chaque mot résonne, claque, fuse : Alain Damasio joue de sa plume comme d’un pinceau, d’une caméra ou d’une arme…

NOTRE AVIS / Devenu depuis une référence absolue de la science-fiction, ce livre recèle une profondeur et une envergure rarement égalée. Allégorie futuriste des oeuvres de Deleuze autant qu’épopée à perdre haleine, une lecture indispensable.


Folio
12€
Romans français
La Griffe du chienDon Winslow

Idée poche !

Seigneur de la frontière américano-mexicaine, Art Keller, agent de la DEA, l’a juré sur la tombe de son adjoint : il emploiera tous les moyens, légaux ou illégaux, pour mettre un terme au trafic qui inonde son pays. Face à lui, Adán Barrera règne sans partage sur les sicarios.

Ni la justice ni la foi ne veulent plus rien dire.

Seul l’instinct s’impose : celui qui tue, celui qui sauve.

Né en 1953, Don Winslow a été gérant de cinéma, détective privé et guide de safari avant de devenir l’auteur de dix-sept romans, best-sellers traduits en une vingtaine de langues. Il vit à San Diego, paradis du surf.

« Le plus grand roman sur la drogue jamais écrit. Une vision grandiose de l’Enfer et de toutes les folies qui le bordent. » James Ellroy

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean Esch

NOTRE AVIS / Ce roman fut, et reste encore, une gifle pour tant de lecteurs. Mise en abîme vers les profondeurs les plus noires de la guerre des cartels, il s’est pourtant imposé comme un livre magistral de maîtrise et de souffle littéraire. Par la destinée tragique, faustienne de son héros. Nul n’en ressort indemne et c’est tant mieux.


Points
9.70€
Littérature policière
Tel Aviv. Food - People - Stories : un voyage culinaire avec NENIHaya Molcho

Nouveautés Gastronomie 2019

  Recettes d’Haya Molcho et Zlihay Biran. Textes d’Ellen Lewis et de Walther Hetzer

Une plongée culinaire au cœur de la bouillonnante Tel Aviv…

Tel Aviv est une ville pleine de contrastes, d’histoires et de saveurs : un vibrant melting-pot de cultures et de traditions.
Née dans cette ville, Haya Molcho recrée les saveurs de son enfance en y ajoutant sa signature unique qui fait le succès des restaurants NENI. Une cuisine typiquement israélienne mais résolument tournée vers l’ailleurs : aubergines grillées au tahini asiatique, shakshuka verte, burikas au poisson et harissa de courge, gâteau aux dattes, sauce caramel au beurre salé…
Accompagnée de ses quatre fils avec qui elle travaille, elle nous emmène à la rencontre des habitants de Tel Aviv, artistes, artisans et chefs qui façonnent chaque jour une culture gastronomique nourrie d’inspirations multiples. Chacun d’eux raconte son histoire, ses liens avec la ville et sa cuisine, et livre une recette fétiche dans un joyeux mélange de goûts et d’anecdotes : traditions boulangères ashkénazes, pickles de légumes typiques de la cuisine roumaine, ou encore mélanges d’épices yéménites.

Un livre à l’image de cette ville foisonnante et ensoleillée…


Flammarion
29.90€
Gastronomie, vin
Cavistes – 100 prescripteurs de vins d’auteursCollectif

Nouveautés Gastronomie / Vin 2019

Ce livre révèle les meilleurs cavistes indé de France (et d’ailleurs) en présentant leurs caves pour ce qu’elles sont vraiment – autant de mines d’or du vin – et les cavistes eux-mêmes comme les meilleurs prescripteurs en la matière, souvent loin devant les critiques spécialisés, parce qu’ils et elles sont bien plus en contact que ces derniers avec les vigneron·nes (qu’ils croisent sans cesse, dans les salons, dans leur cave, sur leur domaine…) ; ce sont eux et elles les vrais dénicheurs, les « libraires » du vin ! Vous aurez d’ailleurs droit, au fil des pages, à leurs derniers coups de cœur. Ces cavistes exigeants, passionnés, s’attachent aussi à proposer des vins accessibles à toutes les bourses : ils sont ainsi les garants – et les garde-fous nécessaires – d’un vin artisan populaire


Nouriturfu
18€
Gastronomie, vin
Le magnet Agnès Varda

Nouveauté parmi les magnets consacrés à l’oeuvre de Jacques Demy et celle d’Agnès Varda, ce magnet trop craquant …

 

 


Ciné-tamaris
Nos meilleures ventesSélection papeterie & objets
Tote bag Agnès Varda /

Pour parfaire la collection du parfait Agnès Varda Addict, nous proposons le Tote bag sur fond rouge.

De quoi frimer en rendant hommage à l’immense réalisatrice.


Ciné-tamaris
Sélection papeterie & objets
Les FurtifsAlain Damasio

Ils sont là parmi nous, jamais où tu regardes, à circuler dans les angles morts de la vision humaine. On les appelle les furtifs. Des fantômes ? Plutôt l’exact inverse : des êtres de chair et de sons, à la vitalité hors norme, qui métabolisent dans leur trajet aussi bien pierre, déchet, animal ou plante pour alimenter leurs métamorphoses incessantes.

NOTRE AVIS / Être en quête de l’autre, à la poursuite d’une disparition, à la vitesse des mots qui s’inventent, retrouver l’enfance parmi les combats et les luttes…Ce livre est un manifeste, venu d’un futur pas si lointain.

Pour nous rappeler qu’un autre monde est possible et dès maintenant.


La Volte
25€
Nos meilleures ventesRomans français
Hitchcock la totaleBernard Benoliel

Rentrée Arts Automne/Hiver 2019

 

Pour décrypter la filmographie d’Hitchcock et comprendre comment le Maître a définitivement marqué l’histoire du cinéma. Des premiers films anglais du jeune réalisateur aux chefs-d’œuvre américains mondialement célèbres, sans oublier les titres pour la télévision, Alfred Hitchcock, cinéaste prolifique et inventif, a développé un style unique. Traversant les révolutions majeures du cinéma – du muet au parlant, du noir et blanc à la couleur, des studios londoniens à Hollywood -, il a influencé des générations de réalisateurs : Truffaut, Scorsese, De Palma, Fincher…

Synopsis, genèse, distribution, réalisation, réception critique et publique… : l’intégralité des films d’Hitchcock est passée au crible, chacun d’eux révélant un génial inventeur de formes cinématographiques.

NOTRE AVIS / A noter aussi que si ce livre est parfait pour tous les anciens ou nouveaux amoureux d’Hitchcock c’est qu’il est signé par le talentueux Bernard Bénoliel de la Cinémathèque française qui est un excellent passeur. Erudit et très agréable à lire.


Editions Epa
49.95€
Beaux-arts / photo / musique / cinéma
Le bal des follesVictoria Mas

Nouveautés rentrée littéraire Automne 2019

Chaque année, à la mi-carême, se tient un très étrange Bal des Folles. Le temps d’une soirée, le Tout-Paris s’encanaille sur des airs de valse et de polka en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, zouaves et autres mousquetaires. Réparti sur deux salles, d’un côté les idiotes et les épileptiques ; de l’autre les hystériques, les folles et les maniaques. Ce bal est en réalité l’une des dernières expérimentations de Charcot, désireux de faire des malades de la Salpêtrière des femmes comme les autres. Parmi elles, Eugénie, Louise et Geneviève, dont Victoria Mas retrace le parcours heurté, dans ce premier roman qui met à nu la condition féminine au XIXe siècle.

NOTRE AVIS / Découverte et coup de coeur immédiat pour ce premier récit à la fois très romanesque (impossible de le lâcher) et très enflammé dans son engagement à suivre ces héroïnes. A recommander largement !


Albin Michel
18.90€
Nos meilleures ventesRomans français
Claude et Morino 2 – Joyeux anniversaire !Adrien Albert

Rentrée Jeunesse Automne/Hiver 2019

Claude le petit squelette et son ami Morino le taureau, toujours en vacances dans leur caravane, sont contrariés : le pied de Claude a été avalé par un poisson. Les voilà partis à sa recherche, jusqu’au port de Patavas-les-Flots. Mais leur aventure va les emmener bien plus loin encore, dans le Royaume des Spectres, où Claude retrouvera, pour la première fois de sa mort, un souvenir de sa vie d’avant…

NOTRE AVIS / A mourir de rire ! On adore ces deux copains, n’hésitez pas, grands et moins grands, c’est du sourire et fou-rire assurés !


EDL
13.50€
Jeunesse
Kong-Kong Tome 2 - Un singe pour la vieVincent Villeminot, Yann Autret

Rentrée Jeunesse Automne/Hiver 2019

La suite des aventures d’Héloïse, Abélard et de leur encombrant meilleur ami.

NOTRE AVIS / Drôle, désopilant, pétillant, subtil ou énorme, ce nouvel album des aventures de Héloïse et Abélard + leur silencieux Kong ! Lisez le tome 1, avant ou pas, cela est irrésistible !


Casterman
12.95€
JeunesseNos meilleures ventes
Les îlesAnne Brouillard

Rentrée Jeunesse Automne/Hiver 2019

 

Après une aventure à travers la Grande Forêt, Killiok et ses amis embarquent à bord d’un bateau de croisière pour assister au spectacle de Vari Tchésou, le magicien rouge. Bien vite, ils découvrent que les Nuisibles se sont mêlés aux passagers et que des bébés Mousse se sont introduits clandestinement. Ce voyage ne sera donc pas de tout repos et les conduira dans les abysses du Pays Noyé et sur le sol du Pays Comici. De l’eau à la ville, ils exploreront une Atlantide habitée et ils découvriront le quotidien des citadins du Comici qui paient pour manger et où les chiens marchent à quatre pattes, au grand étonnement de Killiok.

NOTRE AVIS / Deuxième réussite après La grande forêt. Anne Brouillard a le talent de faire confiance aux enfants pour la suivre entièrement dans son monde, qu’il soit au bord du réel, de l’imaginaire ou du fantastique mais toujours « au bord », on aime beaucoup cela.


Pastel
18€
Jeunesse
Engloutis !Emilie Vast

Rentrée Jeunesse Automne/Hiver 2019

 

Quelque chose approche. Les animaux sont encore inscouciants, ils courent, grattent, cherchent de la nourriture. C’est Escargot qui se fait attraper le premier alors qu’il grignotait un pissenlit. Hop, avalé tout entier. Puis Bourdon, Crapaud, Vipère et Tortue. Des animaux résistent, il ne reste que les mammifères, mais bientôt… Loir capitule, Marmotte le suit de peu, Ours sera le dernier à être dévoré. Gentiment, il se laissera faire. Pourtant un ours c’est fort, pourquoi n’a-t’il pas résisté ?

NOTRE AVIS / Il fallait y penser, parler de la terre comme cela et du phénomène de l’hibernation, c’est juste parfait, insolite, poétique, angoissant, drôle, bref une réussite pour tous les enfants, dès 3 ans et après bien sûr.


MeMo
14€
Jeunesse
La vieille herbe folleJo Witek Léo Poisson

Rentrée Jeunesse Automne/Hiver 2019

 

Sous son immense chapeau de paille, elle est toujours à l’ombre. Qu’il fasse beau, qu’il neige ou qu’il pleuve en trombe, la petite bonne femme traverse les champs, cahin-caha, le nez au vent. Elle va là où son chemin la mène, là où sa nature la porte. Dans mon village, je m’en souviens, elle est arrivée un jour de poussière. Dans les champs, c’était le jour du grand traitement chimique. On aurait dit que c’était la guerre…

Un conte écologique qui réunit les rivières, les champs, la nature et le cœur des humains dans une même famille. Celle de la vie, de la fragilité et de la tendresse sur Terre.

NOTRE AVIS / On aime beaucoup cette fable qui fait la part belle à la force universelle de la « Terre ». Jo Witek impose son personnage, aussi farfelue et « chamanique » que possible, voici un texte à lire, étudier, offrir pour partager avec les enfants ce que leur instinct leur dit depuis toujours, sous nos pieds, dans les airs, partout, la nature s’exprime.


éditions du pourquoi pas
12€
Jeunesse
Va te changer !Ytak Scotto Abier

Rentrée Jeunesse Automne/Hiver 2019

 

Le jour où Maïa présente les parents de son petit ami à sa famille, son frère, Robin, scolarisé dans le lycée où elle est surveillante, descend habillé d’une jupe qu’il a achetée à Londres. Et le lendemain, c’est en jupe qu’il se rend au lycée. Cet événement, le déclencheur d’une série de réactions diverses, va l’entrainer, ainsi que Jade, sa petite amie, et Selim, son meilleur copain, dans une spirale de haine et de violence qui ne les laissera pas indemnes… Chacun est-il libre de s’habiller comme il l’entend ? L’habit fait-il le moine ? Porter une jupe pour un garçon, cela fait jaser. Et les commentaires homophobes vont bon train au lycée.

NOTRE AVIS / Avec beaucoup de finesse, ce court roman sort des sentiers-battus car il questionne vraiment la notion de liberté et d’à-priori.  Ce n’est pas un livre sur la question de « genre » mais bien plutôt sur l’indépendance à être et à gérer son image.


éditions du pourquoi pas
9€
Jeunesse
13824 jeux de couleurs de formes et de motsPatrick Raynaud
Rentrée Jeunesse Automne/Hiver 2019 

NOTRE AVIS / On adore ce livre-jeu, ce artistico-poétique. Vous pourrez vous amuser pendant un temps infini avec ce livre, on a du mal à y croire mais il y a bien 13824 formules possibles… vertigineux, pour les grands et les petits.

 


MeMo
25€
Jeunesse
Agir et grandir comme un chatStéphane Garnier

Rentrée Jeunesse Automne/Hiver 2019

 

En 18 situations, le chat se fait complice des lecteurs et comme un coach leur apprend à vivre comme un chat : comment devenir charismatique, résister au stress, acquérir de l’autonomie, rester zen, garder sa liberté de penser avec ses ami·es, vaincre sa timidité, lâcher son portable ou faire patte de velours avec ses parents … En bref, à vivre heureux·euse comme un chat. C’est joyeux, réconfortant, rassurant pour se projeter dans l’avenir.


Albin Michel
10€
Jeunesse
Le livre à fleursAgathe Hennig

Rentrée Jeunesse Automne/Hiver 2019

Quelle fleur se cache derrière le volet ? chaque mois de l’année voit fleurir une nouvelle fleur !

 

 


Agathe Hennig Livres
21€
Jeunesse
MouhaClaude Ponti

Rentrée Jeunesse Automne/Hiver 2019

Penchée à la fenêtre de sa chambre, Mouha décide d’aller voir le sol de par terre où elle n’est jamais venue. Il y a sûrement plein de choses, d’animaux, de plantes, de personnes et de surprises belles et intéressantes. Peut-être même des énigmes et des mystères rieuses ? Mouha n’est pas déçue. Les monstres de rencontre horribilivicieux, Archikrott, Bâfrafon, Marfagole et Rédèdékère ? Elle va n’en faire qu’une bouchée !


L’Ecole des loisirs
18.80€
Jeunesse
Sortir d'iciRenée Watson

Rentrée Jeunesse Automne/Hiver 2019

Tous les jours, Jade quitte son quartier de Portland pour se rendre au lycée privé de l’autre côté de la ville, celui où vont les blancs et les noirs de milieu aisé mais aussi quelques filles comme Jade : noires, pauvres et brillantes.
Elle ne s’y sent pas la bienvenue, loin de là.
Jade se pose alors la question de sa vie : vaut-il mieux vivre la vie toute tracée qui l’attend ou défier son destin en entrant dans un monde dont elle ignore les codes ?

NOTRE AVIS / Coup de coeur ! Roman brillamment écrit sur la « frontière invisible » créée par les discriminations, ici le racisme. C’est aussi un roman très fort sur le lien mère-fille, sur l’héritage de sa naissance. Ados, dès 12 ans


Casterman
14.90€
JeunesseNos meilleures ventes
La FrontièreDon Winslow

Rentrée Polars Automne 2019 / sortie en octobre

Art Keller, ancien agent de la DEA, est recruté par le sénateur républicain O’Brien pour participer à une opération officieuse au Guatemala : aider le cartel de Sinaloa, dont la mainmise sur le Mexique assure un semblant de stabilité à la région, à se débarrasser d’une organisation rivale sanguinaire, Los Zetas. La rencontre organisée entre les dirigeants des deux cartels tourne au bain de sang : les trafiquants s’entretuent et le parrain de Sinaloa disparaît. Keller retourne alors au Mexique, où il retrouve la femme qu’il aime, Marisol. Maire d’une petite ville, celle-ci résiste vaillamment aux cartels, malgré la tentative d’assassinat qui l’a laissée infirme quelques années plus tôt. Quand O’Brien propose à Keller de prendre la tête de la DEA, il y voit l’occasion de lutter contre les organisations qui sèment la mort en Amérique. Il accepte.
Après quatorze années consacrées à l’écriture de la trilogie Cartel, Don Winslow conclut l’épopée d’Art Keller avec un réquisitoire sans appel contre la gestion corrompue de la guerre anti-drogue par les gouvernements en place – et les responsables politiques fantoches comme Donald Trump.

NOTRE AVIS / Splendide conclusion d’un cycle mythique sur les cartels de la drogue au Mexique, La Frontière est tout autant un grand roman qui se suffit à lui-même. Véritable brûlot contre Trump et son administration, ce livre de Winslow nous éclaire de son incandescence.


Harper Collins
23.90€
Littérature policière
La cantine de minuit, tome 7Abe Yaro

Nouveauté BD 2020

Dans ce petit restaurant situé au fond d’une ruelle du quartier de Shinjuku, le patron vous accueille de minuit à sept heures du matin pour servir des petits plats typiques du Japon qui réveilleront les papilles et les souvenirs du temps passé. Car ici, chaque plat est lié aux souvenirs d’un personnage : yakuza, stripteaseuse, boxer… Avec son trait fin et épuré, son style très personnel, Yarô Abe, qui cite parmi ses références Yoshiharu Tsuge, brosse des portraits drôles et émouvants de personnages touchants, chacun à leur manière, dans un manga qui a quelque chose d’apaisant et de réconfortant. La Cantine de minuit, c’est un petit restaurant qui vous remplit le coeur et l’estomac, et une agréable manière de découvrir que la cuisine japonaise est très loin de se limiter aux sushis.

NOTRE AVIS / Un manga qui se lit comme on mange une bonne soupe japonaise … c’est fin, drôle, tendre et assez osé. Un petit condensé de société japonaise (noctambule et sexuée) pour laquelle les repas comptent beaucoup.


Le Lézard noir
18€
BD, romans graphiquesNos meilleures ventes
Grand OcéanFabien Grolleau & Thomas Brochard-Castex

Rentrée 2019 / sortie en octobre

Que sait-on des premiers hommes qui ont pris la mer, fils ? En ces temps lointains où l’on croyait que le monde était plat et que l’océan s’écoulait par ses bords. Où l’on était persuadés que ces frontières extrêmes étaient peuplées des plus terribles créatures. Dragons des mers, sirènes assoiffées de sang, krakens… Tu imagines le courage ou la folie qu’il a fallu à ces hommes oubliés ? Ils construisaient d’abord leurs navires pendant des semaines. Quitter femmes et enfants pour s’embarquer dans un voyage qui ne pouvait que mal finir. Souffrir des tempêtes, de la peur et de la solitude, de la faim et de la soif… Naviguer dans l’inconnu des sombres océans, avec, au bout de leur sombre périple, la perspective d’une mort quasi certaine. Nul ne sait pourquoi ils ont ainsi tout risqué pour se jeter dans la gueule du Léviathan…

NOTRE AVIS / Une BD 4 étoiles tant sur le plan du scénario très élaboré, poétique, fin et novateur que sur le dessin qui propose énormément de pistes graphiques et sert à merveille l’histoire.


Cambourakis
20€
BD, romans graphiquesNos meilleures ventes
Les Indes fourbesScénariste : AYROLES Alain Illustrateur : GUARNIDO Juanjo

Rentrée 2019 / sortie en août

De l’ancien au Nouveau Monde, la fabuleuse épopée d’un vaurien en quête de fortune… En 160 pages au très grand format, le dessinateur de Blacksad et le scénariste de De Cape et de Crocs nous offrent cet album d’exception qui constitue leur Livre d’Or !

Fripouille sympathique, don Pablos de Ségovie fait le récit de ses aventures picaresques dans cette Amérique qu’on appelait encore les Indes au siècle d’or. Tour à tour misérable et richissime, adoré et conspué, ses tribulations le mèneront des bas-fonds aux palais, des pics de la Cordillère aux méandres de l’Amazone, jusqu’à ce lieu mythique du Nouveau Monde : l’Eldorado !


Delcourt
BD, romans graphiquesNos meilleures ventes
La Rose la plus rouge s’épanouitLiv Strömquist

Rentrée 2019 / sortie en octobre

La légende urbaine voudrait que Leonardo DiCaprio ait enchaîné trente-deux conquêtes – toutes de sublimes top models  – mais sans tomber amoureux d’une seule. Faut-il en chercher les raisons dans les arcanes de la société de consommation et sa propension au narcissisme ? Dans les lois de la biologie ? Ou, tout bêtement, dans le fait que ce cher Leo ne soit pas encore tombé sur la bonne ? Et nous, dans tout ça, sommes-nous, comme lui, des complexés de l’engagement ?
Liv Strömquist, que l’on ne présente plus, a choisi d’intituler son nouvel album La Rose la plus rouge s’épanouit, en référence et hommage à un vers de la poétesse américaine féministe Hilda Doolittle (H.D.) qui, dans sa vie comme dans ses écrits, prônait des amours libérées. Une nouvelle occasion pour elle de disséquer les comportements amoureux à l’ère du capitalisme tardif et de les interroger : comment maîtriser les élans du cœur ? Que faire en cas de chagrin d’amour ? Pourquoi les histoires d’amour finissent-elles mal, en général… ? Et pourquoi certaines personnes papillonnent-elles sans jamais se poser ?
Avec sa pertinence et son humour habituels, l’auteure entrechoque les références attendues et d’autres qui le sont moins – entre Beyoncé, les Schtroumpfs, des acteurs de télé-réalité, Jésus ou encore des sociologues… – pour sonder les coulisses de la passion. Savez-vous que Socrate était un véritable don Juan avant l’heure, ou bien ce qu’est devenu Thésée, une fois le fil amoureux d’Ariane rompu ? Ou, encore, connaissez-vous Lady Caroline Lamb, ici érigée en modèle, dont les coquetteries avec Lord Byron ont défrayé la chronique de l’époque ? Autant d’exemples qui permettent à Liv Strömquist de dévoiler une véritable anatomie de l’éros en quelques battements…

NOTRE AVIS / Liv Stromquist au meilleur de sa forme. Cette dernière BD est bien mieux, selon nous, que son avant-dernière. Plus inspirée peut-être par son sujet : le sentiment amoureux de nos jours, c’est à dire sous l’ère Facebook & Cie. Eclairant comme toujours, et drôle aussi. 


Rackham
22€
BD, romans graphiquesNos meilleures ventes
Dernière sommationDavid Dufresne

Nouveautés rentrée littéraire Automne 2019 / sortie en octobre

RENCONTRE AVEC DAVID DUFRESNE AUTOUR DE CE ROMAN ET A L’OCCASION DE SON FILM DOCUMENTAIRE « UN PAYS QUI SE TIENT SAGE » LE JEUDI 17 SEPTEMBRE 2020 A 20H30 AU CINEMA LE CONCORDE A NANTES

Toutes les infos sur cette soirée dans l’onglet Les événéments à venir

Dans le Paris de l’insurrection, un enquêteur indépendant  : Étienne Dardel.
Une jeune réalisatrice, Vicky, qui tombe aux marches de l’Assemblée nationale.
Sa mère, sur un rond-point du Tarn, passée du Parti socialiste au Rassemblement national.
Le directeur de l’Ordre public, un républicain qui veut croire en la police.
Place Beauvau, un ministre qui tweete et qui tangue.

Et tout un monde qui traverse Dernière sommation comme un tableau vivant  : garde du corps incontrôlable, street medic courageuse, président assiégé, policiers en roue libre, éditorialistes compromis, entre mensonges et raison d’État.

Le grand roman de l’insurrection, tout en urgence et en modernité.
Le premier roman de David Dufresne.

NOTRE AVIS / David Dufresne est un journaliste d’exception et il nous offre là la possibilité de découvrir son travail obstiné et politique, ainsi que les dessous pas très clairs de la République à travers ce roman très très autobiographique. Un grand roman sur le mouvement des gilets jaunes, les mouvements de rue, la rébellion et notre rapport à la police. 


Grasset
18€
Nos meilleures ventesRomans français
Algues vertes, l'histoire interditeScénariste : LÉRAUD Inès / Illustrateur : VAN HOVE Pierre / Coloriste : MATHILDA

Nouveautés 2019 / sortie en juin

Pas moins de 3 hommes et 40 animaux ont été retrouvés morts sur les plages bretonnes. L’identité du tueur est un secret de polichinelle : les algues vertes. Un demi-siècle de fabrique du silence raconté dans une enquête fleuve.

Des échantillons qui disparaissent dans les laboratoires, des corps enterrés

avant d’être autopsiés, des jeux d’influence, des pressions et un silence de plomb. L’intrigue a pour décor le littoral breton et elle se joue depuis des dizaines d’années. Inès Léraud et Pierre Van Hove proposent une enquête sans précédent, faisant intervenir lanceurs d’alerte, scientifiques, agriculteurs et politiques.


Delcourt
19.99€
BD, romans graphiquesNos meilleures ventes
Avant que j'oublieAnne Pauly

Rentrée littéraire Automne 2019 / sortie en août

PRIX FRANCE INTER 2020

Il y a d’un côté le colosse unijambiste et alcoolique, et tout ce qui va avec : violence conjugale, comportement irrationnel, tragi-comédie du quotidien, un « gros déglingo », dit sa fille, un vrai punk avant l’heure. Il y a de l’autre le lecteur autodidacte de spiritualité orientale, à la sensibilité artistique empêchée, déposant chaque soir un tendre baiser sur le portrait pixelisé de feue son épouse ; mon père, dit sa fille, qu’elle seule semble voir sous les apparences du premier. Il y a enfin une maison, à Carrières-sous-Poissy et un monde anciennement rural et ouvrier.

De cette maison, il va bien falloir faire quelque chose à la mort de ce père Janus, colosse fragile à double face. Capharnaüm invraisemblable, caverne d’Ali-Baba, la maison délabrée devient un réseau infini de signes et de souvenirs pour sa fille qui décide de trier méthodiquement ses affaires. Que disent d’un père ces recueils de haïkus, auxquels des feuilles d’érable ou de papier hygiénique font office de marque-page ? Même elle, sa fille, la narratrice, peine à déceler une cohérence dans ce chaos. Et puis, un jour, comme venue du passé, et parlant d’outre-tombe, une lettre arrive, qui dit toute la vérité sur ce père aimé auquel, malgré la distance sociale, sa fille ressemble tant.

NOTRE AVIS / Se lancer en écriture romanesque avec comme sujet la mort de son père, c’est ce qu’a fait et réussi Anne Pauly. Un choc, celui de la perte et une ambivalence en tout, dans la vie de son père, dans l’approche de sa mort, dans ses souvenirs, dans ce à quoi on s’accroche, comment on garde trace de l’avant et comment on vit après. C’est l’histoire de son père en creux, l’histoire d’une filiation et surtout une histoire de mots auxquels l’autrice donne force et confiance pour exprimer ce « passage ». Un 1er roman au ton direct, touchant, drôle aussi, intime forcément et qui tente une réconciliation.


Verdier
14€
Littérature LGBT+Nos meilleures ventesRomans français
Retour haut de page